• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Humanitarisme

    Définition

    Cet amour des hommes en général est un sentiment moderne qui s'oppose à l'amour chrétien du prochain et au patriotisme. Le Trésor de la langue française met l'accent sur le sens péjoratif de ce mot; La seule définition qu'il en donne est la suivante: «doctrine humanitaire jugée utopique, vaine ou même dangeureuse.» Elle est suivie de cette citation de Julien Benda, tirée de la Trahison des Clercs: «Dénoncer l'humanitarisme comme une déchéance morale; bien mieux comme une déchéance intellectuelle.»

    En France, au XIXe siècle comme au XXe, c'est toujours l'utopie humanitariste, ou l'une de ses variantes, qui a été invoquée par le pacifistes au moment où l'ennemi était aux portes. Dans Les employés, paru en 1837, Balzac prête à l'un de ses personnages des sentiments humanitaires qu'il s'empresse de ridiculiser. «Aussi rêvait-il la Jeune Allemagne et la Jeune Italie. Son coeur s'enflait de ce stupide amour collectif qu'il faut nommer l'humanitarisme, fils aîné de défunte Philanthropie, et qui est à la divine Charité catholique ce que le Système est à l'Art, le Raisonnement substitué à l'Oeuvre. Ce consciencieux puritain de la liberté, cet apôtre d'une impossible égalité, regrettait d'être forcé par la misère de servir le gouvernement, et faisait des démarches pour entrer dans quelque administration de Messageries. Long, sec, filandreux et grave comme un homme qui se croyait appelé à donner un jour sa tête pour le grand oeuvre, il vivait d'une page de Volney, étudiait Saint-Just et s'occupait d'une réhabilitation de Robespierre, considéré comme le continuateur de Jésus-Christ. »

    Dans son numéro de septembre-octobre 1900, la Revue des Deux Mondespubliait un article de Georges Goyau intitulé "Humanitarisme et patriotisme". En voici l'esprit:
    «Voir évoluer, entre ces deux points extrêmes de l'horizon des idées, dont l'un s'appelle patriotisme et l'autre humanitarisme, la génération qui commençait de régir la France; saisir les alternatives de conduite qui la ballottaient entre l'un et l'autre de ces pôles; débrouiller le chaos d'idées contradictoires, ­ aspirations patriotiques, doctrines anti militaristes, ­ où se débattirent les protagonistes de la Défense nationale et de la Commune; épier les survivances des thèses humanitaires dans le cerveau de ces hommes nouveaux, et parfois en constater l'évanouissement; ressaisir en revanche, parmi les fidèles de la maçonnerie, l'ambitieux appareil de ces doctrines, et les retrouver en 1871 non moins solennelles, non moins inaccessibles aux leçons des événement, non moins périlleuses pour l'intégrité de l’idée de patrie, qu'elles ne l'étaient en 1869 : tel est I'objet de cette étude.»

    Enjeux

    Quelles que soient les réserves que l'on puisse avoir sur l'humanitarisme, on ne saurait nier qu'aujourd'hui cette doctrine, complémentaire par rapport aux droits de l'homme, apparaît comme la seule bannière sous laquelle on puisse espérer rallier toutes les bonnes volontés du monde. On peut voir les limites de l'aide humanitaire, lui préférer l'aide de personne à personne, mais on ne saurait éviter, dans le partage entre humains, un anonymat qui ramène l'amour à l'humanitarisme.

    Il demeure cependant possible d'éviter des pièges comme celui du néo-colonialisme, dont on pourrait donner tant d'exemples à notre époque. Si l'on en croit les psychologues qui se sont penchés sur cette question, il importe surtout de ne pas sacrifier l'amour concret du voisin à l'amour abstrait du lointain.

    Voici l'opinion de Gustave Le Bon dans Psychologie de l'éducation:

    «Pacifisme, humanitarisme, solidarisme sont devenus les mots d’ordredes partis avancés, mais on sait combien profondes sont les haines se dissimulant derrière ces termes et de quelles menaces la société actuelle est l’objet. [...]

    Et quelle est la cause profonde de ces accès d’humanitarisme apparent ? Simplement cette soif intense d’inégalité qui fait le fond secret des principes d’égalité que nous proclamons bien haut. Sortis le plus souvent des couches les plus obscures de la démocratie, nos professeurs ne veulent souffrir aucun contact avec les membres de la classe où ils sont nés.»

    Dans L'homme du ressentiment, Max Scheler fait ainsi écho à Gustave Le Bon:

    «L'humanitarisme remplace, le « prochain» et « l'individu», qui seuls expriment vraiment la personnalité profonde de l'homme, par « l'humanité » comme collectivité : si bien que l'amour qui s'attache à une partie de cette collectivité (peuple, famille ou individu) en vient à être considéré comme un détournement de ce qui est dû à la totalité comme telle. Il est assez significatif que la langue chrétienne ignore l' « amour de l'humanité »! Sa notion fondamentale est «l'amour du prochain ». L'humanitarisme moderne ne vise directement ni la personne ni certains actes spirituels déterminés (l'homme en tant que personne, et l'acte comme réalisant en l'homme la loi du Royaume des Cieux), ni même cet être visible qu'est le « prochain » ; il ne vise que la somme des individus humains, comme telle.»
    Max Scheler, L'homme du ressentiment, Paris, Gallimard, 1958, p. 112.


    Essentiel

    «Et, de même qu'on limite l'amour par le haut, en isolant le «genre humain » des énergies et des valeurs supérieures, de même, le limite-t-on par le bas, en opposant l'homme à tous les autres êtres vivants, et au reste de l'univers. Retranché du Royaume des Cieux, l'homme ne l'est pas moins des formes et des forces du reste de la nature.» (Max Scheler, op. cit., p. 111)

    Documentation


    L'humanitarisme est-il un humanisme? Chronique mensuelle de J.-F. Desmaison (Le Cultur@ctif suisse)

    Faire la guerre à la guerre. Entretien avec le nouveau président du CICR Jakob Kellenberger (Construire, année 2000, no 14, 4 avril 2000)

    L'humanitarisme: une formidable escroquerie (Mutations radicales)

    Action humanitaire et conflits armés: comment intervenir? Dossier de l'émission "Chasseurs d'idées", Télé-Québec, 18 mars 2001

    Olivier Corten, Les ambiguïtés du droit d'ingérence humanitaire, Le Courrier de l'Unesco, août 1999

    Dans ce portrait de Louis-Joseph Papineau, l'auteur, Lionel Groulx, critique l'humanitarisme du célèbre orateur québécois. «Quand il arriva à Paris, vers 1840, le patriotisme français, en pleine crise, se diluait dans l'humanitarisme inconsistant. C'était le triomphe des idéologues romantiques qui élevaient la nouvelle doctrine à la hauteur d'un messianisme. Dans son «Livre du peuple», Lamennais honnissait le nom d'étranger; et Lamartine entonnerait bientôt «La Marseillaise de la Paix»: «Ma patrie est partout où rayonne la France.» Papineau ne sut point se défendre tout à fait de la creuse illusion. Rien de plus révélateur à ce sujet qu'une de ses lettres de 31 octobre 1854. On y voit se heurter, dans la pensée de l'ancien chef national, le rêve humanitariste et le patriotisme mal résigné à mourir.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.