• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Scopas

    Sculpteur et architecte grec originaire de l'île de Paros (c. -395 - 350 av. J.-C.), contemporain de Praxitèle. Architecte, il conçut le temple d'Athéna à Tégée. On dit que la colonne qu'il sculpta pour le temple de Diane à Éphèse passait pour la plus belle qui soit. Il participa à la décoration du Mausolée d'Halicarnasse, dédié à la mémoire du roi Mausole par sa femme Artémise. Seuls quelques fragments préservés des frontons du temple d'Athéna (Musée national d'Athènes) permettent d'établir les traits caractéristiques de l'art de Scopas, indications que confirment divers ouvrages antiques: des corps puissants et trapus, des visages carrés et massifs, des yeux profondément encavés dans leur orbites, qui jettent des regards d'une grande intensité. L'émotion violente qui imprègne ces fragments passe pour l'essence même de l'art de Scopas.

    Pline l'Ancien (voir ci-après) lui attribue un certain nombre de statues qui se trouvaient à Rome au 1er siècle. Il mentionne un Apollon Palatin, une Vesta, des canéphores, et louange particulièrement un groupe de figures marines qu'il dit être toutes de la même main. L'art de Scopas et de Praxitèle devaient partager des traits communs puisque devant certaines oeuvres célèbres, Pline avoue son embarras à les attribuer à l'un ou l'autre des sculpteurs.

    Biographie

    Pline l'Ancien sur Scopas (Histoire naturelle)
    «Scopas est leur rival de gloire [de Praxitèle et de son fils, Céphisodote]. Il a fait une Vénus, le Désir et le Phaéton, honorés à Samothrace des cérémonies les plus saintes. Il a fait aussi l'Apollon Palatin, une Vesta assise, fort estimée, et qui est dans les jardins Serviliens ; deux porte-flambeaux qui sont à côté d'elle ; les pareils sont dans les monuments d'Asinius Pollion, où sont aussi des Canéphores du même. Mais les renommés de ses ouvrages dont le temple de Cn. Domitius, au cirque Flaminien : Neptune, Thétis, Achille, les Néréides, assises sur des dauphins, des cétacés et des chevaux marins ; les Tritons, le cortège de Phoreus, des baleines et beaucoup d'autres figures marines toutes d'une même main ; ouvrage admirable, quand même il eut occupé la vie entière de l'artiste. Outre les ouvrages susdits et ceux que nous ne connaissons pas, il y a encore de lui un Mars colossal, assis, dans le temple de Brutus Callaïeus (vainqueur de la Gallicie), auprès du même cirque ; de plus, dans le même endroit, une Vénus nue antérieure à celle de Praxitèle, et qui ferait la gloire de tout autre lieu.

    À Rome, il est vrai, elle est effacée par la multitude des ouvrages ; et de grandes masses de devoirs et d'affaires détournent chacun d'une telle contemplation. En effet, l'admiration de l'art demande le loisir et un lieu profondément silencieux. C'est par une raison de ce genre qu'on ignore si l'auteur de cette Vénus consacrée par l'empereur Vespasien dans son temple de la Paix, et digne de la réputation des anciens temps. Même hésitation au sujet du groupe dans le temple d'Apollon Sosien, les enfants mourants de Niobé : est-il de Scopas ou de Praxitèle ? De même la statue de Janus consacrée dans le temple de ce dieu par Auguste et apportée d'Égypte, duquel de ces artistes est-elle ? Au reste, désormais l'or la recouvre. On se fait la même question sur le Cupidon tenant un foudre, dans la curie d'Octavie : la seule chose qu'on affirme, c'est qu'il est le portrait d'Alcibiade, le plus beau des Athéniens à cet âge. Il y a dans ces écoles d'Octavie beaucoup d'ouvrages qui plaisent, quoique les auteurs en soient inconnus : quatre Satyres ; l'un porte sur ses épaules Bacchus revêtu de la palla (robe) ; l'autre porte semblablement la déesse Libera ; le troisième empêche un enfant de pleurer ; le quatrième donne à boire à un autre enfant dans une coupe ; et deux Zéphyrs encore qui de leur souffle gonflent leurs vêtements. On n'est pas moins incertain sur les auteurs des figures placées dans les Clôtures [du Champ de Mars], Olympos et Pan, Chiron et Achille ; et pourtant la renommée les juge assez belles pour que les gardiens en répondent sur leur vie.

    Scopas eut pour contemporains et pour rivaux Bryaxis, Timothée et Léocharès, desquels il faut parler en même temps, parce qu'ils ont travaillé ensemble au Mausolée : on appelle ainsi le tombeau érigé par Artémise à son mari Mausole, petit roi de Carie, mort l'an deux de la cent sixième olympiade. C'est surtout grâce à ces artistes que cet ouvrage est compté entre les sept merveilles.»

    PLINE L'ANCIEN, Histoire naturelle, Livre XXXVI, 13, traduit et annoté par Émile Littré, Paris, éd. Dubochet, 1848-1850, tome 2, p.503-504

    Oeuvres

    Fragments attribués à Scopas Têtes du temple d'Athéna (Musée national, Athènes)
    Fragments du Mausolée d'Halicarnasse Roi Mausole (?)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Grèce
    Naissance
    c. -395, Paros
    Déces
    c. 350
    Documents Associés
    Le Chevalier de Jaucourt, ,
    Scopas, Praxitèle, sculpture grecque, dorure et peinture des sculptures (avis du Comte de Caylus)

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.