• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Georg Wilhelm Friedrich Hegel

    Philosophe allemand (1770-1831).

    Biographie

    Éléments de biographie (Victor Cousin)
    «George-Guillaume-Frédéric Hegel était né dans le Würtemberg, à Stuttgart, le 27 août 1770. Il fit au gymnase, de sa ville natale d'excellentes études, et à dix-huit ans il entra au séminaire théologique de Tübingen, où il rencontra son compatriote Schelling, plus jeune que lui de quelques années, mais que son esprit inventif et hardi avait rapidement porté à la tête de ses condisciples. Les deux jeunes gens y formèrent une amitié qui semblait devoir être d'autant plus solide que le nœud en était.précisément dans le parfait contraste de leur caractère et de leurs qualités, celui-ci doué d'un coup d'œil perçant, celui-là d'une rare puissance d'attention et de réflexion, tous les deux se trouvant ainsi utiles, nécessaires même l'un à l'autre. Ils restèrent plusieurs années dans l'austère et docte maison que l'année suivante je me complus à aller visiter à Tübingen, et qui renferma quelque temps sous son humble toit les deux hommes qui devaient plus tard jeter un si grand éclat et achever le cycle de la philosophie allemande ouvert par Kant et développé par Fichte.

    M. Schelling s'étant rendu à Iéna et s'y étant fait vite une haute situation, M. Hegel, à la mort de son père, qui lui laissa un bien très médiocre, alla rejoindre son ami, et, étant promptement entré dans ses récentes opinions, il lui servit de second dans les combats qu'eut à soutenir la philosophie nouvelle. C'est là qu'il fit ses premières armes et commença à se faire connaître par un petit écrit destiné à établir la Différence du Système de Fichte et de celui de Schelling. Il rédigea ensuite avec M. Schelling un Journal critique de philosophie. Il n'était encore en 1801 que privat docent, et il ne devint professeur extraordinaire qu'en 1805.

    M. Hegel demeura à Iéna jusqu'à la bataille qui, en 1806, mit fin au vieux prestige militaire de la Prusse. Il m'a souvent raconté que c'est la veille même de cette bataille qu'il termina son premier grand ouvrage. Retiré la nuit dans un pavillon solitaire, il était occupé à en corriger les dernières feuilles, lorsqu'il entendit les premiers coups de canon. Cet ouvrage était la Phénoménologie de l'esprit, qui parut en 1807 sans faire beaucoup de bruit au milieu des tempêtes qui bouleversaient l'Allemagne. (suite)»

    VICTOR COUSIN, «Souvenirs d'Allemagne», Revue des deux mondes, tome 64e, 1866



    *******



    Temps cyclique et temps linéaire dans la philosophie de l'histoire de Hegel

    «Dans sa philosophie de l'histoire, Hegel reprendra et développera l'idée selon laquelle une fin supérieure se réalise pleinement dans l'histoire malgré l'absence de collaboration des êtres humains. De ce fait, le mouvement linéaire qui permet à cette fin de se réaliser en dépit de cette forme de négativité ne pouvait se développer de façon continue; il requérait plutôt un processus complexe qui allait s'exprimer dans une longue succession de cycles dont chacun pouvait fort bien se solder par une désagrégation, pour peu qu'il rende néanmoins possible son propre dépassement. Pour mieux traduire la subtile complémentarité des moments d'un tel processus où tiennent ensemble un mouvement cyclique et un mouvement linéaire, ou, plus exactement, pour proposer une représentation synthétique et condensée du mécanisme qu'il qualifiera de dialectique, Hegel a recouru astucieusement aux ressources de la langue allemande. Comme on l'a si souvent fait observer, il a su exploiter, en effet, la double connotation du terme Aufhebung que seule une conjonction de termes comme «suppression» et «dépassement» parvient à rendre en français. Or ces deux termes mettent assez clairement l'accent sur les deux volets de la notion hégélienne d'Aufhebung qui renvoient respectivement aux représentations cyclique et linéaire de la temporalité historique. Aussi, pour Hegel, l'histoire se développera-t-elle grâce à une succession de cycles, ou de moments dialectiques, qui engendreront un irréversible mouvement linéaire assurant la pleine réalisation de l'Esprit et, par le fait même, la pleine réalisation de l'humanité. Pour revenir à l'imagerie géométrique qui nous a servi à caractériser d'autres approches, disons que la représentation hégélienne de la temporalité historique évoquera soit une hélice si l'on observe le cours du temps en voyant se dérouler «de l'extérieur» ses phases successives, soit une spirale si on se place par la pensée au point terminal de ce mouvement dialectique.

    Quoi qu'il en soit de cette imagerie géométrique forcément un peu grossière, l'important est de bien voir que chaque nouveau cycle reprend en les portant à un niveau supérieur les moments du précédent. L'histoire sera cyclique en ce sens que chaque peuple qui joue un rôle dans l'histoire connaît successivement une période de formation, une période de maturité et enfin une période de chute et de décadence qui a lieu «sous le choc de l'instrument futur de l'histoire universelle». Hegel adopte même sur ce point une position très catégorique: «C'est une marche identique, nous pouvons le dire une fois pour toutes, que nous trouverons d’une manière générale dans la vie de tout peuple de l'histoire universelle.» Mais l'histoire, pour Hegel, ne se ramène pas à cette série de manifestations de génies nationaux: «Les principes des génies nationaux en une série nécessaire ne sont eux-mêmes que les moments de l'unique esprit universel qui grâce à eux dans l'histoire s'élève à une totalité [...] » Bref, chaque empire qui a une fonction dans l'histoire universelle «passe» au suivant «le sceptre et la civilisation». Parce que cette idée de passage dont l'histoire serait le théâtre lui paraît cruciale, Hegel s'efforce d'en dégager le sens proprement philosophique en nous assurant que l'esprit «s'objective et pense son être» en transformant «la détermination substantielle» du «génie national» auquel il a affaire, de manière à ce que ce génie national s'épanouisse en un autre qui lui est «certes supérieur». L'histoire est donc, pour Hegel, une marche progressive et donc linéaire de l'esprit qui accède à la liberté et à la pleine conscience, mais cette marche n'est pas simplement, comme chez Condorcet, soumise ça et là à quelque retard ou à quelque déviation passagère; c'est avant tout par le biais de la désagrégation impitoyable des plus grandioses conquêtes de la civilisation qu'elle progresse et permet à l'esprit et à l'humanité de passer à un stade supérieur en se rapprochant ainsi d'une ultime autoréalisation.»

    MAURICE LAGUEUX, Actualité de la philosophie de l'histoire, Québec, Presses de l'Université Laval, 2001, p. 100-102

    Oeuvres


    En langue allemande

    Liste des éditions allemandes de Hegel (Hegel.net)
    Une édition allemande des oeuvres de Hegel (Meiner Verlag)

    Differenz des Fichteschen und Schellingschen Systems (1801)
    Glauben und Wissen (1802)

    Phänomenologie des Geistes (1807) (Projekt Gutenberg-DE)
    Voir aussi cette édition bilingue allemand-anglais qui permet la comparaison

    Wissenschaft der Logik (1812-1816)

    Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften (1817)
    Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften im Grundrisse (1830)
    Voir aussi ce site pour la dernière partie (par. 550 à 577) de l'Encyclopédie

    Rede zum Schuljahresabschluß am 29. September 1809

    Wer denkt abstrakt?
    Differenz des fichteschen und schellingschen Systemes der Philosophie'
    Vorrede zu Hinrichs 'Religionsphilosophie' (1822)

    Avec d'autres contributeurs:

    Kritisches Journal der Philosophie / hrsg. von Fr. Wilh. Joseph Schelling und Ge. Wilh. Fr. Hegel; mit einem Anhhang hrsg. von Hartmut Buchner (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF): Vol. 1, no 1: Tübingen, [s.n.], 1802
    Vol. 1, no 2: Tübingen, [s.n.], 1803

    En traduction française

    Philosophie de la nature. Tome premier. Traduite pour la première fois et accompagnée d'une introduction et d'un commentaire perpétuel par A. Véra. Paris, Ladrange, 1863, 628 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Philosophie de la nature. Tome second. Traduite pour la première fois et accompagnée d'une introduction et d'un commentaire perpétuel par A. Véra. Paris, Ladrange, 1864, 440 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Philosophie de la nature. Tome troisième. Traduite pour la première fois et accompagnée d'une introduction et d'un commentaire perpétuel par A. Véra. Paris, Ladrange, 1866, 574 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)


    En traduction anglaise

    The Phenomenology of Mind
    Philosophy of Right - traduction de S. W. Dyde (format PDF)
    Lectures sur l'esthétique (après 1832) - extraits
    Science of Logic (extraits de “Hegel’s Science of Logic”, traduit par A. V. Miller, George Allen & Unwin, 1969)
    Logic: Part One - Encyclopaedia of the Philosophical Sciences (abrégé)
    (1830). Traduction de William Wallace

    Philosophy of Nature: Part Two - Encyclopaedia of the Philosophical Sciences (1817)
    Philosophy of Mind: Part Three - Encyclopaedia of the Philosophical Sciences (1830)
    Lectures on the Philosophy of History (texte intégral, format PDF)
    Lectures on the History of Philosophy (1833) - extraits
    The Philosophy of History: Introduction (1837)
    Outlines of the Phenomenology (1840)
    Outlines of the Logic (1840)

    Documentation


    Edward Caird, Hegel, Edinburgh and London, William Blackwood and Sons, 1883 (une biographie en ligne qui totalise 224 pages)

    Plusieurs textes classiques sur Hegel en traduction anglaise

    Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, 1843. Traduction de Jules Molitor, Editions Allia 1998 (Marxists Internet Archives, section française)
    Karl Marx, Critique of Hegel's 'Philosophy of Right' (§§ 261-313)
    Karl Marx,
    Critique of Hegel's Dialectic and General Philosophy

    Wilhelm Dilthey, Die Jugendgeschichte Hegels - Erster Abschnitt (texte bien connu, en langue allemande, sur la pensée du jeune Hegel)

    Benedetto Croce, Dialectic or Synthesis of Opposites

    Georg Lukacs, Hegel's Economics

    Theodor Adorno, Supramundane Character of the Hegelian World Spirit

    A. Kojève, The Dialectic of the Real and the Phenomenological Method in Hegel

    Herbert Marcuse, Hegel's First System

    Hegel et les Grecs, conférence de Martin Heidegger (1958) (angl.)

    Jacques Derrida, Speech and Writing According to Hegel

    Jean Hyppolite, The Organisation of the Logic

    Alfred Weber, Hegel - History of Philosophy

    Friedrich Hölderlin, Letters to Hegel and Schelling (excerpts)

    Foucher de Careil, Louis-Alexandre. Hegel et Schopenhauer: études sur la philosophie allemande moderne depuis Kant jusqu'à nos jours, Paris, L. Hachette, 1862, XXXIX-386 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Marrast, A. La philosophie du droit de Hegel: essai analytique, Paris, E. Maillet, 1869, 143 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Hobhouse, Leonard Trelawney. The metaphysical theory of the state: a criticism. Reproduction de l’édition : London, Routledge, Thoemmes press, 1993, 156 p. Réunit les textes d'une série de conférences données à la London School of Economics en automne 1917 (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Être et Peut-Être. Penser a(u)près (de) Hegel, épilogue de Hegel ou de la Raison Intégrale, par Jean-Luc Gouin, Montréal, Éditions Bellarmin, 1999 (Écrits... vains?, Doxa)

    John Grier Hibben, Hegel's Logic: An Essay in Interpretation (McMaster University, format PDF)

    The Feminist Critique of Hegel on Woman and the Family, par Antoinette M. Stafford (Animus. A Philosophical Journal for Our Time, vol. 2, 1997): critique de certaines lectures féministes de la pensée de Hegel


    En allemand

    Rosenzweig, Franz. Hegel und Staat... Erfter Band, Lebensstationen: 1770-1806. München, R. Oldenbourg, 1920, XVI-252 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Rosenzweig, Franz. Hegel und Staat... Zweiter Band, Weltepochen: 1806-1831. München, R. Oldenbourg, 1920, VI-260 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)

    Hermann, Conrad. Hegel und die logische Frage der Philosophie in der Gegenwart, Leipzig, M. Schäfer, 1878, 4-631 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica – mode image, format PDF)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Données biographiques
    Nationalité
    Allemagne
    Naissance
    27 août 1770, Stuttgart
    Déces
    14 novembre 1831
    Documents Associés
    Guillaume Pigeard de Gurbert
    Art, oeuvres, transformation, tatouage, piercing
    JP Costes
    Jürgen-Eckardt Pleines
    idéalisme allemand, bildung, entendement, modernité
    Victor Cousin
    Hegel, philosophie allemande, école d'Iéna, logique, philosophie de l'esprit, philosophie de la nature, ses vues sur la politique et la religion, Descartes, Leibniz
    JP Costes
    Raccourcis
    Hegel.net: un site de référence (angl.) avec de nombreux hyperliens de qualité.
    Brève biographie (angl.)
    Notice de la Stanford Encyclopedia of Philosophy
    Article "Hegelianism" de la Catholic Encyclopedia
    Biographie écrite d'un point de vue marxiste
    Hegel by Hypertext (Marxists Internet Archive)
    GWFHegel.org
    Hegel als Strafrechtsphilosoph (site du Dr Kuhl, Université de Tubingen, Allem.)
    Hegel-System.de (site ayant pour objectif d'expliquer le système hégélien; en allem.)
    Bréviaire hégélien
    Hegel à Berlin
    Chronologie de l'idéalisme allemand (allem.)
    The Legacy of Hegel (chronologie)
    Société internationale Hegel (allem.)
    Hegel-Institut Berlin (allem.)
    Hegel Society of America
    Hegel Society of Great Britain
    Hegel Archiv (Université de Bochum, Allem.)
    Hegel Studien (revue savante)
    Hégélianisme en Allemagne (liens)
    Glossaire hégélien (angl.)
    La philosophie de la nature (angl.)
    La maison où Hegel est né existe encore aujourd'hui.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.