Nous sommes tous aristotéliciens...

John Henry Newman
Le cardinal Newman témoigne de l'importance du philosophe grec dans le développement de la pensée humaine, dans cet extrait d'un discours intitulé Le savoir qui est sa propre fin (1852).
« Pour peu que nous soyons hommes, nous ne pouvons nous empêcher d'être, dans une large mesure, aristotéliciens, pour cette raison que le Maître n'a rien fait d'autre que d'analyser les pensées, sentiments, points de vue et opinions de l'humanité. Avant même que nous fussions nés, il nous a appris la signification de nos mots et de nos idées. En beaucoup de matières, penser correctement c'est penser comme Aristote et, bon gré mal gré, même sans le savoir, nous sommes ses disciples. »

Autres articles associés à ce dossier

Comment la cause efficicente devient contrainte

Jacques Dufresne

Commentaire sur quelques articles du livre de Gilbert Romeyer  Dherbey intitulé Aristote théologien et autres études de philsophie grecque, paru e

L'âme vivante chez Aristote [2010-11-9, 11:00:36]

Laurent Giroux

Fils de médecin, ayant étudié la vie marine à l’île de Lesbos, Aristote avait pu observer directement l’unité essentielle de tous les vivant

Fatum aristotelicum ou la liberté de la pratique

Christophe Paillard

Pour Aristote, le destin existe mais il n'est pas universel; l'art est un contre-destin qui confère à l'homme sa liberté.

Aristote ou le changement qui ne peut venir de l'intérieur

Le médiéviste Jean Gagné a consacré une thèse à la difficulté de distinguer le mouvement du changement tout en préservant la complémentarité

Apprendre à lire avec Aristote

Claude Gagnon

Texte d'une conférence donnée durant le semestre d'hiver 1997 au département de philosophie du Collège Édouard-Montpetit. Il expose les justifica




Nos suggestions