Préraphaëlisme

Le sens et l'origine du nom Préraphaëlites (John Ruskin)
«125. — C'est avec raison que les Préraphaélites ont choisi ce nom, et fixé ainsi l'époque du changement qui termine la carrière de l'art médiéval, Car cette transformation a été opérée, non seulement à l'époque de Raphaël, mais par Raphaël lui-même, et dans une oeuvre qu'il exécuta au milieu même de sa vie artistique.

Vous vous souvenez, sans doute, des excellentes raisons que nous avons pour fixer le début du développement intellectuel de l'homme vers l'âge de douze ans. Fixons donc à cet âge le début de la vie artistique de Raphaël. Il mourut à l'âge de trente-sept ans. Dans sa vingt-cinquième année, six mois seulement après le milieu précis de sa vie artistique, il fut envoyé à Rome pour décorer le Vatican pour le pape Jules II. N'ayant jusqu'alors travaillé que dans la manière austère, médiévale, il écrivit dans la première chambre de ce palais le Mene, Tekel, Upharsin des Arts de la Chrétienté.

Il l'écrivit ainsi : Sur l'un des murs de cette chambre, il peignit une image du monde ou du royaume de la Théologie, présidé par le Christ. Sur le mur latéral de la même chambre, il peignit une image du monde ou du royaume de la Poésie, présidé par Apollon. Et de cette salle, et de cette heure, date la décadence de l'esprit artistique en Italie.

126. — La signification de ce fait ne doit pas être trouvée simplement dans l'usage de la figure du dieu païen pour personnifier la poésie. Un tel usage des symboles fournis par les figures des divinités païennes a été pratiqué dans les meilleurs temps de l'art chrétien. Ce qui est plus significatif, c'est qu'étant appelé à Rome spécialement pour orner le palais du soi-disant chef de l'Église, comme étant le meilleur représentant des artistes chrétiens de son temps, Raphaël n'eut ni assez de piété, ni assez d'originalité pour subordonner l'esprit de la poésie et l'esprit de la philosophie à l'inspiration du vrai Dieu, tout comme celui de la théologie; mais il éleva, au contraire, les créations de l'imagination, sur l'un des murs, au même rang que les symboles de la foi, sur l'autre. Il dressa, consciemment, en face de la montagne ou du roc de Sion, pour l'y opposer, le rocher du Parnasse et celui de l'Acropole. Il glorifia, parmi les maîtres de la poésie, Pétrarque et Pindare, mais il ne mentionna ni Isaïe, ni David, et si nous trouvons, parmi les grands philosophes, les maîtres de l'école d'Athènes, nous ne trouvons aucun des sages, plus grands encore, par le dernier desquels cette école fut vaincue, ces sages qui reçurent leur science du ciel même, dans la vision de Gabaon et parmi les éclairs de Damas.

117. — La condamnation de l'art européen sortit de cette chambre, et le talent de l'artiste qui avait ainsi marqué l'instant de son déclin contribua à l'aggraver. La perfection d'exécution et la beauté des formes que révèlent ses oeuvres et celles des meilleurs de ses contemporains firent de ces qualités le but suprême de tous les artistes; et, dès lors, on attacha plus de prix à l'exécution qu'à la pensée, et à la beauté qu'à la vérité.

Ce sont là, comme je vous l'ai dit, les deux causes secondaires de la décadence de l'art, la principale étant l'oubli de la mission morale qu'il a à remplir. Notez-le bien: Dans l'art médiéval la pensée vient en premier lieu, l'exécution en deuxième lieu; dans l'art moderne, l'exécution précède la pensée. Dans l'art médiéval, la vérité vient en premier lieu, la beauté en deuxième lieu ; dans l'art moderne, la beauté précède la vérité. Les principes médiévaux conduisaient vers Raphaël, en montant ; les principes modernes viennent de Raphaël, en descendant.»

JOHN RUSKIN, «Le préraphaëlisme», conférence prononcée le 18 novembre 1853, in Conférences sur l'architecture et la peinture, traduites et annotées par E. Cammaerts, Paris, Librairie Renouard

Articles


Les Préraphaëlites et la peinture d'histoire

John Ruskin
Extrait d'une conférence sur le Préraphaëlitisme prononcée à Edimburg en 1853.

Les trois âges de l'art

John Ruskin
Dans cette conférence sur le Préraphaëlisme, prononcée à Édimburg en 1853, Ruskin élabore sa théorie des trois âges du monde: le Classicisme qui s'étend jusqu'à la chute de l'empire romain; le Médiévalisme, s'étendant jusqu'à la fin du

Dossiers connexes




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ