• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Rabelais François


    Biographie

    Rabelais, le pantagruélisme et nous

    par Georges-Rémy Fortin

    L’humanisme de Rabelais

    Les textes de la Renaissance nous adressent une parole encore vivante. À la Renaissance, le monde  entre dans l’orbite de l’homme, sans avoir encore quitté celui de Dieu. L’humanisme éduque tranquillement la chrétienté à devenir l’Europe des nations, et prépare l’Église à céder la place publique à la science, à la démocratie, à la liberté artistique. Toutefois, après quelques siècles d’éducation humaniste, notre humanité nous échappe. L’humain semble en guerre contre la nature, contre lui-même. Notre connaissance nous scinde en sujet et en objet, en conscient et en inconscient, en déterminismes multiples qui se disputent notre vie. Le corps, le langage et la pensée ont-ils encore un centre humain? L’humanisme semble dépassé, mort et enterré. Pourtant, les textes de la Renaissance nous touchent encore. N’est-ce que de la nostalgie? Est-il possible de faire revivre l’humanisme en lui redonnant sa juste mesure et son unité? Pour les français d’Amérique, du Québec, de l’Acadie ou d’ailleurs, la langue des humanistes français est étrangement familière. Parmi eux, celui en qui nous nous reconnaissons le plus facilement est François Rabelais, à cause de son vocabulaire et de son humour crus 1. Toutefois, chercher le sens de l’humanisme chez un auteur reconnu pour sa démesure peut sembler voué à l’échec. L’oeuvre rabelaisienne déborde de toutes part de ses innombrables influences, au premier chef les langues savantes, le latin, et le grec, mais aussi l’hébreu, le chaldéen, les langues vulgaires, le français, l’anglais, l’allemand, l’italien, et jusqu’à de multiples patois locaux. Auxquels on ne doit pas oublier d’ajouter la culture populaire, contes, légendes, chansons, jeux de mots et blagues, et surtout les grands auteurs: Lucien, Plutarque, Cicéron, Virgile, Boccace, Érasme, More, et, plus que tout autre, Platon. Si l’inspiration littéraire principale de Rabelais est le satiriste Lucien de Samosate, son inspiration philosophique principale est Platon. En fait, il y a une idée directrice dans l’oeuvre rabelaisienne, une philosophie que Rabelais nomme le «Pantagruelisme», moyennant lequel les vaillant héros « [...] jamais en maulvaise partie ne prendront choses quelconques ilz congoistront sourdre de bon, franc et loyal couraige 2». ll s’agit d’un amalgame de platonisme et de christianisme, avec quelques emprunts au stoïcisme et au scepticisme 3. Le pantagruélisme est sans doute l’une des plus belles émanations du néo-platonisme évangélique de la Renaissance, et nous voudrions ici suggérer qu’il est peut-être encore une philosophie qui puisse inspirer une vie vraiment humaine.

    Du réalisme grotesque au spiritualisme

    L’oeuvre de Rabelais consiste principalement en cinq livres des aventures du géant Pantagruel, de son non moins gigantesque père, Gargantua, et de ses comparses, Panurge, Ponocrates et frère Jan. Dans le premier livre, Gargantua est envoyé à Paris par son père Grangousier pour recevoir une éducation humaniste. Après avoir vaincu avec ses comparses l’horrible Picrochole qui menaçait le domaine paternel, Gargantua fonde l’abbaye de Thélème, modèle de christianisme et d’humanisme. Dans le livre second, Pantagruel, fils de Gargantua, quittera à son tour le domaine paternel pour s’instruire, et nouera une amitié avec Panurge. Dans le Tiers-livre et le Quart-livre, Pantagruel et compagnie feront le tour du monde afin de résoudre une terrible question posée par Panurge: dois-je me marier? La quête se conclura dans le Cinquième livre, où la découverte de la Dive-bouteille de l’oracle Bacbuc résoudra l’énigme par une blague absurde. Ce qui frappe le plus chez Rabelais, c’est le langage populaire cru, une langue qui brasse, qui déménage et fait rire gras. C’est le Rabelais populaire, drôle, scatologique, mais aussi passionnant, qui emprunte aux récits de chevalerie d’innombrables scènes d’actions et retournements imprévus. Toutefois, les réflexions érudites, les questions philosophiques, la finesse poétique ne s’absentent jamais longtemps, pas plus que l’engagement politique - les critiques de l’Église, de l'éducation scolastique, le parti pris gallicaniste. Les héros rabelaisiens sont la plupart du temps en voyage pour acquérir des connaissances, soit en voyage d’étude, soit en quête d’illustres sages à questionner aux quatre coins du monde, que Rabelais décrit avec les meilleurs connaissances géographiques de son époque. C’est le Rabelais humaniste qui fait flèche de tout bois au nom de la raison, de la passion, de la vie.

    On s’est souvent demandé comment le Rabelais populaire s’articule avec le Rabelais humaniste. La réponse tient d’abord à l’époque de Rabelais. La culture savante n’avait pas encore divorcé de la culture populaire. De plus, les conditions de vie du XVIe siècle, plus naturelles, plus frustes qu’aujourd’hui, rendaient le corps, ses cycles, ses productions et déjections plus familiers qu’ils ne peuvent l’être pour nous. Jamais Rabelais ne cesse d’être un amoureux du monde terrestre. Il faut lire l’oeuvre de Rabelais à voix haute pour en savourer tous les jeux sonores. Ce plaisir de la matérialité du langage semble une invitation à tous les plaisirs des sens, à la gourmandise, à la sexualité, à l’ivresse sous toutes ses formes, aussi bien qu’à une sage exploration de la nature, à l’observation, au voyage. La matière est chez lui douée de sens, si bien que plusieurs ont vu en lui un joyeux matérialiste, un hédoniste athée. Selon la thèse importante que Mikhaïl Bakhtine 4 a développée d’un point de vue marxiste, l’humour scatologique se hausse chez Rabelais au niveau d’un «réalisme grotesque», où les processus vitaux, corporels du monde matériel sont dévoilés dans leur vérité aussi bien que célébrés. Il s’agirait d’une «littérature du bas matériel» dans laquelle la matière, douée de son propre dynamisme, de son ordre propre, produit tout esprit, toute âme et tout sens dans une sphère de parfaite immanence.

    Mais il y a un autre Rabelais, le Rabelais platonicien, qui, comme il se doit au XVIe siècle, est aussi stoïcien et évangélique. Il y a une réelle spiritualité chez lui, spiritualité ignorée aussi bien par ceux qui le voient seulement comme un humoriste décapant ou un humaniste éclairé. Les deux premiers livres, Pantagruel et Gargantua, furent de grands succès populaires, grâce à leur humour et aux rebondissements des aventures des géants. Les références à Platon y sont déjà nombreuses. Dans les légendes populaires, Pantagruel était un petit démon, un démon qui se glisse sur les navires et donne aux marins une soif inextinguible. Soif de vin pour les personnages romanesques, soif de connaissance pour les lecteurs de Rabelais. Le vocabulaire platonicien est présent tout au long de l’oeuvre de Rabelais, en premier lieu, le terme démon, importé par Rabelais directement de Platon, daemon 5. De même pour les mots idée et archétype, introduits en français par Rabelais. Dans le Tiers, le Quart et le Cinquième livre des aventures de Pantagruel, le ton devient plus sérieux, et le spiritualisme platonicien de plus en plus affirmé. Le thème platonicien le plus évident chez Rabelais est sans doute le banquet. Le banquet rabelaisien est prétexte à des propos grivois, tout autant qu’à des échanges cultivés et philosophiques. Dans le banquet, le matériel se sublime en langage, et le langage en communion des esprits. Au cours des aventures des géants, le banquet orgiaque et désordonné est appelé à se civiliser. Grâce à l’humaniste Ponocrates, le jeune Gargantua apprendra à partager avec de savants convives un repas sain et frugal, où tout ce qui est mangé est d’abord nommé, expliqué, et où le tapage des soulards obscènes est remplacé par des lectures savantes. Le banquet est un festin théorique, une invitation à la connaissance. Comme Platon, dont les dialogues étaient destinés au grand public, Rabelais donne l’eau à la bouche à ses lecteurs par des oeuvres qui attisent l’amour de la sagesse. Parfois très discrète chez Platon, l’ironie est chez Rabelais au premier plan, et elle se mue en bouffonnerie. Chez les deux auteurs, l’humour sert à gentiment remettre à sa place, à enseigner l’humilité, rarement à démolir un adversaire. Le comique est un rabaissement de ce qui est faussement élevé, et une élévation de ce qui est bas. Ce rire platonicien est en même temps un rire évangélique, dans lequel on découvre que la réalité quotidienne, apparente, se tient la tête en bas et est appelée à un grand retournement: les premiers seront les derniers, les pauvres seront les riches, les sages sont fous et les fous sont sages. Là où l’ironie de Rabelais est la plus mordante au point de condamner, c’est dans le combat contre les sophistes, en fait, les scolastiques de son époque. Enfermée dans des formes figées et dans un verbalisme souvent creux, la scolastique péchait en outre par son latin de mauvaise qualité et son ignorance du grec, de l’hébreux et de l’arabe. Rabelais dénonce chez les sophistes scolastiques d’abord l’abstraction excessive de leurs raisonnements, mais aussi leur manque de rigueur linguistique et herméneutique. C’est toujours au nom de la rigueur de la vérité et du sens que s’exerce la critique rabelaisienne. Le cynisme actuel, vulgaire ou raffiné, critique sans rien affirmer, met tout à l’envers, rien sur ses pied. L’ironie rabelaisienne, au contraire, critique pour affirmer et renverse pour redresser. Aussi bien le banquet que l’ironie rabelaisiennes supposent un sens du vrai, du beau et du bien, qui se fonde sur la théorie platonicienne des Formes, ou Idées. La théorie des Idées apparaît chez Rabelais notamment dans une scène surréaliste où, au beau milieu de l’océan, des mots sans locuteurs volent librement en l’air après avoir dégelé. On apprend ensuite que les mots et les Idées gèlent, et qu’il faut attendre leur fonte pour pouvoir les comprendre. Le monde terrestre d’ici bas est constitué par les Idées qui fondent et qui coulent, comme «cathares» depuis un lieu idéal nommé le manoir de Vérité: selon le philosophe Petron (Plutarque), il existe plusieurs réalités:

    «[...] plusieurs mondes soy touchant les uns les autres en figure triangulaire æquilatérale, en la pate et centre desquels disait estre le manoir de Vérité et le habiter les Parolles, les Idées, les Exemplaires et portraictz de toutes choses passées et futures; autour d’icelles estre le Siècle. Et en certaines années, par long intervalles, part d’icelles tomber sus les humains comme catarrhes et comme tomba la rousée sus la toizon de Gédéon, part là rester réservée pour l’advenir, jusques à la consommation du Siècle 6.»

    On retrouve ici les grandes lignes de la métaphysique platonicienne. L’être se constitue de couches de réalité hiérarchiquement ordonnées selon leur proximité avec un modèle de perfection. Notre monde spatio-temporel est l’image dégradée de l’éternité. Le bien et l’être d’ici bas, dans toute leur richesse et leur beauté, ne sont en fait que les pâles reflets d’une perfection absolue. Dans les mots de Platon:

    «-Eh bien maintenant, pour les objets de connaissance, ce n’est pas seulement leur cognoscibilité que manifestement ils reçoivent du bien, mais c’est leur être et aussi leur essence qu’ils tiennent de lui, même si le bien n’est pas l’essence, mais quelque chose qui est au-delà de l’essence, dans une surabondance de majesté et de puissance.

    -Et alors Glaucon, facétieux, s’exclama:

    Par Apollon, dit-il, qu’elle prodigieuse transcendance!

    -C’est toi le responsable, repris-je, tu m’as forcé à exprimer mes opinions à son sujet 7.»

    Glaucon se moque de Socrate parce que celui-ci ose livrer la pensée qui l’habite, la pensée d’un Absolu. Qu’est-ce qui est drôle en définitive? Est-ce le fait de prétendre qu’il y a une perfection absolue, alors que la réalité serait bien plus banale et relative? Ou plutôt qu’un simple mortel ose parler du Divin? Le platonisme chrétien de Rabelais, c’est l’optimisme de croire que malgré le grotesque et la petitesse de la condition humaine, un certain rapport au Bien en soi est possible. Sous le soleil de la Renaissance, ce Bien se révèle comme agapè et caritas, charité et amour, amour des langues, des savoirs, du monde et de la vie.

    Comme chez Platon, la principale condition de l’accès au Bien pour Rabelais est l’éducation. L’éducation humaniste qui transforme, mais en douceur, rend moral et droit, au point que les lois deviennent superflues: «FAY CE QUE VOULDRAS 8». Rabelais propose une formation de l’être humain par une éducation qui suive la hiérarchie naturelle de l’être. Cette éducation est d’abord celle du corps, qui est doué d’un sens propre qui s’élabore dans le sport et dans la danse. Le scatologique rabelaisien montre le corps indiscipliné. Les disciplines sportives, diététiques, hygiéniques et artistiques haussent ensuite le corps à sa vraie nature. Par l’éducation, le corps trouve son équilibre, et finit par incarner des significations spirituelles. Corps, langage et esprit s’enchaînent naturellement lorsque l’enfant est guidé par un maître aimant. Les possibilités humaines infinies font de chaque enfant un futur géant. L’unification de l’humain n’est possible que par un gigantisme qui accueil et digère les multiples connaissances pour leur donner une forme douée de sens. Dans les magnifiques lettres que Gargantua envoient à son fils Pantagruel, Rabelais nous rappelle que l’éducation est avant tout une responsabilité parentale. Alors qu’il encourage son fils à l’excellence, Gargantua le rassure en ces mots «Et ce que présentement te escriz n’est tant affin qu’en ce train vertueux tu vives, que de ainsi vivre et avoir vescu tu te rescousses et te refraischisses en courage pareil pour l’avenir 9.» À la différence de Platon, Rabelais assigne à l’éducation la formation d’humains complets, non spécialisés dans une tâche, non réduits à des fonctions sociales. Il s’approprie toutefois l’idéal du philosophe roi, personnifié par le sage et débonnaire Gargantua. Comme chez Platon, le sage dirigeant doit avant tout veiller à l’éducation de ceux dont il a la responsabilité, éducation dont le but final est spirituel, soit la formation d’une âme vertueuse, où le salut chrétien remplace la métempsycose. Gargantua comprend que son propre salut passe par celui de son fils. Je n’ai ménagé aucun effort pour ton éducation, dit-il à son fils:

    «[...] comme si je n’eusse aultre thrésor en ce monde que de te voir une foys en ma vie absolu et parfait [...] et tel te laisser après ma mort comme un mirouoir représentant la personne de moy ton père, et, sinon tant excellent et tel de fait comme je te souhaite, certes bien tel en désir 10.»

    L’humain n’est jamais complet, il n’est jamais parfait, si non dans l’amour du parent pour son enfant, et l’amour ne se dit jamais si complètement que dans les lettres.

    Langage et humanisme

    C’est donc l’éducation qui humanise, c’est elle qui dresse la table pour le banquet des idées, qui affute l’ironie anti-sophistique et unifie les possibles humains. Avant tout, l’éducation est un rapport personnel où se transmet un langage. C’est par le langage que la connaissance et l’action sont possibles. Rabelais lui-même est en ce sens notre Gargantua à tous. Comme Dante, l’un des pères spirituel de l’humanisme, qui a donné une dignité à l’Italien dans le but de fédérer certaines villes italiennes, Rabelais a contribué à donner une langue à la France. Olivétan, l’un des premiers traducteurs de la Bible en français, puis Du Bellay, La Fontaine, Molière, Diderot, Voltaire, Flaubert, Balzac, Michelet et Hugo ont tous une dette, en général reconnue de bon coeur, envers «L’utile doux Rabelais» (Du Bellay, La Musagnœmachie) 11. Nous lui devons les mots mythologie, encyclopédie, sympathie, ichtyophage, catastrophe, hiéroglyphe, scatophage, archétype, atome, parmi d’autres. Selon André Belleau, au moins quatre vingt-quinze latinismes et cent-quinze néologismes rabelaisiens sont restés durablement en usage dans la langue française. La «compétence lexicale» de Rabelais compterait plus de cent mille mots, le double de celle de Victor Hugo 12. Combien de trésors sont encore enfouis dans le gouffre de l’esprit qu’est le rire énorme de cet Eschyle de la mangeaille, pour paraphraser Victor Hugo13? Bien sûr, la création humaine n’est jamais ex nihilo. C’est sa maîtrise des langues anciennes, surtout le grec le latin, qui permet à Rabelais ces inventions, qui sont souvent obtenues par la francisation de mots déjà existants. Il faut toutefois prendre la mesure de ce que peut vouloir dire le verbe «franciser» dans le cas de Rabelais. Franciser, c’est pour lui faire passer une langue de l’enfance à la maturité. L’humanisme de Rabelais, c’est la formation du français.

    Former une langue, c’est d’abord lui donner une unité. Rabelais ne ménage pas ceux qui mettent du latin et du grec dans le français sans les adapter. À un Limousin qui mélange bêtement latin et français, Pantagruel décoche cette violente invective : «Tu écorches le latin; par saint Jean, je te ferai écorcher le renard, car te écorcherai tout vif.» Mélanger les langues sans les travailler, ce n’est pas parler, c’est baragouiner. Chez Rabelais, la diversité de langages et de niveaux de langage utilisés, mais non-confondus entre eux, fait ressortir pour le lecteur le caractère matériel, contingent, mais aussi poétique de tout langage. La condition pour que cette matière sonore acquiere un sens, c’est un travail poétique d’intégration. Comme les autres humanistes, Rabelais utilisait pour ce faire les langues mortes comme modèles de beauté et de sens. Puisqu’elles sont mortes, elles sont achevées, on pouvait les considérer comme des oeuvres d’art inspirantes pour la formation des langues vivantes. Le multiple ne prend sens que par la participation à des modèles d’unité asymptotiquement orientés vers un unité parfaite. Après l’écroulement de Babel qui a fait éclater le langage, l’Un ne prend sens pour nous que dans des unités relatives, et pour cette raison plurielles. La multiplicité des langues est une pluralité d’unités différentes. Chaque langage cherche à reproduire l’unité du réel, imparfaitement. Le grand ennemi de la multiplicité est non-seulement l’homogénéisation, mais tout autant la confusion. En se mélangeant de façon désorganisée, aussi bien l’un que le multiple se dissolvent dans l’indéterminé. Former une langue, c’est lui aussi donner un rapport à la vérité. Pour Rabelais, seules les paroles du manoir de Vérité constituent une langue parfaite - un logos divin - et elles ne durent que jusqu’à la consommation du Siècle14. Les langues classiques elles-mêmes ne sont que des copies imparfaites d’idéaux éternels. Ici-bas, la pureté linguistique est donc toujours relative. Rabelais suit le Platon du Cratyle : entre le conventionnalisme et le naturalisme, il y a l’exigence de chercher les Eïdos par le langage. Le langage n’a de sens que par la consistance du réel auquel il se réfère. C’est par ce rapport à une réalité idéale que le langage devient substantiel. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la célèbre phrase de Rabelais, qui fonde l’herméneutique en nous enjoignant de nous rendre pareils au chien, l’animal le plus philosophe du monde:

    «À l’exemple d’icelluy vous convient estre saiges pour fleurer, sentir et estimer ces beaux livres de haulte gresse, légiers au prochaz et hardiz à la rencontre; puis par curieuse leçon et méditation fréquente, rompre l’os et sugcer la substantifique mouelle 15[...]»

    Lorsque le langage saisit le réel, les livres sont un festin de moelle. Le pantagruélisme prend le contre-pied de tous les nihilismes de la référence, de toutes les philosophies du langage vide, des mots qui ne réfèrent qu’à d’autres mots, en définitive, à rien du tout.

    Une langue bien formée, belle et vraie, est en définitive une condition essentielle de l’action humaine. Les oeuvres de Rabelais avaient une fonction économique et politique. Elles puisaient à la petite littérature populaire pour être accessible et se vendre, et auraient ainsi rapporté à Rabelais de quoi être à l’aise. Outre les diverses prises de positions théologiques qui appuyaient l’évangélisme catholique et le gallicanisme, Rabelais promouvait activement par ses oeuvres la pédagogie humaniste, le pouvoir du roi contre celui de Rome, les intérêts de ses protecteurs - les Du Bellay et le Cardinal de Châtillon 16. La raison pour laquelle Rabelais a tellement marqué la langue française, c’est qu’il a contribué par sa littérature à influencer les institutions de la France et de l’Occident. Le langage n’est pas un simple outil, mais il n’est pas non plus une pure oeuvre d’art, il est du monde. L’humanisme est pour Rabelais la tentative réussie de motiver une action collective par une littérature qui donne soif de vérité et d’idéal. Cela n’est possible que par un recours à la fois au langage populaire et à la culture savante. L’humanisme semble mort parce que nous nous sentons impuissants à agir pour donner un sens à notre monde, et cette impuissance est en définitive notre impuissance à nous exprimer véritablement. Le grand obstacle à la revitalisation de l’humanisme est peut-être la fracture que nous observons entre le monde populaire et le monde savant, fracture qui est directement proportionnelle à celle qui existe entre les disciplines savantes. L’humain ne peut être «un abysme de science» que s’il garde en mémoire que «science sans conscience n’est que ruine de l’âme 17». Or la conscience humaine ne se forme que dans une communauté linguistique. Pour combler ces gouffres qui nous déchirent et retrouver l’unité d’une conscience humaine, il faudrait aujourd’hui une institution capable de donner un langage commun au savant et au populaire, d’une part, et de l’autre aux sciences, aux techniques, aux arts et aux lettres. Ce langage commun, comme nous l’avons vu, ne doit pas être homogène ou se soumettre à une norme rigide, il doit unifier les divers niveaux de langage et les diverses connaissances comme les fibres d’un arbre qui s’élance vers le ciel.

    Rabelais et nous

    Proposer une revitalisation de l’humanisme par l’étude d’auteurs de la Renaissance comme Rabelais peut sembler futile, tant les siècles qui nous séparent d’eux les rendent obscurs aux yeux de nombre de nos contemporains. J’ai quant à moi la conviction que, lorsque Rabelais, Montaigne et Du Bellay nous paraissent étrangers et lointains, c’est probablement parce que nous oublions que nous parlons une langue dans laquelle on entend encore la leur. Jacques Ferron, Victor-Lévy Beaulieu, Antonine Maillet et Réjean Ducharme ont bien montré à quel point Rabelais est vivant dans le Québec et l’Acadie d’aujourd’hui. Il vit encore aussi bien dans la littérature populaire d’un Bertrand Leblanc que dans celle, plus intellectuelle, d’un Louis Hamelin. Rabelais peut nous apprendre à apprécier à sa juste mesure notre langue à l’accent circonflexe, un accent un peu vieillot, plus proche de Panurge que de Swann, un bel accent qui a déjà servi le roi de France, la pédagogie humaniste, la réforme de la théologie et la réactualisation du platonisme. L’humain peut sembler perdu aujourd’hui, probablement parce que nous avons oublié qu’il ne se forme que par la douce rigueur du langage. L’oeuvre de Rabelais est pour nous un lieu d’écoute et de retrouvailles. Elle nous convie au festin de nos mots de gueule et d’esprit, au banquet de nos discours où l’on se rit de nous mêmes et des sophistes d’un rire qui remet chacun à sa place, et qui épure graduellement tout ce qui est grossier. L’idéalisme qui anime Rabelais semblera naïf ou dépassé à plusieurs esprits fins d’aujourd’hui. Pourtant, tout comme le bon peuple, nombre d’artistes, de scientifiques et de penseurs rêvent encore du vrai, du beau et du bien. Si l’écoute de la voix puissante du géant Pantagruel, résonnant du XVIe siècle au XXIe, accomplissait en nous la réminiscence du Bien, peut-être pourrions nous rappailler l’être humain. L’Amérique, où le français est demeuré plus rabelaisien qu’ailleurs, est un endroit aussi bon qu’un autre pour repantagruéliser le monde.


    Georges-Rémy Fortin

    Ce texte est une version remaniée d’un article paru dans la revue Bios du collège de Bois-de- Boulogne, dont le numéro de janvier 2017 était consacré à l’avenir de l’humanisme dans la Formation générale du cégep au XXIe siècle: https://revuebios.wordpress.com/category/2e- numero-janvier-2017/


     

    1 Voir à ce sujet André Belleau, Notre Rabelais, Boréal, 1990, et Antonine Maillet, Rabelais et les traditions populaires en Acadie, Presses de l’Université Laval, 1980
    2 François Rabelais, Le Tiers Livre, Prologue, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.327
    3 Voir à ce sujet Michael Screech, Rabelais, Gallimard, 1992
    4 Mikhaïl Bakhtine, L’oeuvre de François Rabelais, Gallimard, 1970
    5 Manuel De Diéguez, Rabelais par lui-même, Éditions du Seuil, 1960, p.92
    6 François Rabelais, Le Quart Livre, Chap. LV, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.691
    7 Platon, La République, in Oeuvres complètes, Flammarion, 2008, p.1676
    8 François Rabelais, Gargantua, Chap. LVII, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.159
    9 François Rabelais, Pantagruel, Chap. VIII, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.203-204
    10 Ibid., p.204
    11 Lazare Sainéan, L’influence et la réputation de Rabelais, Librairie Universitaire J. Gamber, 1930
    12 André Belleau, Notre Rabelais, Boréal, 1990, p.119
    13 Cité par André Belleau, Notre Rabelais, Boréal, 1990, p.17
    14 Michael Screech, Rabelais, Gallimard, 1992, p.544
    15 François Rabelais, Gargantua, Prologue, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.4-5
    16 Michael Screech, Rabelais, Gallimard, 1992, p.38
    17 François Rabelais, Pantagruel, Chap. VIII, in Oeuvres complètes, Gallimard, 1955, p.206
    *******


    Jugements sur Rabelais
    GUSTAVE FLAUBERT
    «Quoi de plus mal bâti que bien des choses de Rabelais, Cervantès, Molière
    et d'Hugo ? Mais quels coups de poing subits ! Quelle puissance dans un seul mot ! Nous, il faut entasser l'un sur l'autre un tas de petits cailloux pour faire nos pyramides qui ne vont pas à la centième partie des leurs, lesquelles sont d'un seul bloc. Mais vouloir imiter les procédés de ces génies-là, ce serait se perdre. Ils sont grands, au
    contraire, parce qu'ils n'ont pas de procédés. Hugo en a beaucoup, c'est là ce qui le diminue. Il n'est pas varié, il est constitué plus en hauteur qu'en étendue.
    *******
    Il ne faut jamais craindre d'être exagéré. Tous les très grands l'ont été, Michel-Ange, Rabelais, Shakespeare, Molière.» (Correspondance, 1850-1854)
    FRANÇOIS-RENÉ DE CHATEAUBRIAND
    «Toutes les libertés meurent à la fois, la liberté politique dans les états congédiés, la liberté religieuse par la prise de La Rochelle; car la force huguenote demeura anéantie, et l'édit de Nantes ne fut que la conséquence de la disparition du pouvoir matériel des protestants. La liberté littéraire périt à son tour : on avait passé de l'école naïve, simple, originale d'Amyot, de Rabelais, de Marot, de Montaigne, à l'école artificielle et boursouflée de Ronsard. Malherbe rentra dans la première route: les sujets étrangers à nos moeurs et à nos croyances furent choisis de préférence. Alors s'éleva l'Académie française, haute cour du classique, qui fit comparaître devant elle, comme premier accusé, le génie de Corneille.» (Analyse raisonnée de l'histoire de France)
    HONORÉ BALZAC
    «Chez nous Rabelais, homme sobre qui ne buvait que de l'eau, passe pour un amateur de bonne chère, pour un buveur déterminé. Mille contes ridicules ont été faits sur l'auteur d'un des plus beaux livres de la littérature française, le Pantagruel.» (Études de moeurs: Scènes de la vie privée, t. 4)
    ANATOLE FRANCE
    «Rabelais fut, sans le savoir, le miracle de son temps. Dans un siècle de raffinement, de grossièreté et de pédantisme il fut incomparablement exquis, grossier et pédant. Son génie trouble ceux qui lui cherchent des défauts. Comme il les a tous, on doute avec raison qu'il en ait aucun. Il est sage et il est fou; il est naturel et il est affecté; il est raffiné et il est trivial; il s'embrouille, s'embarrasse, se contredit sans cesse. Mais il fait tout voir et tout aimer. Par le style, il est prodigieux et, bien qu'il tombe souvent dans d'étranges aberrations, il n'y a pas d'écrivain supérieur à lui, ni qui ait poussé plus avant l'art de choisir et d'assembler les mots.» (La vie littéraire)
    ALAIN TOURAINE
    Rabelais moderne
    «Si la confiance exclusive placée dans la raison instrumentale et dans l'intégration sociale est chargée de dangers, la destruction allègre du sacré, de ses interdits et de ses rites est un acommpagnement indispensable de la modernité. Nul ne représente mieux que Rabelais cette soif de vivre, de manger, d'apprendre, de prendre son plaisir et de construire un monde nouveau, conforme à l'imagination, aux désirs et à la raison, plutôt qu'à des textes sacrés, à des coutumes ou à des hiérarchies établies. Les sociétés industrielles avancées sont aujourd'hui très éloignées de cette libération première... mais elles risquent aussi d'être attirées par le rêve d'une société close, communautaire, protégée contre le changement. La meilleure protection contre ce retour à la communauté fermée est l'appétiti de Rabelais, complété par le doute de Montaigne.» (Critique de la modernité)

     

     
     

    Oeuvres


    Oeuvres en ligne:

    Les quatre livres de Rabelais numérisés par François Bon et disponibles sur le site Athéna

    Gargantua (édition princeps de 1534) (Athéna); autre édition en ligne

    Le Quart-Livre (Athéna)

    Le Tiers-Livre (Athéna)

    Pantagruel (édition princeps de 1532) (Athéna)

    La Pantagrueline Prognostication ("consultation html et téléchargement RTF - unique transcription d'après micro-film édition originale") - Remue.net
    Pantagrueline Prognostication (Athéna)

    Documentation

    Études anciennes

    France, Anatole. Rabelais. Reproduction de l'édition de Paris, Calmann-Lévy, 1928, IV-246 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Thuasne, Louis. Études sur Rabelais, Paris, E. Bouillon, 1904, XIII-450 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Chevalier, Henri Émile. Rabelais et ses éditeurs, Paris, Auguste Aubry, libraire, 16 rue Dauphine, 1868 (extrait de la Revue Moderne, 25 novembre 1868) - Bibliothèque de Lisieux, Fr.

    La Juillière, Pierre de. Les images dans Rabelais, Halle, M. Niemeyer, 1912, X-156 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Lenormant, Charles (1802-1859). Rabelais et l'architecture de la Renaissance : restitution de l'abbaye de Thélème. Paris, J. Crozet, 1840, 35 p.-[2] f. de pl. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Heulhard, Arthur. Rabelais, ses voyages en Italie, son exil à Metz. Paris, Librairie de l'art, L. Allison, 1891, X-405 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Troubat, Jules. Plume et pinceau : études de littérature et d'art : Rabelais, Voltaire, Mérimée, Talma, l'Assommoir, Napoléon et Robespierre, M. Victor Hugo, le comte de Cavour. Paris, I. Liseux, 1878, XII-348 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Pourtalès, Guy de. "Petites leçons de maître François Rabelais pour le Temps de guerre et pour le Temps de paix", Le Mercure de France, , no 504, 16 juin 1919, p. 593-614 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Péladan, Joséphin. La clé de Rabelais, Paris, E. Sansot, 1905, 124 p. (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)
    Péladan, Joséphin. "Les secrets des anciennes maîtrises : la clé de Rabelais", Mercure de France, no 185, 1er mars 1905, p. 5-18 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)


    Études contemporaines

    Desrosiers-Bonin, Diane. Les romans (?) de Rabelais. Conférence prononcée à l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand le 18 décembre 1997

    Demerson, Guy. Rabelais est-il actuel? (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II)

    Renaud, Michel. Rabelais au collège. Ce texte reprend pour l’essentiel une communication présentée dans le cadre de la journée Rabelais, organisée par le CRDP de Clermont-Ferrand en novembre 1994.

    Bon, François. Rabelais, formes, constructions, Le Monde, 1996

    Bon, François. Quart-Livre, territoire inconnu, Magazine littéraire, 1996

    Bon, François. Folie de la langue contre langue des fous, revue Nervure, 1997

    Bon, François. Traces de Rabelais en Poitou, revue Atlantique, 1997

    Le limasson des rimasseurs. De Rabelais et des escargots (lettre de François Bon à Louis Dubost, 1998)

    Bloch-Dano, Evelyne. Voyage en Rabelaisie, Magazine littéraire, n° 394, janvier 2001

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2019-06-25


    Dons reçus (2019-2020):1600$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.