• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Canot


    Groupe d'Inuits fabriquant des canots
    (rivière North West, Labrador, auj. au Canada, ca 1920)
    Source: Archives nationales du Canada, PA-148593
    Pour agrandissement, cliquez sur la photo

    Définition

    Le célèbre canot d'écorce amérindien

    "Mot d’origine amérindienne, passé en français par l’intermédiaire de l’espagnol canoa, à la fin du XVIe et au XVIIe siècle.

    Ce véhicule est fait d’écorces de bouleaux, cousues ensemble avec la racine d’épinette. L’écorce est garnie à l’intérieur de très minces planchettes de cèdre ou de quelque autre bois léger; ce sont les lisses. Sur le travers de ces lisses, à cinq pouces à peu près de distance, sont les courbes ou varangues qui tiennent tout le canot. Leurs extrémités sont fixées dans une pièce de bois qui entoure le canot et dont les bouts sont repliés pour former les pinces; cette pièce prend le nom de maître. Le canot peut mesurer de 30 à 33 pieds de longueur sur 5 de largeur et 2 de profondeur. Il joint à beaucoup de solidité et de capacité une légèreté telle que deux hommes le peuvent porter sur leurs épaules. Il est mis en mouvement au moyen d’avirons que les voyageurs font battre en cadence avec une vitesse et une adresse surprenantes. Le gouvernail, ou plutôt celui qui le tient, est seul debout à l’arrière; le guide, seul à l’avant. Les autres hommes, qu’on nomme les milieux, sont placés deux à deux sur des bancs disposés à cet effet. Quand la frêle embarcation reçoit quelques brêches, il faut sans retard décharger sur le rivage et procéder à son radoub. L’opération se fait de deux manières. Si le dommage est considérable, il faut poser une pièce que l’on coud avec du watap ou racine d’épinette; si l’accident est moindre, il suffit de gommer avec la racine de sapin. Comme toutes les coutures des pièces sont recouvertes de gomme pour fermer tout passage de l’eau, il arrive souvent que cette résine fonde à la chaleur ou s’enlève au choc des roches dans les rivières et leurs rapides; il faut alors de toute nécessité regommer les coutures plusieurs fois le jour."

    source: Louis Le Jeune, Dictionnaire général de biographie, histoire, littérature, agriculture, commerce, industrie et des arts, sciences, moeurs, coutumes, institutions politiques et religieuses du Canada, Ottawa, Université d'Ottawa, 1931, vol. 1, p. 297

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.