• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Géranium des prés

    Définition

    «Géranium des prés.-plante vivace et pubescente; tigee(long. 30-80 cm); feuilles basilaires (larg. 10-12 cm) polygonales dans leur pourtour, 5-7partites; fleurs (diam. 30-35 mm d'un bleu purpurin; pédoncules réfléchis après la floraison. Floraison estivale. Lieux incultes. Naturalisée de l'Eurasie dans l'ouest et le centre du Québec.

    Vous hésiterez à appeler géranium des prés cette plante qui ne ressemble guère au géranium à fleurs rouges qui fleurit dans votre maison. N'hésitez plus, mais ne soyez pas étonné si cette plante, que vous aurez peut-être confondue avec la mauve, s'attache à vos pas comme un chien fidèle. Il s'agit d'une plante anthropocore ("qui est transporté par l’homme" d’une manière générale, les plantes introduites par l’Homme). « Les scientifiques s’accordent à dire que ce géranium est une espèce obsidionale (se dit d’une plante se propageant par le mouvement des troupes lié à un conflit armé, bataille ou siège) et donc anthropochore et que son extension est favorisée par l’eutrophisation (HUNDT, 1975). » Nancy

    Enjeux



    Les géraniums des prés bleus, bleu purpurin, précise Marie-Victorin, sont présents en abondance dans notre jardin, à Barnston Ouest en Estrie, et ils se multiplient joyeusement depuis des années. Pour la première fois au début de juillet 2007 nous avons observé un plant à fleurs bicolores, bleu et blanc. Les reverrons-nous? Il s'agit très probablement du genarium pratense striatum.

    Essentiel

    Promenade de la poétesse Marie Noël, dans la campagne autour de Blois, en compagnie de son parrain, Raphaël Périé.

    « C'était en juin. Un jour, le plus beau jour de l'été, ils m'emmenèrent avec eux dans la forêt d'alentour et quand nous l'eûmes traversée, nous nous trouvâmes dans un pays dont je ne sais plus le nom, où les gens étaient en train défaire les foins. Nous y avons marché toute la journée, rencontrant toutes sortes d'oiseaux, de plantes, de bestioles (même une cour­tilière), avec qui mon parrain et ma marraine étaient en connaissance et qu'ils interpellaient par leurs noms gentils.
    « Et mon parrain prit dans sa main la courtilière qui fut tellement saisie, ou fâchée, qu'elle lâcha dedans, brusquement, son petit oeuf (ou petite crotte) de courtilière.
    « Tous les champs et les chemins étaient en fleur. Il y avait par là des prés, des ruisseaux, une jolie maison fermée et silencieuse qui s'appelait « la Bicoquette », et, dans le haut d'une pente, un peu plus loin, une petite église toute seule dans l'herbe. Puis, en bas, vers le soir, il y eut un village (je crois qu'il s'appelait Molineuf ), avec des maisons au toit baissé, de petites fenêtres, des géraniums, des oieillets, des marguerites..., des fumées. De l'une des maisons qui se tenait à l'écart, sortit une vieille femme fée avec son bâton et son nez crochu, et elle nous donna des graines de ses gueules-de-loup merveilleuses.»
    Raymond Escholier, Marie Noël, La neige qui brûle, Stock, Paris 1968, p140.

    Documentation

    Fiches d'identification
    Plantes de Lorraine

    L’histoire des plantes obsidionales en Lorraine biogéographique a été étudiée par G. H. PARENT (1990), qui a comparé la répartition actuelle des colonies où la plante est abondante avec les zones des conflits.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Wiesen-Storchschnabel
    Anglais
    Meadow Cranesbill

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.