Impatiente du cap

Fleur sauvage du Québec.

Plante annuelle; tige souple et translucide, parfois rougeâtre, assez haute (50 à 100 cm), feuilles alternes, ovales à bout pointu, dentées; fleurs composées d'un éperon jaune repliée (partie fermée) et de lévres tachetées d'orange (partie repliée); capsule élastique qui se détend au toucher.
Fleurit en été, pousse souvent en massifs dans les lieux humides et ombragés.





Usage médical:

«Le suc abondant qui s'échappe des tiges écrasées est employés dans la médecine populaire pour guérir les effets de l'Herbe à la Puce (Rhus radicans).» 1


1. Frère Marie-Victorin, Flore Laurentienne, Presses de l'Université de Montréal, Montréal, 1964, p.400.

Essentiel

«Vous n'avez pas eu toute patience,
    Cela se comprend par malheur, de reste.
    Vous êtes si jeune ! et l'insouciance,
    C'est le lot amer de l'âge céleste !

    Vous n'avez pas eu toute la douceur,
    Cela par malheur d'ailleurs se comprend ;
    Vous êtes si jeune, ô ma froide sœur,
    Que votre coeur doit être indifférent !»

Paul Verlaine, Birds in the night.

Essentiel

«Vous n'avez pas eu toute patience,
    Cela se comprend par malheur, de reste.
    Vous êtes si jeune ! et l'insouciance,
    C'est le lot amer de l'âge céleste !

    Vous n'avez pas eu toute la douceur,
    Cela par malheur d'ailleurs se comprend ;
    Vous êtes si jeune, ô ma froide sœur,
    Que votre coeur doit être indifférent !»

Paul Verlaine, Birds in the night.

Articles





Nos suggestions