• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Caravage

    Cours du professeur Jacques-Édouard Berger

    Peintre italien (1571-1610), initiateur du clair-obscur, il donna son nom à un mouvement, le caravagisme, qui s'étendit à l'ensemble de l'Europe, particulièrement en Espagne et dans les Pays-Bas.

    Nicolas Poussin, qui était arrivé à Rome peu après la mort du Caravage, aurait dit : «Il était venu pour détruire la peinture».

    Biographie

    Longtemps connu comme le peintre qui avait entraîné l'art aux «confins de la laideur», en faisant place dans ses tableaux religieux à des personnages choisis dans la rue, hommes de peine, prostituées, fatigués et déchus, il a fallu attendre les travaux de Roberto Longhi à la fin du XIXe pour redécouvrir en lui un des grands réformateurs de la peinture en Europe, égarée à la fin du XVIe dans le maniérisme de la Haute Renaissance ou dans les excès baroques de la Contre-réforme. Mais l'Europe du temps du Caravage n'était pas prête à contempler la vérité brute, toute ordinaire et banale à laquelle il voulait faire place dans la peinture.

    Son traitement original des grands sujets religieux repose sur une maîtrise exceptionnelle du réalisme, la représentation de personnages dotés d'une puissante corporéalité, souvent chargée d'un érotisme ambigü. L'atelier de l'artiste devient un antre obscur où ne percent que des rayons crus de lumière; le noir envahit la surface du tableau, du dialogue dramatique entre ombre et lumière monte surgit une théâtralité nouvelle dont s'inspirera notamment Le Poussin et à sa suite les peintres classicistes. De la Tour, Ter Bruggen, Vélasquez, Rubens, Rembrandt, voici autant de peintres qui doivent à la rencontre du caravagisme une part de leur grandeur.

    «Il est difficile de regarder la peinture de Caravage en faisant abstraction des aspects rocambolesques de la vie, difficile de ne pas chercher dans sa peinture confirmation de tout ce que les biographes, sitôt après sa mort mystérieuse, ont écrit et sous-entendu: un peintre mauvais garçon, mauvais coucheur, assassin, brutal, mal embouché, trouvant son inspiration dans les rues sombres, sans doute homosexuel.» (Charles Sigel, émission "L'humeur vagabonde" sur Espace 2, Radio Suisse-Romande). Le Caravage est le «mauvais sujet» de l'histoire de la peinture. Sa fin tragique, ses démêlés constants avec la justice, l'érotisme de ses tableaux de jeunesse, le ton provocateur de ses oeuvres religieuses ont alimenté la curiosité et les spéculations des historiens depuis sa mort.

    Oeuvres

    Peintures Tête de Méduse, 1590-1600, (Offices, Florence)
    La diseuse de bonne aventure, 1595 (Musée du Capitole, Rome)
    Musiciens, c.1595 (Metropolitan Museum of Art, New York)
    Joueur de luth, 1595 (Hermitage, Saint-Pétersbourg)
    Garçon mordu par un lézard, 1595-1600 (National Gallery, Londres)
    Grand Bacchus, 1596-1597 (Offices, Florence)
    La conversion de Marie-Madeleine, 1597-1600 (Detroit Institute of Art)
    Sainte-Catherine d'Alexandrie, 1597 (Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid)
    Narcisse, 1598-1599 (Gallerie Borghèse)
    Le martyre de saint Matthieu, 1599-1600 (Chapelle Contarelli, San Luigi dei Franchesi, Rome)
    La conversion de saint Paul (première version sur panneau de bois), 1600, (Collection Odecalschi Balbi, Rome)
    La conversion de saint Paul (seconde version sur toile), 1600 (Chapelle Cerasi, Santa Maria del Popolo, Rome)
    La crucifixion de saint Pierre, 1600 (Chapelle Cerasi, Santa Maria del Popolo, Rome)
    La Cène à Emmaüs, 1601 (National Gallery, Londres)
    Le sacrifice d'Isaac, vers 1603, (Offices, Florence)
    Ecce Homo, 1605 (Palazzo Bianco, Gênes)
    La Cène à Emmaüs, c. 1606 (Pinacothèque, Brera)
    Salomé recevant la tête de saint Jean-Baptiste, 1607-1610 (National Gallery, Londres)
    La crucifixion de saint André, 1609-1610 (Cleveland Museum of Art)
    Mort de la Vierge, 1605-1606 (Louvre, Paris)
    David tenant la tête de Goliath, 1606-1607 (Kunthistorisches, Vienne)
    Madonne du Rosaire, 1606-1607 (Kunthistorisches, Vienne)
    Le reniement de saint Pierre, 1609-1610 (Metropolitan Museum of Art, New York)
    David triomphant sur Goliath, (Prado,Madrid)

    Documentation

    Jugements sur le Caravage

    ÉMILE BERNARD
    «Persuadés que plus ils copieraient leur modèle, plus ils feraient des merveilles, les ouvriers qui suivirent cette méthode aboutirait au Caravage, et de là le réalisme entra dans l'art pour le détruire.

    C'est à Caravage, à la fin du XVIe siècle italien, que commença la désastreuse catastrophe. On crut alors trouver la perfection de la forme en copiant la réalité avec soin. On avait acquis, il est vrai, des moyens singulièrement habiles de mise enœuvre; les peintres étaient devenus d'excellents ouvriers. C'est ainsi que le réalisme, gardant une apparence de bonne peinture, put se faire admettre par une société qui savait apprécier le talent. On ne considéra plus l'idéal, le beau, la création, mais seulement la copie et l'adresse de l'oeuvrant. Beaucoup de tableaux du Caravage repoussent par leur aspect de figuration en cire, leur immobilité empruntée au modèle, leur froideur; toutefois on ne peut pas n'y point admirer des forces techniques surprenantes, un sens de l'exactitude vivante dans l'expression des visages. Ses successeurs et ses imitateurs, transportant dans le domaine religieux ou mythologique ce réalisme, l'ont rendu inadmissible et repoussant. C'est positivement à ce peintre qui tourna résolument le dos à l'antique et à Raphaël, nous disent ses biographes, que l'on doit cette déchéance que les Caraches avaient essayé d'empêcher et qu'ils ne purent point arrêter, car eux aussi copiaient scrupuleusement le modèle, s'égaraient loin des grands créateurs, pour produire des images du réel dans des scènes inventées. J'ai dit par quels moyens le XVIe siècle s'était rendu indépendant de toute imitation directe; à peine cent ans s'étaient-ils écoulés que les peintres retournaient au calque du vrai, sans plus.» (Considérations sur l'art classique, voir ce texte)




    Textes en ligne
    Vie du Caravage par Giovan Pietro Bellori, 1672, (texte original en italien). La biographie de Bellori, avec celle de Giovanni Baglione, constitue une des principales sources biographiques sur le Caravage.

    Expositions
    Caravaggio e il genio di Roma, 1592-1623, exposition mise sur pied par la Royal Academy of Arts de Londres. Site de l'exposition au Palazzo Venezia, Rome.

    Ouvrages en français
    PIERRE FRANCASTEL, Le Réalisme de Caravage, Paris, Gazette des Beaux-Arts, 1938.
    RENÉ JULLIAN, Caravage, Lyon-Paris, 1961.
    A. OTINNA DELLA CHIESA, Tout l'oeuvre peint du Caravage. Traduction d'André Chastel. Paris, Flammarion 1988.
    ANDRÉ CHASTEL, "Le problème du Caravage", in Fables, Formes, Figures, Paris, 1978.
    MIA CINOTTI, Caravage. Traduction de Françoise Lantiéri. Paris, Adam Biro éd., 1991
    GIOVAN PIETRO BELLORI, Vie du Caravage (1672), Paris, Gallimard-Le Promeneur, 1991
    MINA GREGORI, Caravage. Traduction d'Odile Ménégaux, Paris, Gallimard-Electa, 1995
    JOSÉ FRÈCHES, Le Caravage, peintre et assassin, Paris, Gallimard-Découvertes
    ROSA GIORGI, Caravage, Paris, Éditions de la Martinière, coll. "Art-Poche", 1999.

    Articles

    Montégut, Émile. "Impressions de voyage et d'art. II. Les églises de Rome, Michel-Ange de Caravage", Revue des deux mondes : recueil de la politique, de l'administration et des moeurs, 2e période, tome 86, 15 mars 1870, p. 392-418 (Bibliothèque nationale de France, Gallica - mode image, format PDF)

    Rencontre avec Dominique Fernandez. Propos recueillis par Catherine Le Ferrand (Les entretiens aVoir-aLire, 12 mars 2003). A propos du roman La course à l’abîme, où l'auteur nous offre une autobiographie du Caravage


    Ouvrages en italien
    LIONELLO VENTURI, Il Caravaggio, Rome, 1925.
    ROBERTO LONGHI, Documento sul Caravaggio, Rome, Universalia, 1948.
    ROBERTO LONGHI, Il Caravaggio, Milan, 1952.
    BERNARD BERENSON, Del Caravaggio, delle sue incongruenze e della sua fama (1950), Milan, Leonardo, 1994.
    MAURIZIO CALVESI, La Realta del Caravaggio, Turin, Einaudi, 1990

    Ouvrages en anglais

    Bal, Mieke. Quoting Caravaggio: Contemporary Art, Preposterous History. Chicago, University of Chicago Press, 1999. Présentation sur le site de l'éditeur. Recensions : Rachel Baum, "The Risks of Quoting", Art Journal, été 2001

    Hammill, Graham L. Sexuality and Form: Caravaggio, Marlowe, and Bacon, Chicago and London, University of Chicago Press, 2000. Présentation sur le site de l'éditeur. Recensions : Bruce R. Smith, "Book Review", Criticism, printemps 2001

    Potter, Polyxeni. "Born Michelangelo Merisi, Caravaggio was later renamed after his hometown in northern Italy, a practice not unusual in his day - About The Cover - Cover Story", Emerging Infectious Diseases, décembre 2003

    Rosenthal, Tom. "Rome sweet Rome - paintings by Caravaggio, Royal Academy, London, England", New Statesman, 5 février 2001 (compte rendu de l'exposition "The Genius of Rome 1592-1623", organisée à la Royal Academy de Londres en 2001)

    Sohm, Philip. "Caravaggio's deaths", The Art Bulletin, septembre 2002

     

    Documents sonores

    Académie de France à Rome : Réflexions sur l’héritage du Caravage. L’exemple des peintres caravagesques français et nordiques à Rome (1610–1630). Conférence d'Annick Lemoine, donnée le 10 juin 2011, au Musée des beaux-arts du Canada

     

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-03-09
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    29 septembre 1571, P.-ê. à Milan, Italie
    Déces
    18 juin 1610
    Documents Associés
    Stendhal
    La vie mouvementée du Caravage, son apport et son influence néfaste sur la peinture italienne au XVIe siècle
    P. Mantz, ,
    Raccourcis
    Caravaggio: The Final Years (exposition à la National Gallery de Londres, 23 février - 22 mai 2005). Voir aussi : Philippe Dagen, "L'Évangile révolutionnaire de Caravage, soleil noir de la peinture", Le Monde, 25 février 2005
    Caravage, le Prince de la Nuit (un magnifique dossier de la Fondation Jacques-Édouard Berger)
    Notice de l'Encyclopédie Hachette (Yahoo ! France)
    Entrées de Wikipedia : versions française, anglaise
    Brève biographie sur le site de la National Gallery
    Dossier Caravage (émission "L'humeur vagabonde", Radio Suisse-Romande)
    Caravage sur Artonline (en italien)
    Notice de la Catholic Encyclopedia

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.