• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Diderot Denis

    Écrivain et philosophe français.

    «Le cas de Diderot est unique, paradoxal. Il est inouï de penser qu’il ne fut simplement, aux yeux de ses contemporains, « que l’auteur de quelques opuscules philosophiques, de deux drames et que l’éditeur de l’Encyclopédie » (Maurice Tourneux).

    La Religieuse et Jacques le fataliste ne durent en effet, par la suite, qu’à l’obligeance de Grimm d’être insérés dans la Correspondance à laquelle ce dernier et Raynal attachèrent leurs noms. Pour le Supplément au voyage de Bougainville, le Paradoxe sur le comédien, Le Rêve de D’Alembert, Est-il bon, est-il méchant?, l’étonnante Correspondance avec Mme Volland, tout cela ne vit le jour que longtemps après la mort de Diderot. Mais où le sort, envers Diderot, se montra vraiment hostile, ce fut dans la publication différée, altérée, enfin longtemps inexacte du Neveu de Rameau.

    Il parut d’abord dans une traduction allemande, par Goethe, qui s’en était chargé à la prière de Schiller, possesseur du manuscrit. Nul doute que si Schiller eût vécu plus longtemps, la version française n’eût été publiée à son tour. Mais le malheur voulut que cette mort survint et que, dans le désordre qui s’ensuivit, le manuscrit rendu par Goethe à Schiller se trouvât égaré. Goethe ne se consola pas aisément de cette perte. Selon lui, le manuscrit original du Neveu de Rameau avait dû prendre, à l’origine, le chemin de la Russie, être expédié avec l’ensemble de la bibliothèque du philosophe cédée par Mme de Vandeul à l’Impératrice. « La copie d’après laquelle je fis ma traduction, dit-il, me parut en provenir ».

    Le monde n’était plus dès lors appelé à connaître Le Neveu de Rameau que par le Rameau’s Neffe, la traduction allemande que Goethe en avait faite. Goethe lui-même pensait que le texte allemand, quelle que fût sa valeur, n’était jamais que le reflet atténué du chef-d’œuvre.

    On publia une copie faite sous les yeux de Diderot, ce qui amena une polémique avec les traducteurs français du texte de Goethe. Goethe lui-même n’hésita pas à exprimer sa conviction que la copie publiée était conforme au texte original. Une autre édition en fut tirée en 1884 avec quelques additions, mais même alors il n’était pas possible de dire que c’était là Le Neveu tel que, tout vif et bouillant, il était sorti de la plume de l’auteur.

    Sept ans après se produisit le coup de théâtre qui donne à l’histoire du manuscrit de Diderot un caractère si surprenant d’aventure. Ce manuscrit, cherché en vain à Saint-Pétersbourg dans les papiers de l’Ermitage provenant de Catherine II, voilà qu’il était tout simplement à Paris.»

    «Le Neveu de Rameau», Chronique des lettres françaises, troisième année, no 17, septembre-octobre 1925, p. 711-712 (publication du domaine public).

    Oeuvres

    Documentation

    Jugements sur Diderot et sur son oeuvre

    « Relu Le Neveu de Rameau. Quel homme, Diderot ! quel fleuve, comme dit Mercier !… Et Voltaire est immortel et Diderot n’est que célèbre. Pourquoi ? Voltaire a enterré le poème épique, le conte, le petit vers, la tragédie. Diderot a inauguré le roman moderne, le drame et la critique d’art. L’un est le dernier esprit de l’ancienne France, l’autre est le premier génie de la France nouvelle. »

    Journal des Goncourt. Mémoires de la vie littéraire. Premier volume 1851-1861. Paris, G. Charpentier et Cie, éditeurs, 1888, entrée du 11 avril 1858, p. 234

    Publications

    Diderot. Lettres d'amour, par Hubert Juin (Magazine littéraire, no 204, février 1984)

    La courtisane contre l'expérimentatrice. Les images de la science dans les oeuvres de Diderot, par Anne Masseran (Alliage, no 37-38, 1998)

    Richter, Vaclav. Un hommage de Milan Kundera à Denis Diderot (Radio Prague, 18 septembre 2004)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    France
    Naissance
    05 / 10 / 1713, Langres
    Déces
    31 / 07 / 1784
    Documents Associés
    Charles-Augustin Sainte-Beuve
    Charles Renouvier
    Encyclopédie, Lumières, Diderot, Condillac
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.