Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Utopie

Dans le sens courant du terme, l'utopie est un rêve irréalisable. Thomas More fut le premier à utiliser ce mot pour désigner la société parfaite qu'il imaginait. Dans le mot utopie, la racine grecque topos, signifiant lieu, est précédée d'une lettre remplaçant aussi bien le préfixe eu qui veut dire bien que le préfixe ou, la négation. L'utopie est un bon lieu inexistant. Elle est, dira Jean-Jacques Wunenburger, « la relation de l'imagination historique avec cet ailleurs qui n'est jamais tout à fait nulle part, et qui nous déporte toujours vers du nouveau. »

Certains penseurs considèrent les utopies comme des choses positives, qui favorisent le progrès de l'humanité; d'autres les considérent comme une invitation au totalitarisme. Pour comprendre ces interprétations opposées il faut situer l'utopie par rapport à l'idéal et par rapport à l'idéologie.

L'idéal, l'idéal de justice par exemple, est inaccessible à la manière de l'étoile. On sait qu'on ne l'atteindra jamais, mais on peut espérer faire de modestes progrès vers le bien en le prenant comme repère dans la nuit de l'action. Solon, le fondateur du premier état de droit, est le parfait exemple de l'homme qui avait pris un idéal de justice comme guide, sans se faire d'illusions sur les obstacles auxquels il se heurterait en chemin. En raison même de son altitude et du mystère qui l'entoure, l'idéal protège l'homme d'action contre la tentation de détruire le médiocre présent pour hâter l'avènement de l'avenir radieux.

L'utopie est irréalisable, mais plutôt à la manière d'un devis, dont la réalisation supposerait des conditions qui n'existent pas. Des précisions imaginaires, semblables à celles que l'on trouve dans les plans et les scénarios, y remplacent le mystère de l'étoile. Tôt ou tard, un chef charismatique ayant une mentalité d'ingénieur et persuadé que l'homme peut réussir là où Dieu a échoué, ne résistera pas à la tentation de transformer l'humanité, c'est-à-dire de lui enlever sa forme actuelle, et la remplacer par l'utopie. Les pires crimes lui paraîtront alors justifiés. Est-il besoin d'évoquer ici le souvenir de Staline, d'Hitler et plus près de nous, de Saddam Hussein.

Certaines utopies, les cités idéales de Platon, de saint Augustin ou de Thomas More sont plus proches de l'idéal que du devis; d'autres comme le projet de Staline, celui de Marx ou celui des millénaristes libéraux actuels sont plus proches du devis. Dans la mesure où l'on prétend pouvoir la situer dans un lieu déterminé, à un moment précis de l'avenir, l'utopie s'éloigne de l'idéal pour se rapprocher du devis.

Pour le sociologue Karl Mannheim, l'utopie est une forme d'idéal constituant à ses yeux un contrepoids à l'idéologie. Il entend par utopie « toute orientation qui transcende la réalité et brime les normes de l'ordre existant, contrairement à l'idéologie qui exprime le statu quo ». On ne s'étonnera donc pas que Mannheim soit attaché aux utopies. En conclusion de Idéologie et utopie, il écrit: « La disparition de l'utopie amène un état de choses statique, dans lequel l'homme lui-même n'est plus qu'une chose. Nous serions alors en présence du plus grand des paradoxes imaginables : l'homme qui a atteint le plus haut degré de maîtrise rationnelle de l'existence deviendrait, une fois démuni de tout idéal, un pur être d'instincts ; et ainsi, après une longue évolution tourmentée, mais héroïque, ce serait précisément au stade le plus élevé de la prise de conscience, quand l'histoire cesse d'être un destin aveugle et devient de plus en plus la création personnelle de l'homme, que la disparition des différentes formes de l'utopie ferait perdre à celui-ci sa volonté de façonner l'histoire à sa guise et, par cela même, sa capacité de la comprendre. »


Qu'est-ce que l'utopie? (Gallica Utopie)

Quelques autres définitions (Anachron Library, en anglais)

Essentiel

À l'utopie, située dans l'avenir, produit du temps linéaire Jean-Jacques Wunenburger oppose le mythe et les autres créations de l'imaginaire humain. Ces créations sont plus proches du symbole, qui révèle un sens, que de l'objectif, qui fixe un but. L'utopie à ses yeux est un mythe dégradé en objectif, mot d'une prophétique ambiguïté: dans son sens militaire il désigne en effet une chose à détruire et, dans son sens politique, un but à atteindre. Le mythe est à son tour dégradé par l'utopie, qui vampirise littéralement l'imaginaire pour transformer son contenu vivant en objectifs figés:
« Les coryphées de l'utopie hantent toujours les espaces culturels, et espèrent faire signe aux dieux de l'imagination, pour qu'ils descendent de leur Olympe. Mais les hauts lieux sacrés sont aujourd'hui vides de dieux, depuis qu'ils ont quitté ces hauteurs paisibles pour se mêler au tumulte du monde, sous le masque des prophètes de l'histoire. Nous sommes ce peuple qui cherche toujours à mettre la main sur l'imagination divine, sans voir qu'elle nous enchaîne déjà dans notre quotidienneté. L'imagination désacralisée et fatiguée, rôde autour de nous, nous berçant de rêves d'histoire, et nous ne la reconnaissons pas dans ses tristes haillons. L'homme moderne s'apprête à renoncer à sa raison si longtemps idolâtrée, pour tenter le grand voyage vers l'imaginaire, sans se rendre compte qu'il ne trouvera rien de plus dans les paradis artificiels, que dans sa raison philosophique et historique. A tous les coins de son esprit, dans la clarté et l'évidence de ses concepts, dans la confusion et l'exaltation de ses fantasmes, il rencontre l'aspiration à une cité idéale, à un espace-temps dernier. L'imagination contemporaine, laïcisée et irradiant les finalités légitimées par sa raison, condamne l'homme à se courber sous une utopie monarchique. Conformistes et révoltés, tous se laissent séduire par le même guide du futur enchanteur. »

JEAN-JACQUES WUNENBURGER, L'utopie ou la crise de l'imaginaire, Jean-Pierre Delarge, Paris 1979, p. 227.


* * *


« L'histoire de l'utopisme est celle de la Tour de Babel que toute l'humanité a bâtie pour atteindre les hauteurs du ciel.
La tentation à laquelle les utopistes succombent est aussi permanente que notre imparfaite condition qui a sa racine dans le péché originel. On pourrait même dire que cet utopisme est la tentation originelle. Comme toutes les tentations, il doit être combattu. Mais penser qu'il peut être réduit pour toujours est une folie semblable à l'utopisme lui-même. Un pessimisme déraisonnable au sujet de l'individu et un optimisme aussi déraisonnable concernant la collectivité trahissent le mépris de l'utopiste pour la création, le monde et la nature tels qu'ils sont. »

THOMAS MOLNAR, L'utopie, éternelle hérésie, Traduit de l'anglais par Olivier Launay, Paris, Beauchesne, 1973, p. 264.

Dossiers connexes