• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Enracinement-sens figuré

    Définition

    «L'Enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. C'est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d'avenir. Participation naturelle, c'est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l'entourage. Chaque être humain a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle par l'intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie.»
    SIMONE WEIL, L'enracinement

    Enjeux

    Comment s'enraciner sans devenir étroit, comment accueillir l'universel sans devenir exangue?

    Voici deux passages, dont l'un, signé Chateaubriand, évoque le risque de devenir exangue dans l'universel et l'autre, contemporain, montre comment l'étroitesse peut reparaître dans le culte du particulier.

    «La folie du moment, écrit Chateaubriand, est d'arriver à l'unité des peuples et de ne faire qu'un seul Homme de l'espèce entière, soit ; mais parmi tous ces êtres blancs, jaunes, noirs, réputés vos compatriotes, vous ne pourriez vous jeter au cou d'un frère. Quelle serait une société universelle qui n'aurait point de pays particulier, qui ne serait ni française, ni anglaise ni chinoise, ni américaine, ou plutôt qui serait à la fois toutes ces sociétés? Qu'en résulterait-il pour ses moeurs, ses sciences, ses arts, sa poésie? Comment s'exprimeraient des passions ressenties à la fois à la manière des différents peuples dans les différents climats.?»1

    De leur côté, R.Bérard et Paul Marchenay, rattache un certain culte contemporain du terroir à un pétainisme associé dans leur esprit aux pires formes d'étroitesse. Les produites du terroir, notent-ils, reviennent en force.«Les producteurs les défendent comme le dernier rempart au déferlement du "Macdo" et n’hésitent pas à utiliser, pour en parler, un registre dont on vient de voir les connotations qu’il pouvait contenir. Un dépliant de l’association Terroirs de Saône-et-Loire affirme que "l’authentique a ses racines", une publicité pour les fromages corses parle de "vérités du terroir", la palme revenant sans conteste à ce poids-lourd de l’agro-alimentaire ventant les mérites des jambons qu’il fabrique — à l’échelle industrielle : "L’Europe ne sera l’Europe que par la reconnaissance de la richesse de chaque terroir de chaque région à partir du moment où les produits qui en sont issus sont authentiques. Chez Paul Prédault, nous nous sommes donnés comme mission d'apporter tous les jours et sur toutes les tables de France et d'Europe des jambons et des terrines préparées selon des recettes traditionnelles et authentiques qui préservent et exaltent le vrai goût des aliments. Car en gastronomie comme en toute chose, rien ne remplace le vrai. Le vrai goût est un patrimoine, une valeur que nous défendons avec vous et pour vous. »2

    1-CHATEAUBRIAND, Les Mémoires d'outre-tombe
    2-L. BÉRARD et P. MARCHENAY, 1998 – « Terroirs, produits et enracinement », in : Pour une anthropologie impliquée. Argumentations face aux extrémismes. L’ARA, Numéro spécial de l'Association Rhône-Alpes d’Anthropologie, 43, pp. : 16-17.

    Essentiel

    Les êtres vivants enracinés, les plantes, ont devancé au cours de l'évolution ceux qui ne font que toucher la terre, les animaux. Les premiers ont l'avantage de ne pas avoir à se déplacer pour se nourrir. Les seconds ont l'avantage de pouvoir se nourrir des premiers, mais pas de tous, de certains en particulier, ce qui les oblige à s'enracinerà leur tour dans un habitat. L'être humain est de moins en moins soumis à cette contrainte: il peut manger à Montréal des fruits cultivés au Chili et n'avoir pour habitat que des escales. Une telle mobilité, des plantes devenues aliments et des hommes qui s'en nourrissent, n'est toutefois pas sans danger: il faut lui imposer une limite, pour le salut de la planète et celui de l'être humain: il peut certes s'adapter aux habitats les plus divers mais, pour s'épanouir, il a besoin de souvenirs et de symboles particuliers. Nous sommes aussi des plantes: nos sens sont nos racines dans la terre, nos idées sont notre feuillage, nos racines dans le ciel. Le déracinement nous affaiblit, surtout lorsque le réenracinement de nos sens dans un nouveau sol et celui de nos idées dans un nouveau ciel, ne se font pas au même rythme ou qu'il n'y a pas de correspondance entre le nouveau sol et le nouveau ciel.

    Il faut aussi, comme le rappelle Gustave Thibon, «se défier des imitations mécaniques de ce processus vital : certains adorateurs du passé sont ancréssur le passé, ils n'y sont pas enracinés1

    Le problème du déracinement et du réenracinement, trop facile en un sens, est un aspect du vaste problème de l'adaptation. «Les êtres humains, note René Dubos, peuvent si facilement s'adapter, qu'ils peuvent survivre, vivre et s'accroître en dépit de la malnutrition, de la pollution de l'environnement, d'agressions sensorielles ahurissantes, de la laideur et de l'ennui, de la densité excessive de population et de son embrigadement consécutif. Mais alors que l'adaptation biologique constitue un actif pour la survie d'Homo Sapiens, en tant qu'espèce biologique, elle peut saper les attributs qui rend la vie humaine différente de la vie animale. Du point de vue de l'homme, la réussite de l'adaptation doit être jugée en termes de valeurs spécifiques à l'homme.»2

    Voici les valeurs au nom desquelles, dans La part des chose, Benoîte Grou refuse une adaptation prenant la forme du déracinement. «Rester ici saison après saison, y subir l'hiver au lieu de s'en aller comme une cigogne, apprendre à connaître personnellement les oiseaux qui venaient dans le jardin, lire beaucoup, prendre le temps de s'ennuyer... rêve impossible qu'elle caressait régulièrement. On passe aujourd'hui sa vie à quitter ce qu'on aime pour ce qu'on ne connaît pas et ce voyage au bout du monde que Marion allait entreprendre avec Yves lui parut soudain sans intérêt et les Tropiques vulgaires. [...]Marion se sentait obstinément occidentale, et même française, et même bretonne, et même enracinée très précisément ici entre Pont-Aven et Trévignon, là où les champs cultivés descendent jusqu'à la mer, où l'on attache les bateaux aux arbres du rivage comme des bêtes, où les deux univers, terrestre et marin, entremêlent leurs frontières et s'échangent du terrain toutes les six heures dans la douceur beige des plages.» (J.D.)

    1-GUSTAVE THIBON, Le voile et le masque.
    2-RENÉ DUBOS, L'environnement humain dans nos sociétés technologiques.
    3-BENOÎTE GROU, dans La part des choses.



    Documentation




    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Antonymes
    Déracinement
    Allemand
    Einwurzelung
    Anglais
    Implanting
    Espagnol
    Arragiamiento

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.