• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Islamisme

    L'islamisme aujourd'hui. Conférence de Hamit Bozarslan, directeur d'étude au CHDT-EHESS. L'Université de tous les savoirs, 2007.


    La porte de la grande Mosquée bleue, à Istanbul. Photo: Otto Kohler.

    Définition

    «La tendance islamiste, chez les musulmans, désigne en général les groupes et mouvements qui, dans plusieurs pays, cherchent à établir, ouvertement ou clandestinement, un gouvernement ou un État islamique. Cet objectif se justifie par le fait qu'un gouvernement islamique appliquerait vraisemblablement certaines, sinon la plupart, des lois et règles de l'islam (la charia) qui ont trait, entre autres, à l'habillement, aux relations entre les sexes, à l'interdiction de l'alcool et des jeux d'argent, aux châtiments propres à des crimes précis et aux restrictions imposées aux opérations bancaires et aux prêts à intérêt. Les citoyens d'un tel État islamique pourraient alors vivre en plein accord avec les exigences de leur foi; il leur serait plus facile de s'épanouir spirituellement et il y aurait moins d'obstacles à leur salut. Les musulmans concernés auraient en outre davantage voix au chapitre dans leurs propres affaires et pourraient plus facilement protéger leurs intérêts dans leurs relations avec les étrangers.

    Les musulmans qui demandent le réveil de leur religion et de leur communauté font une large place, d'une part, à la nécessité d'un renouveau spirituel individuel par la réaffirmation des prescriptions morales et éthiques de leur foi et, d'autre part, à la nécessité de revitaliser la communauté en général, la collectivité musulmane dans son contexte physique et politique. Au siècle dernier, d'éminents penseurs et activistes islamistes ont attaché de l'importance à l'axe interne et spirituel du réveil, alors que d'autres préconisaient la prise de mesures ou de lignes de conduite précises pour améliorer la condition sociale et politique des musulmans en général.

    Pendant l'âge d'or de l'impérialisme moderne, un des activistes les plus francs a été Jamal al-Din al-Afghani (Asadabadi), un penseur et orateur qui a prêché le panislam et l'anti-impérialisme, principalement dans les territoires musulmans sunnites d'Inde, d'Égypte et de Turquie, comme les moyens les plus efficaces de modifier la situation des musulmans du Moyen-Orient à son époque (il est mort en 1897). D'autres représentants du mouvement et du message islamistes qui ont eu du succès préconisaient la réforme des dimensions internes et externes de la vie des musulmans [...]

    Depuis l'abolition, en 1924, du califat ottoman, dernier des gouvernements islamiques multinationaux indigènes, la majorité des musulmans du Moyen-Orient sont gouvernés soit par des chefs tribaux, féodaux ou monarchiques traditionnels, soit par des élites modernisées et, au moins en partie, laïcisées. Selon les islamistes, ces élites et la majorité de ces chefs sont plus attentifs aux intérêts des forces et des pouvoirs extérieurs, pour la plupart non musulmans, et pas assez sensibilisés aux besoins réels de leurs sujets musulmans. Ils doivent donc être remplacés par des personnes qui connaissent mieux le mode de gouvernement islamique et qui sont davantage susceptibles de permettre à la population majoritaire de vivre en conformité plus étroite avec les règles de l'islam.

    Objectifs de l'islamisme
    Au Moyen-Orient, la plupart des groupes islamistes poursuivent un objectif commun, à savoir la création d'une société vraiment islamique dans laquelle ils pourront vivre sous un régime guidé par les règles de leur foi, telles que les codifie la loi islamique. Pour les extrémistes, la première condition de la réalisation de cet objectif est le renversement par la force des élites actuellement au pouvoir au Moyen-Orient, dont des régimes aussi différents que les monarchies du Maroc, de l'Arabie Saoudite, de l'Émirat du Koweït et des Émirats arabes unis, et les régimes laïcs de l'Algérie, de l'Égypte et de la Tunisie. Pour les islamistes d'Israël et des Territoires occupés, c'est la destruction de l'État israélien. Les idéologies importées tels que le communisme, le socialisme, le libéralisme et le nationalisme sont, et pas tout à fait sans raison, soit considérées comme des échecs là où elles ont été mises à l'essai, soit jugées indésirables là où elles ne l'ont pas été, parce qu'elles préconisent des politiques non islamiques ou semblent autrement incompatibles avec les normes islamiques.

    Le mouvement islamiste a pour objectif à plus long terme la constitution d'un bloc d'États dont les gouvernements appliqueront la loi et les pratiques de l'islam. Il espère qu'un tel bloc pourrait, seul ou en s'alliant avec d'autres nations du tiers-monde, changer les règles du système international, surtout dans le domaine commercial, et modifier ainsi l'équilibre actuel des puissances économiques et politiques dans l'ensemble du monde. C'est pourquoi sa vision du monde est menaçante pour l'Occident, selon certains. Les islamistes croient que l'islam peut créer, ou contribuer à créer, un ordre politique équitable à l'échelle tant internationale que nationale. Pour eux, comme pour la plupart des régimes du tiers-monde, les règles et règlements actuels ont été établis par les grandes puissances pour protéger leurs propres intérêts et perpétuer leur prédominance politique et économique.

    Deux modèles de base : le courant principal et le courant militant
    Il est possible de diviser les musulmans qui s'efforcent d'établir un État ou gouvernement islamique en deux groupes, selon les méthodes qu'ils utilisent pour réaliser leurs buts. Ceux du courant principal de l'islamisme cherchent à réaliser leurs objectifs dans le cadre des règles et règlements en vigueur dans leurs sociétés respectives. Habituellement, ils ne s'opposent pas à un certain degré de pluralisme politique, au fonctionnement au sein du système et à la participation démocratique, et ils reconnaissent les droits et les intérêts de la minorité. Ils sont le plus souvent pragmatiques et n'écartent pas l'existence d'une économie de marché. Le courant principal de l'islamisme comprend les Frères musulmans d'Égypte et de Jordanie, et certaines sections du Front islamique du salut (FIS), en Algérie, avant que celui-ci, privé de sa victoire électorale et déclaré illégal, n'entre dans la clandestinité.

    Le deuxième groupe de personnes qui épousent le concept d'un État islamique est composé d'islamistes révolutionnaires, radicaux et militants, prêts à recourir à la violence pour renverser les gouvernements en place. Cette tendance est le mieux illustrée en Égypte, par certains éléments des Organisations islamiques (Jama'at Islamiyya) et par le Jihad islamique (Jihad Islami). La menace que représente l'intégrisme islamique et dont on parle beaucoup actuellement en Occident vient exclusivement de ce groupe d'islamistes, qui rejettent en général l'idée du pluralisme, politique ou autre, dénigrent la démocratie parce que non islamique, et répriment les minorités religieuses, linguistiques et ethniques. Ils considèrent normalement les tactiques terroristes comme un outil légitime, dans l'arsenal dont ils disposent.

    La nature de la menace
    Aujourd'hui, le mouvement islamique au Moyen-Orient est une menace non pas parce qu'il est islamique ou intégriste, mais parce que certains de ses membres sont militants et enclins à utiliser des tactiques violentes pour atteindre ses buts. Ceux-ci sont l'établissement, dans la plupart des États de la région, de nouveaux gouvernements d'orientation islamique qui appliqueront la loi (la charia) et des pratiques administratives islamiques, puis la formation d'un bloc d'États qui sera en mesure de changer les règles des relations internationales et du commerce extérieur et, donc, de modifier l'équilibre actuel du pouvoir économique et politique partout dans le monde.
    En mettant l'islam de l'avant en tant que mode de vie global, à la fois système de valeurs morales et spirituelles et méthode d'administration publique, les islamistes utilisent le potentiel idéologique de leur foi et présentent celle-ci comme une alternative aux idéologies importées de l'Est et de l'Ouest qui ont échoué. «(traduction) Autant que tout autre élément, c'est la détermination des intégristes à éliminer les élites au pouvoir dans le monde musulman qui fait de ce dernier une menace pour les intérêts occidentaux, et non son «intégrisme» littéral ou son orthodoxie liée aux questions de foi.» (Shireen Hunter, SAIS Review, 6:1 (1986), p. 191) Les islamistes pensent que les dirigeants actuels de la majorité des pays de la région doivent être déposés pour l'une ou l'autre des raisons suivantes, ou pour toutes : 1) ces dirigeants n'appliquent pas la charia ou ne l'appliquent pas assez strictement; 2) ils sont cupides, corrompus et enclins à la débauche, ce qui contrevient au sens islamique de la justice sociale; 3) ils sont perçus comme des clients des puissances occidentales, surtout de la superpuissance hégémonique.»

    WILLIAM MILLWARD, extraits de "La montée de l’intégrisme islamique" (1ère partie), Commentaire, no 30, avril 1993; (2e partie), Commentaire, no 31, avril 1993 (Service canadien du renseignement de sécurité)

    Enjeux

    Comprendre le tourment actuel du monde arabe
    «Le mot islam veut dire soumission, abandon à Dieu, et notre mentalité est prompte à n'y voir que passivité et fatalisme. C'est la preuve par neuf, entend-on dans nos cercles progressistes, de l'état rétrograde de ce monde et de ses rendez-vous manqués avec la modernité depuis son décrochage à la Renaissance. On mentionne pourtant sans sourciller, tant chez les chrétiens que chez les juifs, que Dieu avait demandé à Abraham de lui sacrifier son fils Isaac (Ismaël chez les Arabes) en signe d'abandon total à sa parole, ce que le patriarche s'apprêta à faire jusqu'à ce que Dieu l'arrêtât in extremis. On est également beaucoup plus indulgent à l'égard du bouddhisme lorsqu'il prône un détachement du monde et forcément une attitude passive.

    Le mot islam est par ailleurs à rapprocher du mot salam qui signifie paix, une paix dont le Christ parle abondamment dans le Nouveau Testament sans que cela choque outre mesure.

    Ce sont ces réalités-là qu'il faut explorer si l'on veut comprendre le tourment actuel du monde arabe et, par ricochet, le mépris envers une grande partie de notre héritage humain. Or, comme le remarquait si simplement le grand orientaliste français Louis Massignon (1883-1962): «Il faut se rapprocher d'une chose non en nous, mais en elle», c'est-à-dire se décentrer mentalement et intellectuellement pour comprendre l'Autre de la façon dont il s'appréhende lui-même. C'est alors que le bouleversant témoignage culturel empreint de folie divine que cette culture a recelé et recèle encore, nous atteint car nous pouvons enfin nous y refléter et nous y reconnaître.

    À cette aune, que valent les concepts de démocratie, de liberté et de droits de l'homme face à la sensibilité enflammée — frisant quelquefois la susceptibilité — et l'intelligence aiguë de la beauté ou encore face au sentiment tout aussi extrême de l'hospitalité et de l'honneur, directement issu de l'héritage tribal pré-islamique? On sent bien que c'est le vainqueur qui écrit l'histoire. Pis, il impose le langage dans lequel le vaincu ne peut se justifier ni trouver sa juste place ni, à tout le moins, sauver la face. Car c'est également de cela qu'il s'agit dans le monde arabe : un sentiment d'humiliation exacerbé par le sentiment de l'honneur.

    [...]

    Revenons à Louis Massignon qui a eu ces paroles prémonitoires : "Il est puéril de préconiser de bas procédés contre des convictions collectives qui sont infiniment plus hautes; ces procédés finissent par se heurter contre des consciences qui résistent et se vengent à la longue de leurs fauteurs." Traitant plus particulièrement du triste sort des Palestiniens, il dira également : "90 000 traînent aussi autour d'Hébron une vie désolée, là même où Dieu trouva un hôte en Abraham [à Mambré] nos racismes méprisants dénient à ces pauvres Arabes, sacrifiés, exilés par la technique coloniale, ce respect sacré de l'hôte, cette hospitalité divine dont l'honneur tribal arabe est le dernier dépositaire à présent." Massignon, ami de Chaïm Weizmann, premier président d'Israël, était pro-sioniste au départ, croyant à la coexistence pacifique des juifs et des Arabes en Terre Sainte; il devait déchanter par la suite et dénoncer les abus du sionisme. Les deux lignées issues d'Abraham s'opposaient à nouveau : celle de Sara, son épouse légitime qui enfanta Isaac, dont se réclame Israël; celle d'Agar, servante du patriarche, qui mit au monde Ismaël, que le Coran reconnaît comme héritier légitime. Agar avait été renvoyée avec son fils par Sara après la naissance d'Isaac.

    Les bonnes âmes pensent que le fanatisme islamiste est un mal qui trouve son origine dans les sourates obscurantistes du Coran. Elles pensent que les kamikazes (Massignon évoquait en 1958, longtemps avant qu'ils n'existassent, les hommes-torpille) sont de pauvres hères manipulés par un clergé rétrograde ou des dirigeants corrompus. Elles n'ont pas complètement tort mais leur raisonnement s'arrête là et refuse de considérer ce que Durkheim décrivait sous l'expression «suicide altruiste». On découvre — oh surprise! — que ces fanatiques sont souvent des gens ordinaires, devenus criminels par une déception inouïe, un peu à la façon d'un cynique dont la tendresse excessive a été trompée et blessée par les injustices de la vie. On revient toujours à la question de l'honneur et il est significatif qu'un des axes fondamentaux de la pensée de Massignon est la loyauté, la parole donnée, à l'image des deux Alliances. Au fond, un criminel, car c'en est un, est quelqu'un dont le sentiment de beauté et d'honneur a été détruit par un autre système ou individu, tout aussi criminel que lui. Simone Weil ne serait sans doute pas en désaccord, qui disait: "Toute oppression crée une famine à l'égard du besoin d'honneur, car les traditions de grandeur possédées par les opprimés ne sont pas reconnues, faute de prestige social; et c'est toujours là l'effet de la conquête." Mais notre jugement illustre plutôt la parabole de la femme adultère, lapidée par ceux-là même qui se pensaient sans péché, ou encore celle du pharisien et du publicain, le premier se glorifiant de ses œuvres et de sa pureté alors que le second s'abîmait dans son doute et son sentiment d'insuffisance

    On comprend dès lors la fixation du monde arabe (et musulman) sur la revendication palestinienne d'avoir Jérusalem-Est comme capitale, là où se trouve le troisième lieu saint de l'islam, la mosquée al-Aqça ("la très éloignée" où a eu lieu l'ascension extatique du prophète). On comprend aussi la dernière phrase de Massignon sur Hébron, tombeau d'Abraham et quatrième lieu saint. Le symbole a une force inouïe car il sert de moteur, de pôle d'attraction, il résume les aspirations de millions de gens. Un symbole n'appartient pas à l'ordre de la quantité; il est plutôt le point de cristallisation des sentiments du beau, de l'amour, de la douleur, de la dignité. Et l'Occident en a en grande partie perdu la notion, qui a transféré l'importance et la signification des symboles vers les sphères du patrimoine culturel — et encore! — ou des revendications identitaires. Il y a sans aucun doute là un corollaire à la perte de l'exaltation noble, de l'ivresse poétique. Le monde arabe, pour sa part, a renforcé cet attachement aux symboles religieux. Il s'y est même jalousement replié dans les cas les plus extrêmes, tant le sentiment de dépossession est fort. Et ce sentiment, poussé à ses limites, engendre naturellement des comportements-limite d'autant plus absurdes que l'oppresseur impose une thérapeutique d'un ordre radicalement étranger: il n'y a alors plus rien à perdre et le désespoir se mue en absolu et en mirage par un mécanisme que Simone Weil appelait l'imagination combleuse de vide. C'est ainsi qu'il faut comprendre la comparaison insensée entre Saddam Hussein et Saladin, le grand sultan du XIIe siècle : les deux sont nés à Takrit et ont dit non à l'Occident, ce qui a contribué à faire effacer une grande partie des horreurs du premier aux yeux de nombreux admirateurs dont tous les héros ont depuis longtemps été décapités.

    Oui, un certain Occident a beaucoup perdu récemment en gagnant la guerre et le conflit qui s'amorce en Irak entre le glaive américain et l'esprit arabe est inégal, pour reprendre l'opposition qu'affectionnait Albert Camus, né lui aussi en terre arabe, en Algérie. Pourtant cette inégalité ne se joue pas entre deux forces disproportionnées mais entre deux plans dont il n'est pas sûr que le premier sorte nécessairement vainqueur.»

    JEAN-PHILIPPE TROTTIER, «Les sentiments blessés de l'honneur et de la beauté chez les Arabes», L'Agora, vol. 10 no 1, été 2003

    Documentation

    Gilles Kepel, Jihad, expansion et déclin de l’islamisme, Paris, Gallimard, 2000. On peut lire en ligne l'intéressant compte rendu de Vincent Vier (PARU, 8 janvier 2001)
    Olivier Roy, Généalogie de l’islamisme, Paris, Hachette, 1995
    Olivier Roy, L’échec de l’Islam en politique, Paris, Éditions du Seuil, 1992
    Olivier Da Lage, Échec de l'islam politique?, Le Monde diplomatique, juillet 2000
    Martine Gozlan, Pour comprendre l’intégrisme islamique, Paris, Albin Michel, 1995
    Edgar Weber et Georges Reynaud, Croisade d’hier et djihad d’aujourd’hui, Le Cerf 2001, 342 p.

    William Millward, La montée de l’intégrisme islamique (1ère partie), Commentaire, no 30, avril 1993; (2e partie), Commentaire, no 31, avril 1993 (Service canadien du renseignement de sécurité)
    Alexandre del Valle, Islamisme et Etats-Unis, une alliance contre l’Europe, Éditions l’Age d’Homme, 1998.
    Richard Labevière, Les dollars de la terreur. Les États-Unis et l’islamisme, Paris, Grasset. On peut lire en ligne le premier chapitre de l'ouvrage.
    Mark Huband, Warriors of the Prophet: The Struggle for Islam, Westview Paper, 1999
    François Burgat, L’Islamisme en face, La Découverte, 1995
    Bobby S. Sayyid, A Fundamental Fear: Eurocentrism and the Emergence of Islamism, Zed Books, 1998
    Morgan Norval, Triumph of Disorder: Islamic Fundamentalism, the New Face of War, Sligo Press, 1999
    Dan Tschirgi, Conflits d'un nouveau type en Égypte et au Mexique. Des islamistes aux zapatistes, la révolte des "marginaux de la terre", Le Monde diplomatique, janvier 2000.

    David F. Forte, Radical Islam vs. Islam,The Heritage Foundation.
    Reuven Pas, Is There an Islamist Internationale? (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT - Israël).
    Olivier Roy, Les contours flous de l'"internationale" islamiste. Un fondamentalisme sunnite en panne de projet politique, Le Monde diplomatique, octobre 1996
    Thierry Sarmant, Résistants ou terroristes? Compte rendu de: Antoine Basbous,L’islamisme, une révolution avortée?, Paris, Hachette, 2000 (PARU, 25 janvier 2001)
    Abdessamad Dialmy, L'islamisme marocain: entre révolution et intégration, Centre d'études des interdisciplinaires des faits religieux, EHESS


    Laurent Murawiec, The Wacky World of French Intellectuals, The Middle East. Quarterly, vol VII, no 2, mars 2000. L’auteur s’en prend aux intellectuels français qui, comme Alexandre del Valle ou le général Gallois, lient l’expansion actuel de l’islamisme à certains choix de la politique américaine.

    Is Islamism a Threat? A Debate. Participants: John Esposito, Graham Fuller, Martin Kramer, Daniel Pipes. The Middle East Quarterly, vol VI, no 4, décembre 1999
    Islam "hijacked" by Terror (BBC News).
    Mark Juergensmeyer, Terror in the Mind of God. The Global Rise of Religious Violence, University of California Press, 2001 (Comparative Studies in Religion and Society, 13). Vous pouvez en lire ici le premier chapitre. Le développement du terrorisme religieux dans le monde, parmi lequel l’islamisme radical.
    Les réseaux du Jihad en France. Dossier du Nouvel observateur, no 1928, 18 octobre 2001
    Get Ready for Twenty World Trade Center Bombings. Entrevue avec Steven Emerson, The Middle East Quarterly, vol. IV, no 2, juin 1997. L’auteur évoque les activités des groupes islamistes en territoire américain.
    Shaul Shay et Yoram Schweitzer, The ‘Afghan Alumni’ Terrorism. Islamic Militants against the Rest of the World (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 6 novembre 2000).
    Rashid, Ahmed. Jihad. The Rise of Militant Islam in Central Asia, Yale University Press, 2002, 304 p. On peut lire ici un extrait de l’ouvrage.
    The psychology of terrorism; the meaning of Jihad; the hope for peace (The Religion Report, Radio National, Australian Broadcasting Corporation, 3 octobre 2001). Vous pouvez en faire l'écoute en Real Audio
    Fiona Symon, The Roots of Jihad, BBC News, 16 octobre 2001
    Yael Shahar, The Islamic Justification for Killing Non-Combatants in War. Commentary (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 12 septembre 2001).
    Reuven Paz, Radical Islamist Terrorism: Points for Pondering (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 20 juin 2001).
    Reuven Paz , Is There an “Islamic Terrorism”? (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 7 septembre 1998).
    Michael Whine, Islamist Organisations on the Internet (International Policy Institute for Counter-Terrorism - ICT (Israël), 1er avril 1998).
    Trail of a Terrorist. The Story of a Young Algerian, Trained in Bin Laden's Camps, Who Was Caught Crossing the Canada-U.S. Border in December 1999 With a Carload of Explosives Headed for L.A. (Frontline, PBS online)
    Beyond Belief. The Perplexing Case of Ziad Jamir Jarrah. On peut consulter en ligne le dossier de cette enquête de l’émission "The Fifth Estate" (CBC, télévision canadienne de langue anglaise, 10 octobre 2001) concernant un des terroristes qui ont perpétré les attentats du 11 septembre 2001. On peut faire l’écoute d’extraits en Real Vidéo.

    Taslima Nasrin: "They Wanted to Kill Me".Entrevue. The Middle East Quarterly, vol 7, no 3, septembre 2000. Une rencontre avec l’écrivain bien connu qui fut la victime des attaques des islamistes dans son pays, le Bangladesh.
    Salman Rushdie, A War That Presents Us All With a Crisis of Faith, The Guardian, 3 novembre 2001. Islam vs islamisme
    Rushdie Attacks "Paranoid Islam", BBC News, 2 novembre 2001
    Un texte critique: Ibn Warraq, La nature totalitaire de l'Islam; Les origines de l'Islam; L'Affaire Rushdie: le vrai visage de l'intolérance islamique. Extraits de Pourquoi je ne suis pas musulman, L’Âge d’homme, 1999 (Islam Info). Pour un point de vue non conformiste sur l’Islam, on ira voir le site de l’Institute for the Secularization of Islamic Society qu'il anime

    Documents sonores
    Les États-Unis ne sont pas un rempart contre l’islamisme. Vous pouvez écouter en Real Audio cette intervention de Alexandre del Valle, (Débat Le complot Américain mythe, délire ou réalité, dans le cadre du café philo «de Droite» animé par Jean-Pierre Pagès-Schweitzer, le jeudi 26 octobre 2000, Restaurant P.M, place St-Michel, Paris, 6ème (site Les 4 vérités).

    Pakistan. L’islamisme, une force qui assure sa relève. Vous pouvez écouter en Real Audio le reportage de Daniel Raunet (émission "Dimanche Magazine, Radio-Canada, 21 octobre 2001): "Le fondamentalisme musulman au Pakistan constitue plus qu’un courant, plutôt une véritable vague de fond qui traverse la société. D’ailleurs, beaucoup de militaires pakistanais appartiennent ou sont sympathiques aux mouvements islamistes. Nombre d’entre eux ont fréquenté les médersas (écoles coraniques) qui sont, pour ces mouvements de véritables pépinières."

    Document vidéo: Osama bin Laden and the International Terrorist Threat. Participants à cette table ronde: Stan Bedlington, CIA Counter-Terrorist Center; Laurie Mylroie, auteur; Peter Probst, Institute for Terrorism and the Study of Political Violence. Vous pouvez en faire l'écoute en format Real Audio (The Heritage Foundation, 20 septembre 2001)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-07
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Anglais
    islamism
    Documents Associés
    Josette Lanteigne
    Musulman, mosquées, fondamentalisme, révolution islamiste
    Raccourcis
    Islamisme (Institut européen de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe)
    Islamic Fondamentalism (article de l’encyclopédie Britannica rédigé par John L. Esposito; sur le site du Arbeitsgemeinschaft Afghanistan (groupe de recherche sur l’Afghanistan), une association basée en Allemagne)
    On consultera avec intérêt le site Web de Daniel Pipes, politologue américain spécialiste de l'islam radical
    Quel Islam?

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.