Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Avicenne

980-1037

Ce médecin et philosophe iranien, qui était aussi un aristotélicien fervent, a exercé une très grande influence sur la pensée médiévale et préparé les découvertes médicales de la Renaissance. Extrêmement doué pour la médecine, à 17 ans il guérissait le Prince de Boukhara, qui lui ouvrit sa bibliothèque. Dans son Canon de la médecine, dont il commença la rédaction très jeune, il résume Hippocrate et Galien en y ajoutant ses impressions personnelles. Il avait remarqué que la tuberculose et la dysenterie étaient contagieuses. Grand voyageur, il avait aussi découvert non seulement que l’eau polluée était responsable de la dysenterie mais qu’on pouvait «séparer les impuretés de l’eau» en la faisant bouillir. Son livre fut traduit de l’arabe1 au latin au XVe siècle, et largement diffusé en Europe jusqu’au XVIIe siècle. C’est d’abord à travers les écrits d’Avicenne que le Moyen Âge redécouvrit les Grecs. À la Renaissance, les médecins allèrent directement aux sources. (C.G.)

1. Notons que l'Iran ayant été envahie par les Arabes, tous les écrivains et philosophes iraniens écrivaient la plupart du temps en langue arabe à l'exception d'Avicenne qui a écrit ses deux livres Canun et Sh'afa en persan. Ces livres furent ensuite traduits en arabe.



La Première Intelligence
«L’univers avicennien ne comporte pas ce que nous appelons la "contingence", dès lors que le possible est fait existant. Si quelque possible est actualisé dans l’être, c’est que son existence est rendue nécessaire en raison de sa cause, laquelle à son tour est nécessitée par sa propre cause. Il s’ensuit que l’idée orthodoxe de "création" subit ici une altération radicale. Il ne peut s’agir de quelque chose comme d’un coup d’État survenu en la Volonté divine dans la "prééternité"; c’est une nécessité intradivine qui conduit de l’Être pur au premier être fait existant. La Création consiste dans l’acte même de la pensée divine se pensant elle-même, et cette connaissance que l’Être divin a éternellement de soi-même n’est autre que la Première Émanation, le Premier Nouv ou Première Intelligence (Aql awwal ). Cet effet initial, nécessaire et unique, de l’énergie créatrice identique à la pensée divine, assure la médiation de l’Un au Multiple, en posant soi-même le principe auquel il satisfait: "De l’Un ne peut procéder que l’Un."»
Association Avicennes

Articles


La conception avicennienne de l'éducation

Abdel Rahman Al-Naqib
Article paru sous le titre "Avicenne (Ibn Sina)", dans Perspectives: revue trimestrielle d'éducation comparée (Paris, UNESCO: Bureau international d'éducation), vol. XXIII, n° 1-2, 1993, p. 51-68. ©UNESCO : Bureau international d'éduc