• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Aron Raymond

    Raymond-Claude-Ferdinand Aron, pseudonyme: René Avord.
    Philosophe et journaliste (Combat, Figaro, Express), historien, sociologue et politicologue français.
    Il a toujours dénoncé l'interprétation marxiste de l'histoire; il fut le maître de Henry Kissinger.

    Biographie

    Chronologie

    «D'Ormesson a écrit: "Aron s'étonnait volontiers de n'avoir pas été le Kissinger français. (... ) J'aurais été de Gaulle, Pompidou ou Giscard, j'aurais choisi Aron comme conseiller du Prince." L'homme avait tout pour cela: intelligence analytique, compréhension de l'économie, des relations internationales, de l'Histoire, tout sauf la manière. "De Gaulle trouvait qu'Aron ne le servait pas assez, Aron trouvait que de Gaulle ne le consultait pas", résume aujourd'hui Jean d'Ormesson. "Entre Giscard et lui, c'était le choc des orgueils", se rappelle Glucksmann. Kissinger, intellectuel américain, nommé conseiller puis ministre de plusieurs présidents, négociateur de la paix au Viêtnam, a été l'élève d'Aron aux États-Unis. "Personne n'a eu sur moi une plus grande influence intellectuelle, écrit-il. Il fut un critique bienveillant lorsque j'occupais des fonctions officielles. Son approbation m'encourageait, les critiques qu'il m'adressait parfois me freinaient." Ce qui fait dire à Henri Mendras : "Auprès de Kissinger, Aron a été le conseiller du conseiller du Prince." Aron trouve, à la fin de sa vie, que la politique a été trop sérieuse et trop tragique, dans sa génération, pour que les amitiés résistent aux divergences dans ce domaine, avec Malraux comme avec Sartre. Pour Malraux, il y avait du sacré dans la politique, c'était de Gaulle; pour Sartre, il y avait du sacré dans la politique, c'était la gauche. Pour Aron, ce qu'il y a de plus sacré, c'est la "décision raisonnable".»

    Cécile Romane, source et article complet sur la vie et l'oeuvre de Raymond Aron.

    Oeuvres

    Bibliographie commentée.

    Introduction à la philosophie de l'histoire: essai sur les limites de l'objectivité historique. Paris, Gallimard, 1938. Nouv. éd. rev. et annotée par Sylvie Mesure, Gallimard, 1991.

    La philosophie critique de l'histoire. Essai sur une théorie allemande de l'histoire. Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1950.

    L’Opium des intellectuels, 1955.

    La Tragédie algérienne, 1957.

    Dimensions de la conscience historique. Paris, Plon, [c1961; 1964].

    Paix et guerre entre les nations, 1962.

    Dix-huit Leçons sur la société industrielle, 1963

    La Lutte des classes, 1964.

    Démocratie et Totalitarisme, 1965.

    Auguste Comte et Alexis de Tocqueville, juges de l'Angleterre. Oxford, Clarendon Press, 1965.

    Trois essais sur l'âge industriel, 1966.

    Les étapes de la pensée sociologique: Montesquieu, Comte, Marx, Tocqueville, Durkheim, Pareto, Weber. [Paris], Gallimard, 1967. Réédition: Gallimard, 1983.

    D'une sainte famille à l'autre. Essai sur les marxismes imaginaires, 1969.

    Histoire et dialectique de la violence. [Paris], Gallimard, 1973.

    Penser la guerre, Clausewitz, 1976.

    Plaidoyer pour l'Europe décadente, 1977.

    Mémoires, 1983.

    Documentation

    Nicolas Baverez , Raymond Aron un moraliste au temps des idéologies, Paris, Flammarion, Champs, no 332, 1993.

    Christian Malis, Raymond Aron et le concept de puissance (comparaison avec Kant).
    Revue Commentaire, fondée par Aron en 1978.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-10
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    14 mars 1905, Paris
    Déces
    17 octobre 1983
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.