• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Utopie

    Exposition "Utopie" à la BNF

    Définition

    Dans le sens courant du terme, l'utopie est un rêve irréalisable. Thomas More fut le premier à utiliser ce mot pour désigner la société parfaite qu'il imaginait. Dans le mot utopie, la racine grecque topos, signifiant lieu, est précédée d'une lettre remplaçant aussi bien le préfixe eu qui veut dire bien que le préfixe ou, la négation. L'utopie est un bon lieu inexistant. Elle est, dira Jean-Jacques Wunenburger, « la relation de l'imagination historique avec cet ailleurs qui n'est jamais tout à fait nulle part, et qui nous déporte toujours vers du nouveau. »

    Certains penseurs considèrent les utopies comme des choses positives, qui favorisent le progrès de l'humanité; d'autres les considérent comme une invitation au totalitarisme. Pour comprendre ces interprétations opposées il faut situer l'utopie par rapport à l'idéal et par rapport à l'idéologie.

    L'idéal, l'idéal de justice par exemple, est inaccessible à la manière de l'étoile. On sait qu'on ne l'atteindra jamais, mais on peut espérer faire de modestes progrès vers le bien en le prenant comme repère dans la nuit de l'action. Solon, le fondateur du premier état de droit, est le parfait exemple de l'homme qui avait pris un idéal de justice comme guide, sans se faire d'illusions sur les obstacles auxquels il se heurterait en chemin. En raison même de son altitude et du mystère qui l'entoure, l'idéal protège l'homme d'action contre la tentation de détruire le médiocre présent pour hâter l'avènement de l'avenir radieux.

    L'utopie est irréalisable, mais plutôt à la manière d'un devis, dont la réalisation supposerait des conditions qui n'existent pas. Des précisions imaginaires, semblables à celles que l'on trouve dans les plans et les scénarios, y remplacent le mystère de l'étoile. Tôt ou tard, un chef charismatique ayant une mentalité d'ingénieur et persuadé que l'homme peut réussir là où Dieu a échoué, ne résistera pas à la tentation de transformer l'humanité, c'est-à-dire de lui enlever sa forme actuelle, et la remplacer par l'utopie. Les pires crimes lui paraîtront alors justifiés. Est-il besoin d'évoquer ici le souvenir de Staline, d'Hitler et plus près de nous, de Saddam Hussein.

    Certaines utopies, les cités idéales de Platon, de saint Augustin ou de Thomas More sont plus proches de l'idéal que du devis; d'autres comme le projet de Staline, celui de Marx ou celui des millénaristes libéraux actuels sont plus proches du devis. Dans la mesure où l'on prétend pouvoir la situer dans un lieu déterminé, à un moment précis de l'avenir, l'utopie s'éloigne de l'idéal pour se rapprocher du devis.

    Pour le sociologue Karl Mannheim, l'utopie est une forme d'idéal constituant à ses yeux un contrepoids à l'idéologie. Il entend par utopie « toute orientation qui transcende la réalité et brime les normes de l'ordre existant, contrairement à l'idéologie qui exprime le statu quo ». On ne s'étonnera donc pas que Mannheim soit attaché aux utopies. En conclusion de Idéologie et utopie, il écrit: « La disparition de l'utopie amène un état de choses statique, dans lequel l'homme lui-même n'est plus qu'une chose. Nous serions alors en présence du plus grand des paradoxes imaginables : l'homme qui a atteint le plus haut degré de maîtrise rationnelle de l'existence deviendrait, une fois démuni de tout idéal, un pur être d'instincts ; et ainsi, après une longue évolution tourmentée, mais héroïque, ce serait précisément au stade le plus élevé de la prise de conscience, quand l'histoire cesse d'être un destin aveugle et devient de plus en plus la création personnelle de l'homme, que la disparition des différentes formes de l'utopie ferait perdre à celui-ci sa volonté de façonner l'histoire à sa guise et, par cela même, sa capacité de la comprendre. »


    Qu'est-ce que l'utopie? (Gallica Utopie)

    Quelques autres définitions (Anachron Library, en anglais)

    Enjeux

    Nicolas Berdiaeff avait déjà mis le monde en garde contre les utopies, il y a un siècle, dans un propos qu'Aldous Huxley cite au début du Meilleur des mondes: « Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu'on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante. Comment éviter leur réalisation définitive ?... Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d'éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins "parfaite" et plus libre. »
    * * *

    L'utopie, avons-nous dit, est un idéal en forme de devis. Elle a ainsi partie liée avec la technologie et le millénarisme, comme le prouvent à souhait les films de science-fiction. Walter Benjamin a mis en lumière le lien entre les machines et l'utopie dans son analyse du phalanstère de Fourier. « La plus intime impulsion donnée à l’utopie fouriériste, il faut la voir dans l’apparition des machines. Le phalanstère devait ramener les hommes à un système de rapports où la moralité n’a plus rien à faire. Néron y serait devenu un membre plus utile de la société que Fénelon. Fourier ne songe pas à se fier pour cela à la vertu, mais à un fonctionnement efficace de la société dont les forces motrices sont les passions. Par les engrenages des passions, par la combinaison complexe des passions mécanistes avec la passion cabaliste, Fourier se représente la psychologie collective comme un mécanisme d’horlogerie. L’harmonie fouriériste est le produit nécessaire de ce jeu combiné (1). »


    Note

    1. Walter Benjamin, Paris capitale du XIXe siècle. Une édition électronique réalisée à partir du texte de Walter Benjamin, “ Paris, capitale du XIXe siècle ”, « exposé » de 1939 – écrit directement en français par W. Benjamin – in Das Passagen-Werk (le livre des Passages), Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1982, pages 60 à 77. Une édition numérique réalisée par Daniel Banda, bénévole, professeur de philosophie en Seine-Saint-Denis et chargé de cours d'esthétique à Paris-I Sorbonne.

    Essentiel

    À l'utopie, située dans l'avenir, produit du temps linéaire Jean-Jacques Wunenburger oppose le mythe et les autres créations de l'imaginaire humain. Ces créations sont plus proches du symbole, qui révèle un sens, que de l'objectif, qui fixe un but. L'utopie à ses yeux est un mythe dégradé en objectif, mot d'une prophétique ambiguïté: dans son sens militaire il désigne en effet une chose à détruire et, dans son sens politique, un but à atteindre. Le mythe est à son tour dégradé par l'utopie, qui vampirise littéralement l'imaginaire pour transformer son contenu vivant en objectifs figés:
    « Les coryphées de l'utopie hantent toujours les espaces culturels, et espèrent faire signe aux dieux de l'imagination, pour qu'ils descendent de leur Olympe. Mais les hauts lieux sacrés sont aujourd'hui vides de dieux, depuis qu'ils ont quitté ces hauteurs paisibles pour se mêler au tumulte du monde, sous le masque des prophètes de l'histoire. Nous sommes ce peuple qui cherche toujours à mettre la main sur l'imagination divine, sans voir qu'elle nous enchaîne déjà dans notre quotidienneté. L'imagination désacralisée et fatiguée, rôde autour de nous, nous berçant de rêves d'histoire, et nous ne la reconnaissons pas dans ses tristes haillons. L'homme moderne s'apprête à renoncer à sa raison si longtemps idolâtrée, pour tenter le grand voyage vers l'imaginaire, sans se rendre compte qu'il ne trouvera rien de plus dans les paradis artificiels, que dans sa raison philosophique et historique. A tous les coins de son esprit, dans la clarté et l'évidence de ses concepts, dans la confusion et l'exaltation de ses fantasmes, il rencontre l'aspiration à une cité idéale, à un espace-temps dernier. L'imagination contemporaine, laïcisée et irradiant les finalités légitimées par sa raison, condamne l'homme à se courber sous une utopie monarchique. Conformistes et révoltés, tous se laissent séduire par le même guide du futur enchanteur. »

    JEAN-JACQUES WUNENBURGER, L'utopie ou la crise de l'imaginaire, Jean-Pierre Delarge, Paris 1979, p. 227.


    * * *


    « L'histoire de l'utopisme est celle de la Tour de Babel que toute l'humanité a bâtie pour atteindre les hauteurs du ciel.
    La tentation à laquelle les utopistes succombent est aussi permanente que notre imparfaite condition qui a sa racine dans le péché originel. On pourrait même dire que cet utopisme est la tentation originelle. Comme toutes les tentations, il doit être combattu. Mais penser qu'il peut être réduit pour toujours est une folie semblable à l'utopisme lui-même. Un pessimisme déraisonnable au sujet de l'individu et un optimisme aussi déraisonnable concernant la collectivité trahissent le mépris de l'utopiste pour la création, le monde et la nature tels qu'ils sont. »

    THOMAS MOLNAR, L'utopie, éternelle hérésie, Traduit de l'anglais par Olivier Launay, Paris, Beauchesne, 1973, p. 264.

    Documentation


    Les utopies

    Bacon, Francis. La Nouvelle Atlantide (New Atlantis) (1627).

    Cabet, Étienne. Voyage en Icarie (1840).

    Campanella, Tommaso. La Cité du Soleil (La Città del Sole) (1602; publié en 1623).

    Fourier, Charles. Oeuvres (1841-1848).

    Mercier, Louis Sébastien. L'An 2440 (1771).

    More, Thomas. L'Utopie (1516).

    Morris, William. News from Nowhere (1890).

    Saint-Simon, Claude-Henri de Rouvroy, comte de. De la physiologie sociale (1813) et Catéchisme des industriels (1824).


    Littérature utopique

    Lénine. L'État et la Révolution (1917).


    Études sur l'utopie

    Bouchard, Guy, Laurent Giroux et Gilbert Leclerc. L'utopie aujourd'hui. Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1985. Cet ouvrage met en lumière la puissance historiogène de l'imagination utopique: l'utopie n'est pas une chimère réactionnaire mais une image du futur faisant fermenter la pâte inachevée du présent.

    Freund, Julien. Utopie et violence. Paris, Marcel Rivière, 1978.

    Molnar, Thomas. L'utopie, éternelle hérésie. Traduit de l'anglais par Olivier Launay. Paris, Beauchesne, 1973.

    Mumford, Lewis. The Story of Utopias. New York, The Viking Press, 1962. Cette édition comprend une nouvelle introduction de l'auteur.

    Ricoeur, Paul. L'idéologie et l'utopie. Paris, Seuil, 1997.

    Ruyer, Raymond. L'utopie et les utopies. Paris, PUF, 1950. Coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine».

    Servier, Jean. Histoire de l'utopie. Paris, NRF-Gallimard, 1967. Coll. «Idées».

    Wunenburger, Jean-Jacques. L'utopie ou la crise de l'imaginaire. Jean-Pierre Delarge, Paris, 1979.


    Études en ligne

    Walden Two de B.F. Skinner

    "La renaissance de l'utopie". Dossier du Magazine littéraire, no 387, mai 2000. On peut parcourir le sommaire en ligne

    Laurent Lavoie (dir.), Utopia. De quelques utopies actuelles à l'aube du 3e millénaire, Presses de l'Université Laval / Éditions Syllepse, 2001, 234 p. (brève présentation de l'ouvrage)

    Orville H. Schmidt, Utopia. Heaven or Hell?, Writers Club Press, 2001. Vous pouvez en faire la lecture en mode image sur le site iUniverse.com

    Cyril Moulard, L'art du mensonge dans la contre-utopie chez chez E. Zamiatine, Nous autres (1920) - A. Huxley, Le Meilleur des mondes (1932) - G. Orwell, 1984 (1949) - I. Levin, Un bonheur insoutenable (1970). Mémoire de maîtrise de lettres modernes, Université de Nantes, juin 1997

    Claudio Magris, "La réalité est incomplète sans l'utopie" (entretien), La Quinzaine littéraire, no 802, 16 mars 2001

    Une société idéale?; entretien avec Elie Wiesel (Le Chroniqueur, no 1, octobre 1996)

    Les utopies comme contestation du fatalisme de l'histoire. Extrait de «Apocalyptique et foi chrétienne», par Philippe Aubert (Évangile et vérité, avril 2000)

    Le monde classique et l'utopie. Dossier de Folia Electronica Classica (Louvain-la-Neuve), no 2, décembre 2001:
    Paul-Augustin Deproost, L'utopie, une culture du projet

    Monique Mund-Dopchie, De l'âge d'or à Prométhée: le choix mythique entre le bonheur naturel et le progrès technique     

    Paul-Augustin Deproost, Rome. Les enjeux idéologiques d'un mythe urbain dans l'antiquité
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-17
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Anglais
    Utopia
    Documents Associés
    Thomas More
    Description du gouvernement, de la structure sociale, de l'agriculture sur l'Île d'Utopie, a
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.