Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Au jeu

Jean Richepin
De la dame de pique à l'oeil faux de catin
Je fus l'amant, prodigue et tout ensemble avide.
O nuits de jeu, jusqu'à six heures du matin !

On a la tête lourde, et qui pourtant se vide,
Les reins raidis, les os séchés; du tapis vert
Le vert semble monter à votre peau livide.

Mais quel coup dans le coeur, chaque coup découvert !
Angoisse toujours neuve aux banques obstinées !
Etre là comme un Dieu, dont le geste entr'ouvert

Jette au noir du néant l'éclair des destinées !

À lire également du même auteur

Oiseaux de passage
Aux valeurs conventionnelles du bourgeois immobile, le poète oppose ses propres valeurs, fondées s

Ballade Ponchon
De Jean Richepin et Maurice Bouchor, Raoul Ponchon disait: «ces plus que frères.»