• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Bastiat Frédéric

    L'héritage de Frédéric Bastiat vu des États-Unis (Institut Coppet) - un court document vidéo présenté par un think thank libéral français.

    Homme politique et économiste français (1801-1850). Ennemi du socialisme, hostile au protectionnisme, sa pensée économique se place sous l'influence de l'industriel anglais Richard Cobden. Ce dernier fut à l'origine du libre-échange et réussi à faire abolir les mesures protectionnistes en Grande-Bretagne. Élu député des Landes en 1848, Bastiat deviendra un membre influent à l'Assemblée nationale au sein de laquelle il préside à plusieurs reprises le comité des finances. En 1849, il croise le fer avec Proudhon dans une série d'articles où Bastiat défend contre le penseur socialiste la légitimité de l'intérêt sur le capital. Il soutient dans les revues et dans ses ouvrages, dont le plus célèbre sont les Harmonies économiques, restées inachevées, des vues étonnament modernes qui ont fait dire à Friedrich von Hayek qu'il était «le plus génial promoteur du libéralisme économique.»  On cite souvent cet aphorisme de Bastiat sur l'État, «la grande fiction à travers la quelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde.» 

    ***

    Un retour à Bastiat aux États-Unis

    "Comment expliquer ce « retour à Bastiat » américain ? En premier lieu, il s’agit d’une sorte de contrecoup au « retour à Keynes » que l’on a vu à la suite de la crise financière de l’automne 2008, et dont une conséquence politique évidente est le plan de relance adopté peu après l’inauguration de Barack Obama. Pour certains conservateurs, la crise est vécue comme une menace à l’encontre du triomphe aussi bien politique qu’intellectuel du libéralisme et du libre-échangisme depuis les années 1980. Elle est vue comme une opportunité pour les partisans de l’intervention étatique de se réaffirmer. C’est surtout le plan de relance, que les démocrates se mettent à adopter aussitôt après l’inauguration d’Obama le 20 janvier 2009, qui attire la foudre des conservateurs et déclenche la mobilisation anti-gouvernementale qui deviendra le mouvement « Tea Party ». Dès le 22 janvier, l’Investor’s Business Daily (un journal national spécialisant dans les questions économiques, généralement tendant à droite) s’inquiète du fait que la célèbre prophétie de Bill Clinton selon laquelle « l’ère du big government est révolue » est en train de devenir désuète, en citant la définition que propose Bastiat de l’État : « c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde » (passage que les amateurs américains de Bastiat citent avec une fréquence particulière).

    Ensuite, ce que Bastiat permet de dénoncer, ce n’est pas uniquement le principe même de l’intervention étatique, mais le « solipsisme économique » sur laquelle elle se repose. Pour Bastiat, l’étatisme est la conséquence d’un problème épistémologique, voire phénoménologique : la conviction que les seules conséquences importantes d’une action sont celles qui sont accessibles à la vue. C’est la grande idée de son essai sur Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Ainsi, le Pittsburgh Tribune Review (journal régional, plutôt conservateur), commentant le plan de relance, remarque que « l’administration d’Obama est en train d’offrir une leçon préventive de l’incompréhension de principe Bastien du visible et de l’invisible », citant l’exemple des « emplois verts » que le plan propose, mais dont les coûts, selon le journal, risquent à long termes d’être plus importants que les effets stimulateurs, tout en n’étant pas immédiatement perceptibles. (...)

    Dans la même lignée, beaucoup évoquent l’analyse que fait Bastiat du solipsisme de la « vitre cassée » (qui parait aussi dans Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas). (...)

    Mais la raison principale pour l’engouement actuel pour Bastiat est à trouver dans sa manière particulière de dénoncer le « socialisme ». (...)

    Ainsi, pour les militants de droite, Bastiat est devenu une sorte de père fondateur honoris causa. Le Tea Party de Boston annonce la création d’un « caucus Bastiat » en expliquant que la « philosophie » de l’économiste français « ressemble à celle de Thomas Jefferson ». D’autres le comparent à James Madison. (...)

    La référence à l’économiste français sert finalement, de manière assez paradoxale, à mettre en évidence le caractère étranger (et donc dangereux) des démocrates et autres « collectivistes ».(...)

    Ainsi, bien que ses disciples américains le décrivent le plus souvent comme un « économiste », c’est surtout en tant que moraliste que Bastiat exerce sa puissance d’attraction. Il offre moins une démonstration irréfutable des erreurs du « socialisme » et de l’intervention étatique que des objections de principes, ayant au moins le mérite d’une certaine lucidité.(...)"

    Michael C. Behrent, Bastiat, repère intellectuel de la droite américaine (Alternatives internationales, posté le 25 juin 2010)

    Biographie

    Biographie de Frédéric Bastiat (par Achille Mercier)

    «BASTIAT (Frédéric), économiste français, né à Bayonne le 29 juin 1804, mort à Rome le 24 décembre 1850. Fils d'un négociant de Bayonne, Frédéric Bastiat devint orphelin de bonne heure et passa sous la tutelle de son aïeul paternel, possesseur d'un domaine important près de Mugron dans l'arr. de Saint-Sever, département des Landes. La première jeunesse du futur représentant se passa sans incident remarquable. En 1827, devenu propriétaire de domaines assez étendus, il essaya de les exploiter lui-même, mais renonça bientôt à ces essais agricoles qui ne furent pas heureux. On le trouve plus tard juge de paix à Mugron, qu'il habita jusqu'en 1844, époque où il devint subitement célèbre. Ce n'est pas que durant cette période de sa vie, consacrée à des études calmes et continues, Bastiat soit resté inactif. Il fut comme on dit une célébrité de clocher. Aux élections du mois de novembre 1830, il publie une adresse aux électeurs du département des Landes pour soutenir un candidat à la députation qui n'avait pas fait partie des 221; il maintint que le mandat législatif ne doit pas être exclusivement une récompense. Successivement candidat lui-même, mais sans succès, il lançe des professions de foi qui dénotent une grande défiance de l'État et des monopoles. En 1844, il attaque dans un écrit une pétition des chambres de commerce de Bordeaux et du Havre qui demandait la libre entrée des matières premières. Il veut qu'on détaxe également les objets fabriqués. Bastiat n'était guère encore qu'un inconnu, lorsqu'un numéro du journal anglais The Globe and Traveller lui tomba par hasard sous la main; il connut alors l'existence de ce grand mouvement réformiste tenté par Cobden pour détaxer les blés et sauver malgré elle l'aristocratie anglaise qu'une révolution pouvait anéantir. On était en 1844; il envoya à Paris, au Journal des Économistes, un article intitulé: "De l'influence des tarifs français et anglais sur l'avenir des deux peuples". Le succès fut considérable. Bastiat écrivit alors à Cobden, déclara que la question qui s'agitait n'était pas seulement anglaise mais universelle, et pouvait être résolue sous le régime constitutionnel. L'écrivain se rendit à Bordeaux où il organisa le mouvement libre-échangiste qui commençait, puis vint à Paris. Il arriva dans les bureaux du Journal des Économistes où nul ne le connaissait. Il avait, a écrit M. de Molinari, une physionomie de campagnard malicieuse et spirituelle; l'œil noir, vif et lamineux; tout en lui portait l'empreinte de la pensée. C'était l'instant où les idées de la ligue des céréales ayant traversé le détroit, des hommes de courage et d'intelligence tels que Blanqui aîné, Joseph Garnier, Guillaumin, le duc d'Harcourt, organisaient des meetings en faveur du libre-échange. C'était une recrue puissante qui arrivait du fond des Landes. Bastiat, bientôt secrétaire de la commission centrale, correspondit avec tous, et fonda le journal le Libre-Échange. Il publia à ce moment une lettre à M. de Lamartine sur la question des subsistances. Il reprochait au grand poète, dont la manifestation d'opinion était impatiemment attendue, de vouloir le droit au travail et le socialisme. Lutte pour le libre-échange et contre le socialisme, tel sera désormais le labeur qui incombera à Bastiat, et remplira le temps qui lui reste à vivre. Le coup de foudre de 1848 éclate, le mouvement libre-échangiste est abandonné, ceux qui l'avaient provoqué tournent leurs efforts contre le socialisme. Bastiat est envoyé à l'Assemblée nationale par les électeurs des Landes ; il entre dans une nouvelle phase de son existence, la plus laborieuse et la dernière.

    Le nouvel élu professait cette doctrine: que l'état social, tel qu'il était constitué, suffisait pour donner à tous, par le travail et l'économie, une existence heureuse. Il voulait maintenir toujours le gouvernement existant; c'est ainsi qu'aux élections présidentielles de 1848, il vota pour le général Cavaignac. Ce qui l'effraie dans la Révolution de 1848, c'est la curée des places. Il s'en explique dans le journal la République française et écrit à un ami: «Il suffirait pourtant de diminuer les taxes. Simple curieux, je verrai le mât de cocagne sans y monter, la liberté y périra.» Du reste, il se lança hardiment dans la mêlée, ouvrit un cours rue Taranne, et harangua les ouvriers dans les réunions publiques, se plaisant à constater que seuls les journaux de la démocratie donnaient aux questions économiques et sociales l'importance qu'elles méritent. Son influence était grande à l'Assemblée nationale; il fut nommé 8 fois vice-président du comité des finances. À la Législative, il prononça un discours sur l'abolition de l'impôt sur les boissons, discours plein de sentiments démocratiques; le déficit, suivant lui, devait être couvert par des économies. Il professait du reste cette opinion: que dans un vote, les considérations économiques l'emportent sur les questions de politique pure. Dans un autre discours, en novembre 1849, il réclama la liberté des coalitions; c'est à ce moment qu'il demanda à l'assemblée «de l'indulgence pour ses poumons». En effet, déjà d'une faible santé durant ses années de calme et d'étude à Mugron, il était miné par la phtisie. Aux discours à la tribune qu'il lui était difficile de prononcer, il substitua des écrits publiés au cours des discussions. C'est ainsi qu'on eut de lui: Paix et liberté, Incompatibilité parlementaire, Baccalauréat et socialisme, Spoliation et loi, la Loi, etc., travaux pleins de lucidité comme de science, et qui figurent dans la collection de ses œuvres complètes, sous le titre de: Petits pamphlets. À cette époque eut lieu sa lutte célèbre avec Proudhon sur la légitimité de l'intérêt. L'un des pamphlets de Bastiat intitulé Capital et rente avait été attaqué le 22 avril 1849, dans le journal de Proudhon, la Voix du.peuple, par un des rédacteurs, M. Chevé. Bastiat envoya une réponse qui fut insérée dans le même journal, mais avec cet avertissement qu'il aurait à batailler désormais non contre M. Chevé, mais contre Proudhon. Le nombre des lettres échangées fut de 14. Bastiat soutenait que l'intérêt était légitime, le capital étant formé par l'économie. Proudhon attaquait l'infâme, l'odieux capital, qualifiant d'usure tout ce qui ne résultait pas du travail du capitaliste. Il se faisait fort de remplacer immédiatement la Banque, «mal nommée de France», par une Banque dite du peuple. La logique de Bastiat fut tellement serrée que son adversaire, d'ailleurs persécuté par le gouvernement, amena l'interruption de la polémique par ses violences. «Scientifiquement, lui dit-il, vous êtes un homme mort. Ma consultation va commencer pour vous cette éducation intellectuelle, sans laquelle on n'est, suivant Aristote, qu'un animal parlant.» Durant la polémique, Proudhon avait vu manquer sa souscription à la Banque du peuple, on l'avait enfermé à Sainte-Pélagie, la Voix du Peuple était supprimée. Son adversaire termina la polémique par une lettre pleine de dignité. À ce moment Bastiat voyait plus que jamais décliner sa santé; au mois de septembre 1850, il alla demander au climat d'Italie une guérison qu'il n'espérait guère; il s'éteignit à Rome à l'age de quarante-neuf ans, laissant incomplet le manuscrit des Harmonies économiques, son plus important ouvrage. II faudrait énumérer tous les livres de Bastiat, nous citerons seulement: Cobden et la Ligue (Paris, 4845, in-8) ; Sophismes économiques (Paris, 1847-48, 2 vol, in-1F ); Harmonies économiques (Paris, 4850, in-8), l'ouvrage n'a pas été terminé. Outre ces livres et la multitude de ses pamphlets, Bastiat a laissé de nombreux articles de revue, notamment dans le Journal des Économistes. On a publié de lui, en 1877, des lettres intimes d'un tour agréable et délicat.»

    ACHILLE MERCIER, article "Frédéric Bastiat", La Grande Encyclopédie, tome 5e, La Grande Encyclopédie, Paris, Société anonyme, n.d. (début 20e)

    Oeuvres

    Documentation

    Les années de formation de Frédéric Bastiat

    Un point de vue non libéral sur Bastiat : Bastiat, repère intellectuel de la droite américaine, par Michael C. Behrent (Alternatives internationales)

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-21
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    1801, Bayonne
    Déces
    1850
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.