• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Louis XIV

    Roi de France.

    "Louis XIV, le Grand, né en 1638, à Saint-Germain-en-Laye, était fils de Louis XIII et d’Anne d’Autriche. Il fut reconnu roi en 1643, à 5 ans, et devint majeur en 1651, à 13 ans. La régence fut confiée à sa mère Anne d’Autriche, qui prit Mazarin pour principal conseiller. La minorité de Louis XIV fut agitée au dedans par les troubles de la Fronde, et signalée au dehors par des guerres glorieuses avec l’empire et l’Espagne, qui ne furent terminées que par le traité conclu en 1649 avec l’empereur à Munster, et par la paix des Pyrénées, conclue en 1659 avec l’Espagne. Par ce dernier traité, Louis XIV épousa l’infante Marie-Thérèse d’Autriche, fille du roi d’Espagne.

    Après la mort de Mazarin (1661), Louis commença à régner par lui-même. Profitant de la paix et secondé par d’habiles ministres (Colbert, Le Tellier, Louvois, Séguier, De Lionne, etc.), il rétablit le commerce, diminua les impôts, fit fleurir les arts, réforma l’administration et rendit de sages lois. En 1665, Philippe IV, père de la reine, étant mort, Louis réclama, en vertu du droit de Dévolution, la Flandre et la Franche-Comté, comme indemnité de la dot de sa femme, dot qui n’avait jamais été payée; sur le refus qu’on fit de les lui livrer, il marcha sur la Flandre dont il prit toutes les villes en une seule campagne (1667); l’année suivante, il conquit plus rapidement encore la Franche-Comté. La Hollande, l’Angleterre et la Suède s’étant alors liguées contre lui avec l’Espagne, Louis se vit obligé de conclure avec cette dernière puissance la paix d’Aix-la-Chapelle (1668); par ce traité, il abandonnait la Franche-Comté, mais gardait la Flandre.

    Après s’être assuré de la neutralité de l’Angleterre, Louis XIV déclara en 1672 la guerre aux Hollandais, qui s’étaient précédemment joints à ses ennemis : la campagne fut ouverte avec de brillants succès par le roi en personne, suivi de Turenne et de Condé; c’est au début de cette campagne qu’eut lieu le célèbre passage du Rhin. Le roi d’Espagne, l’Empereur et l’électeur de Brandebourg, que la puissance du monarque français épouvantait, se liguèrent alors contre lui (1674) et commencèrent une nouvelle guerre : Louis s’empara de nouveau de la Franche-Comté, Turenne entra dans le Palatinat, qu’il mit à feu et à sang; Schomberg battit les Espagnols dans le Roussillon; Condé défit le prince d’Orange à Senef; Duquesne gagna deux batailles navales contre Ruyter, qui périt dans la dernière. L’Angleterre étant venue se joindre à la coalition, Louis XIV offrit la paix : il signa, en 1678, le traité de Nimègue, qui lui assurait la Franche-Comté. C’est après ces brillants succès que lui fut décernée le surnom de Grand. La paix ne l’empêcha pas d’ajouter à la France Strasbourg, Luxembourg et 20 autres villes, qu’il se fit adjuger par les Chambres de Réunion; Alger fut bombardé en 1682, pour avoir insulté le pavillon français, et Gênes dut également s’humilier devant le grand roi (1685).

    Mais la révocation de l’édit de Nantes (1685) vint interrompre le cours de tant de prospérités : cet acte de rigueur fit sortir de France une foule de familles qui portèrent chez l’étranger leur industrie et leur fortune. Peu après se forma la ligue d’Augsbourg (1686), par laquelle l’Empire, l’Espagne, l’Angleterre, la Hollande se coalisèrent de nouveau contre la France. La campagne s’ouvrit pour Louis XIV par des succès que contre-balança la parte de la bataille navale de La Hogue. Les années 1692, 93 et 94 furent signalées par la prise de Namur et les victoires de Fleurus, de Steinkerque, de Nerwinde et de Marsaille; mais Namur fut reprise par Guillaume à la fin de 1694, et, lasses d’hostilités inutiles, les puissances belligérantes conclurent le traité de Ryswyk (1697) : le roi abandonna ses dernières conquêtes, excepté Strasbourg.

    La mort de Charles II, roi d’Espagne, qui laissait sa couronne à Philippe, duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, amena une nouvelle coalition, dirigée par le célèbre triumvirat d’Eugène, Marlborough et Heinsius, et alluma une nouvelle guerre, celle de la Succession d’Espagne (1701). Les premières années furent mêlées de succès et de revers; mais en 1704, les Français furent battus à Hochstett, en 1706 à Ramillies et à Turin, et ils perdirent les Pays-Bas et l’Italie. Enfin, en 1707, Berwick gagna en Espagne la victoire signalée d’Almanza, et Duguay-Trouin battit les flottes ennemies dans plusieurs rencontres. Cependant Louis XIV, ayant éprouvé quelques revers l’année suivante, demanda la paix; on ne lui fit que des réponses dures et humiliantes, et il se vit forcé de continuer la guerre; elle ne fut pas heureuse : Villars fut vaincu à Malplaquet par Marlborough et le prince Eugène (1709). Tout semblait perdu lorsque Vendôme gagna la victoire de Villaviciosa, qui rendit le trône d’Espagne à Philippe (1710), et Villars celle de Denain (1712), qui amena la paix d’Utrecht (1713) : par ce traité, Louis XIV conservait ses conquêtes (Alsace, Artois, Flandre, Franche-Comté, Cerdagne, Roussillon). Il mourut deux ans après, le 1er septembre 1715, laissant la couronne à son arrière-petit-fils, Louis XV, qui n’était âgé que de 5 ans. Il avait perdu peu auparavant son fils, dit le Grand Dauphin, et son petit-fils, le duc de Bourgogne.

    Le règne de Louis XIV est l’époque la plus brillante de la monarchie : sous ce prince, la gloire des lettres, des arts et du commerce s’unit à celle des armes; c’est alors en effet qu’ont brillé Condé, Turenne, Vauban, Luxembourg, Villars, Catinat, Duquesne et Duguay-Trouin; Colbert et Louvois; Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Boileau, Bossuet et Fénelon; Lebrun, Lesueur, Girardon, Puget et Perrault; c’est alors que furent élevés l’Hôtel des Invalides, le Val-de-Grâce, les palais de Versailles, de Trianon, de Marly, la colonnade du Louvre, que furent fondées les manufactures de Gobelins, de la Savonnerie, etc.

    Louis XIV avait toutes les qualités d’un grand roi : noble, généreux, brave, ferme, laborieux, administrateur habile, ami des lettres et des arts; il joignait à ces qualités une figure belle et majestueuse; mais il fut trop absolu dans l’usage du pouvoir (c’est lui qui disait : l’État, c’est moi); en outre il aima trop la guerre, le faste et les plaisirs; il eut un grand nombre de maîtresses, dont les plus célèbres sont Mmes de La Vallière et de Montespan, et il ne craignit pas d’égaler aux princes du sang, en les légitimant, les enfants qu’il en avait eus, notamment le duc du Maine. Quant à Mme de Maintenon, qui fut la compagne de ses dernières années, il s’était uni à elle par un mariage secret.

    Louis XIV prit une grande part aux affaires ecclésiastiques de son temps : il révoqua l’édit de Nantes (1685); il exerça de grandes rigueurs contre les Protestants, ainsi que contre les Jansénistes, et força son clergé à signer la bulle Unigenitus, qui condamnait ces derniers; cependant il sut, quand il le voulut, maintenir son indépendance vis-à-vis du Saint-Siège; il exigea même impérieusement de deux papes (Alexandre VII et Innocent XI) de dures réparations.

    On a de ce roi quelques écrits, qui ont été publiés en 1806, sous le titre d’Oeuvres de Louis XIV, 6 v. in-8; on y remarque les Instructions qu’il rédigea pour le Dauphin et le roi d’Espagne, et des Mémoires pour l’instruction du Dauphin. Ces Mémoires ont été publiés à part et plus complètement par M. Dreyss, en 1859."

    Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie. Ouvrage revu et continué par Alexis Chassang. Paris, Hachette, 1878, p. 1120-1121

    Biographie

    Louis XIV
    Lithographie. Imprimé
    Créé par "Goupil & Cie., artist"
    Copyright : Little, Brown & Co., 1897
    Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division
    Numéro de reproduction : LC-USZ62-124397
    Domaine public

    Documentation

    Moret, Ernest (18..?-1858), Quinze ans du règne de Louis XIV, 1700-1715, Paris, Didier, 1859 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF) : Tome premier, 413 p.
    Tome deuxième, 419 p.
    Tome troisième, 476 p. Lavisse, Ernest. Louis XIV : histoire d'un grand règne, 1643-1715. Tome 2. Numérisation de l'édition de Paris, Tallandier, 1978, 732 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-15
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1638, St-Germain-en-Laye
    Déces
    1715
    Documents Associés
    Hippolyte Monin
    Louis XIV, Louis XIII, Anne d'Autriche, Marie-Thérèse, royauté, roi, histoire de France, Mazarin, Colbert, Richelieu, Fouquet, Fronde, Versailles, monarchie
    Raccourcis
    Anecdotes sur Louis XIV, par Voltaire (1748)

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.