Kubrick Stanley

1928-1999

Débuts

 

            Né dans une famille Juive de New York, Stanley Kubrick abandonne rapidement ses études et laisse libre cours à sa passion de l’image en devenant photographe pour le magazine Look. Il s’essaie au Cinéma dès 1950, en filmant une journée de la vie du boxeur Walter Cartier. Après avoir vendu son court-métrage intitulé Day of the Fight à la R.K.O, il tourne un reportage consacré à un prêtre du Nouveau-Mexique, qui vole d’une paroisse à l’autre dans un Piper Cub (Flying Padre (1951)). Ces expériences l’incitent à emprunter dix mille dollars pour réaliser Fear and Desire (1953), récit sanglant d’une guerre imaginaire. Un autre emprunt lui permet de mettre en scène son deuxième long-métrage, un film noir baptisé Le baiser du tueur (Killer’s Kiss). C’est alors que Stanley Kubrick rencontre James B. Harris. Ce jeune homme aussi riche que fasciné par le Septième Art change le cours de son existence. Il produit en effet Ultime Razzia (The Killing), l’œuvre qui marque le véritable début de sa grande carrière.

 

Particularité

 

            Stanley Kubrick se distinguait par son extraordinaire polyvalence. Sur chacun de ses films, il exerçait ainsi les fonctions de scénariste, de producteur, de réalisateur, de photographe et de monteur. Son perfectionnisme, reflet de son goût immodéré des Echecs, le poussait à rechercher l’excellence en toutes circonstances. Il pouvait, par exemple, effectuer plus de cinquante prises pour tourner une seule scène. Cette exigence fit sa force. Elle fut aussi sa faiblesse, car elle limita son œuvre à treize longs-métrages.

 

Articles





Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ