• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Achillée millefeuille

     


    <br/

    <br/

    <br/

    <br/

    </div

    Définition

    Plante herbacée vivace; TIGE velue, rigide (long. 30 à 60 cm); FEUILLES longues, très divisées en segments étroits, nombreuses petites FLEURS (qui sont en fait des capitules) disposées en corymbe* à l'extrémité de la tige, couleur blanche ou parfois rose, (diam: 4 à 6 mm).
    L'herbe à dinde fleurit tout l'été et se répand dans les lieux secs et ensoleillés.
    «L'une de nos plantes les plus communes et les plus connues de tout le monde. Les fleurs sont généralement blanches mais les colonies à fleurs roses ou presque violettes ne sont pas rares. Dans notre pays, l'achillée est à la fois indigène et introduite. Elle va très loin au nord et est l'une des plantes ordinaires des rochers maritimes autour du golfe du Saint-Laurent. - On a observé en Europe et en Islande que les plantes qui croissent au voisinage des eaux minérales ou thermales ont une tendance à porter des fleurs roses ou rouges. - Les capitules* simulent des fleurs simples et ne sont rendus voyants que par leur aggrégation et par la différenciation des ligules en courtes et en longues. Il en résulte une ressemblance superficielle avec certaines ombellifères, et une convergence remarquable dans le type biologique.
    (...)
    Les noms vulgaires appliqués en France à cette plante sont innombrables mais "herbe à dinde" paraît être un pur canadianisme, fondé d'ailleurs sur l'emploi de la plante dans l'alimentation de cette volaille. »1

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
    Inflorescence de l'achillée millefeuille.


    Usage médical de l'herbe à dinde

    L'achillée millefeuille a des propriétés cicatrisantes et toniques.
    « Aussi bien en France qu'au Canada, cette plante est un élément important de la médecine populaire. Les sommitées fleuries sont employées comme fébrifuge en décoction concentrée. En réalité, c'est un astringeant faible qui peut servir dans les cas où cette qualité est requise. - L'achillée a un folklore européen très chargé: on s'en sert pour provoquer les saignements de nez, pour avoir de beaux rêves, pour éviter les mauvais sorts, pour déclarer son amour, etc. »2

                                                          ''TISANE CONTRE LE RHUME ET LA GRIPPE

    Moitié achillée mille-feuille

    Moitié sureau

    Pincée de menthe poivrée

    Ce remède contre le rhume et la grippe, bon pour les adultes, fera baisser la fièvre, réduira le catarrhe nasal et provoquera la transpiration pour aider à purifier le système tout en le rétablissant.''3


    Crédit: Gisèle Lamoureux pour les appellations et l'étymologie. Voir son livre: Plantes sauvages des villes et des champs, groupe Fleurbec, Montréal, Québec, 1977, p.68.
    La plupart des fleurs décrites dans l'Encycloédie de l'Agora ont été identifiées grâce aux publications du groupe Fleurbec.
    1. Frère Marie-Victorin, Flore Laurentienne, Presses de l'Université de Montréal, Montréal, 1964, p.592.
    2. Ibid., p.592.

    3. Tamara Kircher et Jade Britton, traduit de l'anglais par Laurette Therrien: Guide des plantes médicinales. Modus SANTÉ, Modus Vivendi.

    Essentiel

    Dans le langage des fleurs, un brin d'achillée mille-feuille est un voeu de guérison et de soulagement.

    Pourquoi cette fleur porte-t-elle le nom d'Achille, héros de l'Illiade d'Homère? Sans doute parce qu'on aura présumé qu'elle est identique à la plante médicinale dont il est question au livre XI du célèbre poème.
    L'Olympe a abandonnés les Grecs dans leur guerre contre Troie. Les meilleurs guerriers gisent loin des combats. Les médecins eux-même sont blessés et les malades laissés à l'abandon. Eurypyle, la cuisse perçée d'une flèche, réclame l'aide de Patrocle:

    « Désormais, Patrocle issu de Zeus, plus de soutien pour les Achéens; sur leurs vaisseaux noirs, ils tomberont. (...) Pour moi, sauve-moi en me conduisant à mon vaisseau noir; de ma cuisse extrais, en la coupant, la flèche; lave le sang noir avec de l'eau tiède, et, sur la plaie, répands ces remèdes doux, salutaires, que tu as, dit-on, appris d'Achille, qui les apprit de Chiron, juste entre tous les Centaures.
    (...) Un serviteur, qui les vit, étendit des peaux de boeufs. Patrocle y coucha Eurypyle. De sa cuisse, il enleva, en le coupant avec son coutelas, le trait aigu, acéré. Il lava le sang noir avec de l'eau tiède, et sur la plaie mit une racine amère, broyée de ses mains, calmant qui calma toutes les douleurs. Alors la plaie sécha, et s'arrêta le sang.»

    Homère, Illiade, Classiques Garnier, Trad. Eugène :Lasserre, Paris 1958, p.206-207.

    Documentation


    Usage médicinal:
    Usage médicinal sur PasseportSanté

    Planches de botanique:
    1. Planche du Prof. Dr. Otto Wilhelm Thomé, 1885, Kurt Stübers library (All.)
    2. Dessin de Carl Axel Magnus Lindman, Projet Runeberg (Suède)

    Autres liens:
    1. Millefollium: catalogue de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-07-24
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.