Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Marché



    Définition

    Dans un premier sens, concret, le marché est un "lieu public, couvert ou en plein air, où se tiennent toutes sortes de marchands qui exposent et vendent des denrées alimentaires, des articles de bazar et des objets d'usage courant" (Trésor de la langue française informatisé). On parlera, de manière générale, d'un "lieu où l'on se rassemble pour vendre et acheter, et, par extension, lieu quelconque où il se présente des acheteurs" (Th. Bachelet, Dictionnaire général des lettres, des beaux-arts et des sciences morales et politiques, Paris, Delagrave, 1876).

    De manière plus abstraite, on définira le marché comme l'"ensemble de consommateurs réels ou potentiels d'une production, d'un service" (Trésor de la langue française informatisé)

    On emploie aussi, pour désigner le système économique occidental, l'expression d'"économie de marché": "conception des relations commerciales fondée essentiellement sur l'équilibre des achats et des ventes, sur l'état de l'offre et la demande" (Trésor de la langue française informatisé)

    L'économiste François Perroux propose une intéressante définition du marché: "ensemble de firmes, centres de décision autonome, liées entre elles par un réseau d'échanges, qui rend interdépendants tous les prix et toutes les quantités" (Écon. XXe s., 1964, p. 282; cité par le Trésor de la langue française informatisé).

    Documentation

    Jean-Paul Tchang, De la criée au Globex: l’interconnexion des marchés, Les Cahiers de médiologie, no 3 "Anciennes nations, nouveaux réseaux (format PDF)

    Document sonore:

    Le marché, une idée devenue folle. Vous pouvez écouter à l'aide de Windows Media Player ce documentaire radiophonique de Louis Belzile ("Des idées plein la tête", Radio-Canada, 24 mars 2002): "À nous qui avons cru que le monde était libéré du totalitarisme avec la chute du mur de Berlin et la fin de l'URSS, l'histoire a ménagé une vilaine surprise. La pensée unique, fond de commerce du totalitarisme, n'est pas morte. Elle s'incarne plutôt bien dans un grand corps : l'«économisme». L'économisme est posture intellectuelle qui consiste à croire et à répandre une vision unidimensionnelle du monde : l'économie de marché et ses corollaires. Hors du marché, point de salut. Le marché et rien d'autre. Cette vision étroite a remplacé la religion, elle est devenue notre religion laïque. Ce document est athée."
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    Documents Associés
    Raccourcis

      Référence



      Dons reçus (2019-2020):6100$
      Objectif: 25 000$


      Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

      Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




      TEST C