Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Essertier Daniel

17 novembre 1888-7 juin 1931, Athènes, Grèce

Daniel Essertier est né à Lille le 17 novembre 1888. Il fut élève au lycée de Lille, puis au lycée Henri IV, à Paris. Il passa la licence ès-lettres à Lille en 1909, comme boursier de licence. L'année suivante, il préparait à Bordeaux, sous la direction de Gaston Richard, un mémoire pour le diplôme d'études supérieures, sur l'oeuvre de Gabriel Tarde.

Son service militaire, commencé en 1912, devait prendre fin en'octobre 1914, mais, dès les premiers jours d'août 1914, Daniel Essertier est envoyé en Belgique avec son régiment. Là, il tombe malade de la scarlatine et il est laissé au passage, dans un petit village belge, tandis que se livre la bataille de Charleroi. Une fois rétabli, il est interné à Namur, puis au camp de représailles de Meyenbourg (Allemagne du nord, région des « Marais-du-Diable ») et à Darmstadt, à partir de novembre 1915. Dans l'été de 1917, il est interné à Genève, rapatrié enfin, un an plus tard.

En 1919 il est reçu au concours de l'agrégation de philosophie, et nommé professeur au lycée d'Annecy. En 1920, il devient professeur à l'Institut Français de Prague, tout nouvellement créé sous le patronage d'Ernest Denis. A partir de 1922, et sans interruption jusqu'à sa mort, il dirige la Revue française de Prague. En février 1927, il soutient en Sorbonne deux thèses pour le doctorat d'Etat: la principale intitulée Les Formes inférieures de l'explication, la seconde, Psychologie et sociologie, essai de bibliographie critique. De 1927 à 1929, il est chargé de cours à l'Université de Poitiers; en 1929, il est nommé titulaire de la chaire de philosophie.

En 1930-31, il avait été envoyé en mission à l'Université Egyptienne du Caire. En juin dernier, il allait revenir en France, après un long voyage en Palestine, en Syrie, et à Constantinople. Il voulut passer encore quelques jours à Athènes. A peine arrivés, alors qu’il visitait la ville avec son épouse, ils étaient, le 5 juin 1931, renversés dans une rue par un lourd camion. Daniel Essertier qui, affreusement blessé, épuisé par une abondante hémorragie, s’éteignit doucement le 7 juin à l'Hôpital Français d'Athènes.

Il était membre de l'Institut International de Sociologie (Genève) et membre de l'Institut de Sociologie de Paris. Son principal ouvrage, Les Formes inférieures de l'explication, avait été couronné en 1927 par l'Académie des Sciences Morales et Politiques (Prix Charles Lambert). L'Académie des Sciences Morales et Politiques lui a également décerné, en juillet 1931, à titre posthume, pour l'ensemble de son oeuvre, le Prix Gegner, réservé à un professeur ayant contribué au progrès de la science philosophique.

Informations tirées du numéro hommage à Daniel Essertier de la Revue française de Prague paru en 1931, tout juste après sa mort.
 

Articles