• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Semmelweis Ignaz Philipp

    Extrait d'un documentaire de la BBC consacré à Semmelweis - en anglais

    Médecin hongrois à qui l.'on doit la victoire sur les fièvres puerpérales, cinquante ans avant les travaux de Pasteur sur les microbes. La carrière de Semmelweis illustre le pouvoir de la plus pure compassion quand elle s'allie à la plus grande rigueur.

    «Il a indiqué du premier coup les moyens prophylactiques que l'on doit prendre contre l'infection puerpérale, avec une telle précision que l'antiseptie n'a rien à ajouter aux règles qu'il avait prescrites.»
    Widal

    «Ce fut un très grand coeur et un grand génie médical. Il demeure, sans aucun doute, le précurseur clinique de l'antiseptie, car les méthodes préconisées par lui, pour éviter la puerpérale, sont encore et seront toujours d'actualité. Son oeuvre est éternelle. Cependant, elle fut, de son époque, totalement méconnue.»
    Louis-Ferdinand Céline

    Notice apparaissant dans un dictionnaire réputé du XIXe siècle:
    «Savant accoucheur autrichien, né à Ofen, le 1er juillet 1818. Il étudia la médecine successivement à Pest et à Vienne, et prit son grade de docteur à cette dernière université, le 2 avril 1844. De 1846 à 1849, il remplit avec zèle les fonctions d’assistant à la clinique d’accouchement de Vienne. C’est de cette époque que datent ses premiers travaux sur la contagiosité de la fièvre puerpérale; mais il eut le chagrin de voir ses idées mal accueillies et du reste compromit la cause qu’il défendait par ses violentes attaques contre Scanzoni, Siebold, etc., dans ses Offene Briefe. Nommé professeur d’accouchement à l’Université de Pest en 1854, il fit paraître en 1861 son important ouvrage sur la fièvre puerpérale, et le 13 août 1865 mourut dans une maison d’aliénés de Vienne.»
    L. Hahn, article « Ignatz-Philipp Semmelweiss », dans A. Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Troisième série. Tome huitième (Scl-Sep), Paris, G. Masson , Asselin et Houzeau, 1880, p. 600.

     

     

    Biographie


    À propos d'une Note sur la fièvre puerpérale rédigée par Semmelweis

    M. Semmelweis, chef de clinique à l’hôpital général de Vienne, adresse une Note sur la fièvre puerpérale, et sur une cause qu’il regarde comme présidant très fréquemment au développement de cette maladie.

    La fréquence de la fièvre puerpérale, dans certains hospices, a porté plusieurs praticiens à considérer cette affection comme du nombre de celles qui peuvent revêtir un caractère épidémique. L’auteur de la Note ne partage point cette opinion. Il a cru remarquer que la maladie ne règne pas également dans tous les services d’accouchement, mais qu’elle sévit principalement dans ceux où sont admis des élèves en médecine qui s’occupent de dissections. Autrefois, dit-il, les élèves en médecine et les élèves sages-femmes étaient répartis dans les deux cliniques d’accouchement qui existent au grand hôpital de Vienne: la maladie régnait dans les deux services avec une égale intensité. À partir de 1836, la première clinique fut assignée aux élèves en médecine; la deuxième, réservée exclusivement aux élèves sages-femmes. À dater de ce jour, il y eut entre les deux services une différence énorme sous le rapport de la mortalité, et cette différence se soutint jusqu’au mois de mai 1847, époque à laquelle on prescrivit des mesures dont le succès sembla prouver qu’on avait bien reconnu la vraie cause du mal. L’auteur fait remarquer que, dans les neuf mois qui se sont écoulés, les plus bas chiffres de mortalité ont correspondu aux mois d’hiver qui étaient auparavant les plus funestes, et qui sont les mois où les élèves appelés à pratiquer le toucher s’occupent davantage de dissections. Il regarde, en effet, la fièvre puerpérale des hospices comme étant, dans bien des cas, le résultat d’une infection contagieuse produite par des éléments cadavériques.

    Suivant lui, l’emploi de l’eau simple ou de l’eau de savon ne suffit pas pour détruire complètement les substances délétères qui restent attachées à l’épiderme des mains; mais des ablutions pratiquées avec une solution concentrée de chlorure de chaux mettent à l’abri de toute chance d’infection.

    Commissaires, MM. Velpeau, Lallemand, Rayer.

    source: Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences (Institut de France), janvier-juin 1848, p. 254-255.

    Oeuvres

    * Die Aetiologie, der Begriff und die Prophylaxis des Kindbettfiebers. Wien, 1861, gr. In-8o
    * Zwei offene Briefe an Dr. Ed. Casp. Jac. v. Siebold u. an Dr. F. W. Scanzoni, Professoren der Geburtshule, Wien, 1861, in-8o
    * Zwei offene Briefe an Dr. J. Spath. Prof der Geburtsh. and der k. k. Joseps Akad. in Wien und an Hofrath Dr. F. W. Scanzoni, Prof. der Geb. zu Wurzburg. Wien, 1861, in-8o.
    * « Fall von sackartiger Ausbuchtung des schwangeren Gebarmutterhalses ». In Wiener med. Wochenschr., 1857, no 2.

    Documentation

    Louis-Ferdinand Céline, La vie et l'œuvre de Philippe Ignace Semmelweis (sa thèse de doctorat en médecine)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-19
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Hongrie
    Naissance
    1818, Budapest
    Déces
    1865
    Documents Associés
    Jacques Dufresne
    Fièvres puerpérales, asepsie, maladies infectieuses.
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.