Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

La cathédrale et le bazar

Traduction du texte célèbre de Eric Raymond, The Cathedral and the Bazaar. Eric Raymond, un informaticien impliqué dans les projets de développements logiciel sous UNIX explique comment selon lui, le modèle coopératif de développement de Linux, qui exploite les ressources Internet, remet en question les modèles traditionnels de gestion de projet. La diffusion de ce texte a été telle que les propos de Raymond ont incité Netscape a rendre disponible le code source de Communicator 5.0.
«Quand, début 1993, Linux est apparu pour la première fois sur mon écran radar, cela faisait déjà dix ans que j'étais impliqué dans le développement sous Unix et dans la programmation de logiciels dont le code source est ouvert. Au milieu des années 1980, j'étais l'un des premiers contributeurs à GNU. J'avais distribué sur le réseau une bonne quantité de logiciels dont le code source est ouvert (nethack, les modes VC et GUD pour Emacs, xlife, et d'autres), encore largement utilisés de nos jours. Je pensais savoir comment tout cela fonctionnait.

Linux a remis en cause une grande partie de ce que je croyais savoir. J'avais prêché l'évangile selon Unix sur l'utilisation de petits outils, le prototypage rapide et la programmation évolutive, depuis des années. Mais je pensais aussi qu'il existait une certaine complexité critique au delà de laquelle une approche plus centralisée, plus a priori, était nécessaire. Je pensais que les logiciels les plus importants (comme les systèmes d'exploitation et les très gros outils comme Emacs) devaient être conçus comme des cathédrales, soigneusement élaborés par des sorciers isolés ou des petits groupes de mages travaillant à l'écart du monde, sans qu'aucune version bêta ne voie le jour avant que son heure ne soit venue.»