• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Flaubert Gustave

    Écrivain français, né à Rouen le 12 décembre 1821, mort à Croisset (Seine-Inférieure) le 8 mai 1880.

    Biographie

    « Fils d'un Champenois devenu chirurgien en chef de l'Hôtel-Dieu de Rouen, Achille-Cléophas Flaubert, et d'une Normande de vieille souche, Anne-Justine-Caroline Fleuriot, Gustave Flaubert était le quatrième d'une famille de six enfants, dont trois seulement survécurent, l'aîné, Achille, le quatrième, Gustave, et une fille cadette, Caroline. II fit ses études au collège de sa ville natale et ne s'y distingua point autrement que par un goût très prononcé pour l'histoire; reçu bachelier, il partit pour Paris et s'inscrivit à l'Ecole de droit. Une maladie assez grave l'obligea peu de temps après à regagner Rouen. Il ne cherchait, du reste, que l'occasion de renoncer à des études qu'il n'avait entreprises que sur les injonctions formelles de son père et qui lui inspiraient une véritable horreur. Dès cette époque, tout travail étranger à la littérature lui apparaissait comme une diminution; il lisait beaucoup; il écrivait davantage encore, mais sans rien achever. On a recueilli dans des mélanges posthumes quelques-uns de ces essais fragmentaires d'entre sa dix-huitième et sa vingtième année, certains assez personnels déjà, sinon par le fond, qui reste romantique, du moins par le tour, singulièrement net et serré: ainsi le fragment d'autobiographie romanesque qui porte le titre de Novembre. Le premier fragment en date publié est le Chant de la mort (1838) ; le second, Smarh (vieux mystère, dit le manuscrit), daté de l'année suivante, emprunte une certaine importance du fait qu'on y peut trouver l'idée mère et comme les linéaments de cette fameuse Tentation de saint Antoine, éternelle obsession du pauvre Flaubert qui ne cessa d'y revenir, de la reprendre et de la remanier jusqu'en 1874 où elle parut enfin en volume et quand l'Artiste en avait déjà publié les trois quarts dès 1857. Cependant la mort du père de Flaubert, en le soustrayant à une tutelle trop étroite et par le bénéfice d'une succession assez considérable, allait lui permettre de renoncer à toute espèce de travail autre que de son choix. Dès lors la littérature le prend, l'absorbe tout entier. Il s'installe d'abord aux environs de Rouen, à Croisset, avec sa famille, puis il part pour la Bretagne avec M. Maxime du Camp et en rapporte la matière d'un livre d'impressions qui sera publié après sa mort sous le titre de Par les Champs et par les Grèves. Retour à Croisset. Smarh devient dans l'esprit de Flaubert la Tentation de saint Antoine qu'il ébauche dans ses grandes lignes. En 1849, nouveau départ avec M. du Camp, mais cette fois pour la Grèce, la Syrie, l'Egypte, etc., d'où il compte rapporter un nouveau livre d'impressions, dont le début seul fut écrit (A Bord de la Cange); du moins Flaubert y recueillit-il des indications de paysages qui devaient lui servir par la suite. Second retour et installation à Croisset en 1851. Reprise de la Tentation de saint Antoine, qu'il mène d'un trait jusqu'à plus de la moitié du livre et qu'il abandonne brusquement pour l'exécution d'un sujet tout opposé : c'est Madame Bovary, roman de mœurs contemporaines, publié dans la Revue de Paris en 1857, poursuivi sous l'inculpation d'outrage aux mœurs et acquitté sur la remarquable défense de Me Sénart. De Madame Bovary date la réputation de Gustave Flaubert. Le livre fit un bruit énorme dans la presse et dans le public; Sainte-Beuve l'appuya de sa courageuse et décisive autorité. On y vit communément le point de départ d'un art nouveau, franchement réaliste, décidé à tout comprendre et à tout dire; une critique plus avertie devait retrouver plus tard dans cette forme d'apparence si tranchée bien des attaches encore avec le romantisme déclinant. Il eût semblé qu'un succès aussi vif devait décider de la direction de Flaubert : il n'en fut rien. Presque en même temps que Madame Bovary paraissait dans la Revue de Paris, l'Artiste publiait en fragments la Tentation de saint Antoine. En 1858, Flaubert partait pour Tunis, visitait l'emplacement de Carthage, et quatre ans plus tard donnait Salammbô, reconstitution prodigieuse, aux trois quarts intuitive, d'une civilisation à peu près sans histoire et où l'on ne saurait trop admirer du moins la claire et froide beauté du style, la farouche grandeur des épisodes, la marche rythmique de l'action. Salammbô fut loin de provoquer le même enthousiasme que Madame Bovary. Sainte-Beuve lui-même s'éleva contre les procédés un peu suspects d'un romancier avant tout passionné d'exactitude et qui allait choisir de toute l'histoire la civilisation qui prêtait le plus aux hypothèses. Flaubert riposta. La discussion fut longue ; elle n'est point de celles qui se tranchent tout entières en un sens ou en l'autre ; du moins la bonne foi de Flaubert y apparut-elle absolue. Avec l'Education sentimentale, roman d'un jeune homme, Flaubert parut revenir un moment, en 1869, au genre qui lui avait valu une si rapide et légitime célébrité, lors de la publication de Madame Bovary. La Tentation de saint Antoine, publiée en 1874, fut au contraire un retour vers le roman descriptif et d'imagination rétrospective. La même année, Flaubert abordait le théâtre avec une pièce d'actualité, Candidat, qui fut jouée au Vaudeville et tomba net. Ce n'était point sa première tentative dramatique. Flaubert avait écrit une manière de féerie lyrique, le Château des fleurs, qu'il essaya vainement de faire accepter d'un directeur de théâtre et qui a été publié dans ses Oeuvres posthumes. En 1877 paraissaient Trois Contes, dans la manière impersonnelle, hautaine et un peu froide de Salammbô. La mort vint le surprendre au moment où il mettait la main aux derniers chapitres d'une oeuvre nouvelle : Bouvard et Pécuchet, partiellement publiée après sa mort dans la Revue politique et littéraire et réunie en volume en 1881. Sur la fin de sa vie, Flaubert avait fort malheureusement aliéné sa fortune pour satisfaire à des exigences de famille; M. Jules Ferry, alors ministre de l'instruction publique, s'honora en le pourvoyant immédiatement d'une place à la bibliothèque Mazarine (1879). Les oeuvres posthumes du grand romancier comprennent ses Lettres à George Sand (1884); Par les Champs et par les Grèves, publiés d'abord dans le Gaulois et comprenant, en outre des mélanges dont nous avons parlé, une étude sur Rabelais, la Préface aux dernières chansons et la Lettre au Conseil municipal de Rouen, à la suite du refus opposé par la ville à l'érection d'un monument public en l'honneur de Louis Bouilhet ; Candidat et le Château des fleurs, publiés dans la Vie moderne (1885); enfin une Correspondance fort volumineuse (…). La ville de Rouen a élevé en 1890 un monument à la gloire de Gustave Flaubert ; mais Croisset où il mourut et dont le beau parc baignait dans la Seine a été rasé et transformé en un établissement industriel. »

    Charles Le Goffic, article « Flaubert » de La Grande encyclopédie (édition publiée entre 1885 et 1902).

    Oeuvres

    Manuscrits

    Manuscrits (Centre Flaubert, Université de Rouen)
    Répertoire des manuscrits (répertoire des microfilms et photocopies conservés au Centre Flaubert de l'Institut des textes et manuscrits modernes)
    L'avant-texte du premier chapitre de la troisième partie de L'Education sentimentale (L'histoire en question. Site du professeur Tony Williams, Department of French,
    University of Hull, Hull, R.-U.)

    Publications

    Oeuvres disponibles sur le site Gallica (Bibliothèque nationale de France)
    Oeuvres en ligne (site web de Jean-Benoît Guinot - textes intégraux et extraits)
    Oeuvres en ligne recensées par le Centre Flaubert de l'Université de Rouen

    Madame Bovary (1857) - numérisation de l'édition Charpentier de 1873, sur le site du Centre Flaubert de l'Université de Rouen. Autre version numérique (ABU); autre version dans le Florilège de la littérature, Ministère des Affaires étrangères de France - format RTF
    L'éducation sentimentale
    Dictionnaire des idées reçues
    Mémoire d'un fou (Florilège de la littérature, Ministère des Affaires étrangères de France - format RTF)
    Trois contes: Un coeur simple; Hérodias; La légende de Saint-Julien l'Hospitalier (site web de Jean-Benoît Guinot)
    Un coeur simple; La légende de Saint-Julien l'Hospitalier (Florilège de la littérature, Ministère des Affaires étrangères de France - format RTF)
    Un coeur simple
    La Tentation de Saint-Antoine: version de 1849; version de 1856; version de 1874 ((site web de Jean-Benoît Guinot)
    Salammbô (site web de Jean-Benoît Guinot)
    Bouvard et Pécuchet (site web de Jean-Benoît Guinot)
    Novembre (1842) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Voyage en enfer (1835) - site web de Jean-Benoît Guinot
    La Femme du monde (1836) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Agonies (1838) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Smarh (1839) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Souvenirs, notes et pensées intimes (1840) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Par les champs et les grèves. Voyages en Bretagne: extraits (1847) - site web de Jean-Benoît Guinot
    Voyage en Égypte: extraits - site web de Jean-Benoît Guinot
    Préface aux «Dernières Chansons» de Louis Bouilhet - site web de Jean-Benoît Guinot
    Lettre à la Municipalité de Rouen - site web de Jean-Benoît Guinot
    Lettres à Louise Colet (Bibliothèque de Lisieux)

    Lettres à ma nièce: 1ère partie, La Revue de Paris, livraison du 1er septembre 1905, p. 1-34; 2e partie, La Revue de Paris, livraison du 15 septembre 1905, p. 251-287; 3e partie, La Revue de Paris, livraison du 1er octobre 1905, p. 490-512; 4e partie, La Revue de Paris, livraison du 15 octobre 1905, p. 691-725; 5e partie, La Revue de Paris, livraison du 1er novembre 1905, p. 143-162; 6e partie, La Revue de Paris, livraison du 15 novembre 1905, p. 297-324; 7e partie, La Revue de Paris, livraison du 1er décembre 1905, p. 605-631 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Correspondance George Sand - Gustave Flaubert :
    "Lettres à Gustave Flaubert", La Nouvelle Revue, 5e année, tome 21, mars 1883. Document en deux parties commençant respectivement aux pages 30 et 262
    (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    "Lettres à George Sand", La Nouvelle Revue, 6e année, tome 26, janvier 1884. Document en deux parties commençant respectivement aux pages 36 et 247 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Extraits : correspondance Gustave Flaubert-George Sand : Politique; Littérature

    Documentation

    Citations et jugements

    « On sonne. C’est Flaubert, à qui on a dit que nous avions vu quelque part une masse à assommer, à peu près carthaginoise, et qui vient nous demander l’adresse de la collection. Il nous conte ses embarras au sujet de son roman carthaginois : il n’y a rien. Pour retrouver, il faut inventer du vraisemblable… Et il se met à regarder avec le plaisir exubérant d’un enfant qui contemple une boutique de joujoux, et il s’amuse une grande heure à voir nos cartons, nos livres, nos petits musées.

    Flaubert ressemble extraordinairement aux portraits de Frédérick Lemaître jeune. Il est très grand, très large d’épaules, avec de beaux gros yeux saillants aux paupières un peu soufflées, des joues pleines, des moustaches rudes et tombantes, un teint martelé et plaqué de rouge. Il passe quatre ou cinq mois à Paris, n’allant nulle part, voyant seulement quelques amis, menant la vie d’ours que nous menons tous, Saint-Victor comme lui, et nous comme Saint-Victor.

    Cette ourserie de l’homme de lettres au XIXe siècle est curieuse, quand on la compare à la vie mondaine des littérateurs du XVIIIe siècle, de Diderot à Marmontel. La bourgeoisie de l’heure actuelle ne recherche guère l’homme de lettres que lorsqu’il est disposé à accepter le rôle de bête curieuse, de bouffon ou de cicérone à l’étranger. »

    Journal des Goncourt. Mémoires de la vie littéraire. Premier volume 1851-1861. Paris, G. Charpentier et Cie, éditeurs, 1888, entrée du 11 mai 1859, p. 275.


    Publications

    Publications anciennes

    [Madame Bovary] : Procès intenté à M. Gustave Flaubert devant le tribunal correctionnel de Paris (6e Chambre) sous la présidence de M. Dubarle, audiences des 31 janvier et 7 février 1857 : réquisitoire et jugement (Bibliothèque de Lisieux)

    Baudelaire, Charles. Madame Bovary par Gustave Flaubert,.L'Artiste, 18 octobre 1857 (Bibliothèque de Lisieux)

    Flaubert vu par George Sand: critiques de Madame Bovary (Le Courrier de Paris, 2 septembre 1857); Salammbô (La Presse, 27 janvier 1863) et L'Éducation sentimentale (La Liberté, 21 décembre 1869)

    Gautier, Théophile. Critique de Salammbô, Le Moniteur, 22 décembre 1862

    Barbey d'Aurevilly, Jules. L'Éducation sentimentale, Le Constitutionnel, 19 novembre 1869

    Zola, Émile. L'Éducation sentimentale, La Tribune, 28 novembre 1869

    Taillandier, Saint-René. "Le roman misanthropique. L'Éducation sentimentale, de M. Flaubert", Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 84, 15 décembre 1869, p. 987-1004

    Villiers de l'Isle-Adam, Auguste. Le candidat par Gustave Flaubert. Comédie en quatre actes. Première publication dans la Revue du monde nouveau du 1er février 1874, repris dans Chez les Passants (1890) (Bibliothèque de Lisieux)
    Villiers de l'Isle-Adam, Auguste. La Tentation de Saint Antoine par Gustave Flaubert. Première publication dans la Semaine parisienne du 23 avril 1874, repris dans Chez les Passants (1890) (Bibliothèque de Lisieux)

    Alexis, Paul. Souvenirs sur Flaubert, Le Voltaire, 14 mai 1880

    Maupassant, Guy de. Bouvard et Pécuchet,. Le Gaulois, 6 avril 1881

    Discours d'Edmond de Goncourt lors de l'inauguration du monument Flaubert à l'Hôtel-Dieu de Rouen en novembre de 1890

    France, Anatole. Gustave Flaubert, La Vie littéraire, 1891

    Céard, Henri. La tentation de Pécuchet, L'Événement, 6 septembre 1891

    Flaubert vu par Remy de Gourmont

    Proust, Marcel. À propos du «style» de Flaubert, Nouvelle Revue française, 1er janvier 1920

    Sorel, Albert. "Pour le pavillon de Flaubert", La Revue de Paris, livraison du 15 juin 1905, p. 729 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Souday, Paul. Le centenaire de Gustave Flaubert, 1921 (Bibliothèque de Lisieux)

    Gustave Flaubert chez la princesse Mathilde, souvenir d'un soirée à Saint Gratien, par Joseph Napoléon Primoli. Suivi de Gustave Flaubert, par la princesse Mathilde Bonaparte (1927) (Bibliothèque de Lisieux)

    James, Henry. Gustave Flaubert (extraits)

    La philosophie du bovarysme - Jules de Gaultier.

    Hennequin, Émile (1858-1888). Quelques écrivains français : Flaubert, Zola, Hugo, Goncourt, Huysmans, etc., Paris, Perrin, 1890, VI-235 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Pézard, Maurice. "Salammbô et l'archéologie punique", Mercure de France, tome LXXI, no 256, 16 février 1908, p. 622-638 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Frère, Étienne. Louis Bouilhet : son milieu, ses hérédités, l'amitié de Flaubert. Paris, Société française d'impr. et de librairie, 1908, 306 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Voyageurs français : de Montaigne à Flaubert. N° 175-177 de janv.-mars 1929 des Marges. Nouvelle série 5, Cahier de printemps. Paris, Librairie Valois, 1929, 159-XXXII p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)


    Études contemporaines

    Bibliothèque nationale de France. Gustave Flaubert et Madame Bovary : exposition organisée pour le centenaire de la publication du roman. Paris, Bibliothèque nationale, 1957, V-26 p. : III p. de pl. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Bibliothèque nationale de France. Gustave Flaubert : exposition du centenaire : 19 novembre 1980-22 février 1981. Paris, Bibliothèque nationale, 1980, XX-151 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Bibliothèque municipale de Rouen. Avec la collaboration du Musée des Beaux-Arts. Gustave Flaubert : des livres et des amis : [exposition], Rouen, Bibliothèque municipale, mai-juin 1980. Rouen, Bibliothèque municipale, 1980, 101 p.-12 f. de pl. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Sun, Quian. Poétique et génétique de l'espace : Hérodias de Flaubert. Thèse de doctorat de littérature française sous la direction de Jacques Neefs. Université Paris VIII. Avril 1994 (édition révisée en juin 1999)

    Unwin, Tim. Le drame de la pensée: La Tentation de saint Antoine. Extrait de Art et Infini. L'oeuvre de jeunesse de Gustave Flaubert, Éditions Rodopi, 1991

    Cohen, Claudine. Bouvard et Pécuchet réécrivent les sciences, Alliage, no 37-38, 1998

    Leroy, Jérôme. Flaubert par lui-même, Immédiatement, no 7, avril 1998 - conservé dans Internet Archive

    Mc Luhan, Marshall. Idées reçues à la recherche d'un dictionnaire. Extraits de Du cliché à l'archétype. Éditions de Hurtubise/Mame

    "Flaubert, l'invention du roman moderne", Magazine littéraire, n°401, septembre 2001. On peut lire la présentation et le sommaire du numéro.
    La crise de la vérité. Entretien avec Roland Barthes. Propos recueillis par Jean-Jacques Brochier (Magazine littéraire, no 108, janvier 1976)


    Documents sonores:

    Dix cours sur Madame Bovary, par Pierre-Louis Rey (Radio-Sorbonne) Real Audio
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    12 décembre 1821, Rouen
    Déces
    8 mai 1880
    Documents Associés
    Paul Bourget
    romantisme, modernité, nihilisme, roman français, 19e siècle
    Charles-Pierre Baudelaire
    Raccourcis
    Sites de référence
    Flaubert en ligne (Université de Rouen, Fr.) - richesse de la documentation et rigueur scientifique sont les qualités principales de ce site
    Site de Jean-Benoît Guinot consacré à l'écrivain (autre riche source d'information)
    Gustave Flaubert (site de Pierre Cohen-Bacrie)

    Biographie
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Brève biographie (Bibliothèque nationale de France)
    Brève notice (À la lettre.com)
    Entrées de Wikipedia : angl., franç.
    Biobibliographie (Books and Writers)

    Sites consacrés à des oeuvres particulières
    Madame Bovary - Réalité et fantasmes : essai, par Elena Tabakova
    Dictionnaire des idées reçues

    Recherche
    Centre Flaubert de l'Université de Rouen
    Programme Flaubert (Institut des textes et manuscrits modernes, CNRS)

    Lieux de mémoire
    Flaubert à Trouville, à Paris, à Rouen et Croisset, à Ry (Terres d'écrivains)
    Flaubert à la Courmaraille
    L'Hôtel Flaubert de Trouville sur Mer

    Musée
    Musée Flaubert et d'histoire de la médecine (Rouen, Fr.)

    Autres sites
    Flaubert et l'épilepsie
    Flaubert à Ferney en 1845

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.