• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Trieste

    Trieste est le Marseille de l'Autriche

    Cyprien Polydore
    On arrive à Trieste par le magnifique viaduc de Franzensdorf. Trieste est le Marseille de l'Autriche. C'est une ville de deux cent mille habitants, vaste port de commerce, et centre du Lloyd autrichien, l'une des plus puissantes compagnies maritimes du monde. La marine de l'Etat y possède aussi de grands chantiers de construction. La ville de Trieste est étagée, comme Marseille, sur le versant de hautes collines rocheuses. La basse ville s'étend sur le bord de la mer, avec ses quais immenses; elle est bien percée, et renferme de beaux édifices, tels que l'Académie royale nautique, le musée Ferdinand, le môle Sainte-Thérèse, dont le phare gigantesque a plus de cent pieds d'élévation, le monument de l'empereur Maximilien, etc., etc. La ville haute, à laquelle on monte par des rues tortueuses, pavées en bois, possède la cathédrale, vaste église romano-bysantine (sic), mais basse, écrasée et pauvre. En entrant dans cette église, un Français est étonné de fouler une dalle sur laquelle est écrit le nom de Fouché. Conventionnel, ami de Robespierre, régicide, duc d'Otrante et ministre de la police sous le premier empire, royaliste avec Louis XVIII qui lui confia aussi le portefeuille de la police, mis de côté enfin comme le méritait un homme sans principe et sans conviction qui, toute sa vie, avait regardé le soleil levant, capable de toutes les bassesses et de toutes les trahisons, mais habile à connaître les hommes de sa trempe, instrument utile du pouvoir qui ne craignait pas de se l'attacher, tel fut Fouché. Il mourut à Trieste, en 1820, riche à millions. Je ne sais trop pourquoi cet homme a mérité l'honneur de reposer sous les voûtes d'une cathédrale.


    Le diocèse de Trieste fait partie de l'archidiocèse de Goritz, il n'a pas de séminaire. Pauvre diocèse, évêque pauvre, qui donnent peu et qui à leur tour ont besoin d'être assistés. Je recueillis à peine quelques florins pour mon église. Il me tardait de quitter une ville dans laquelle je ne pouvais qu’être à charge, et avec d'autant plus d'empressement, qu'en ce moment-là, il soufflait un vent violent, chaud comme le vent du désert, qui soulevait des nuages de poussière et qui faillit me jeter à la mer. Il me tardait de fouler la terre d'Italie dont la langue, plus intelligible pour moi et sœur de la mienne, devait me rappeler la patrie.

    J'étais logé derrière la cathédrale, au couvent des Capucins. Ces chers religieux, auxquels je dois beaucoup, on se le rappelle, il m'en coûtait de les quitter; dans leur pauvreté, ils trouvaient encore les moyens d'être généreux envers leurs hôtes étrangers. Chez eux, on parlait italien. À Trieste, la population est italienne en majeure partie. La plupart des noms des rues sont italiens. Toute cette côte de l'Adriatique, quoique appartenant à l'Autriche, parle italien. Le bon Padre Guardiano était heureux de me recevoir et de me garder tout le temps qui me serait nécessaire.

    Le Miramar. Photo prise vers 1900. Source : Library of Congress, Prints and Photographs Division, LC-USZ62-103402J'avais pris pour cicerone dans mes courses en ville et sur le port, un charmant enfant qui parlait l'italien à ravir. Nous nous promenions le soir sur les bords de la mer, tandis que le soleil se couchait à l'horizon, derrière les lagunes de la grande Venise. Des voiliers, des bateaux à vapeur passaient au large; la flottillle des pêcheurs, voile blanche déployée, partait pour la pêche de la nuit; la côte élevée du nord fermant le fond de l'Adriatique, brillait d'un reflet d'or sous les feux du soleil couchant. Nous étions au pied de la statue de l'empereur Maximilien, dont l'œil de bronze regardait au loin un point fixe qui s'élevait comme un promontoire dominant l'immensité des flots. Je demandai à mon jeune compagnon le nom du site que le regard et la main de la statue semblaient indiquer : – Il castello di Miramare, signore, c'est le château de Miramar, Monsieur ! – Miramar ! C'était toute une révélation. En langue italienne, Miramar veut dire qui regarde la mer. Le site est admirable. Le ciel bleu, les flots bleus, la vigne et l'olivier qui se mirent dans les ondes, la sombre végétation qui couronne ces rives escarpées, tout est saisissant. Le château près duquel passe le chemin de fer de Goritz serait plutôt une gracieuse villa, avec sa tourelle carrée et crénelée qui avance sur les flots. C'était une demeure enchantée qu'animait autrefois le bruit des fêtes, avant les gloires éphémères de la cour de Mexico, si prématurément effacées par le drame sanglant de Quaretaro. Le château était vide; qui eût osé l'habiter après une si grande infortune ? Ses bosquets et ses jardins étaient silencieux; la petite cour d'un brillant archiduc d'Autriche n'en réveillait plus les échos. La gracieuse archiduchesse, devenue impératrice, a laissé à travers l'océan les débris de sa raison qui ne s'est plus retrouvée, ni dans la royale demeure de Laeken près de son auguste frère le roi des Belges, ni sur les bords du bleu Danube, ni sur les rivages étincelants de l'Adriatique. L'Écriture dit que les rois sont souverainement malheureux ! D'autres ont dit : que de larmes n'y a-t-il pas sous la paupière des grands ! La raison ! elle est fragile, on la perdrait à moins. Les cours de l'Europe ont gémi des malheurs de Maximilien, et leurs échos retentissent encore des plaintes incohérentes de l'infortunée Charlotte devenue folle après tant de poignantes douleurs. Ce fut là une grande responsabilité à l'actif du second empire, elle n'a pas peu contribué peut-être à nos derniers désastres. – Quand le lendemain, je passai devant Miramar, je m'inclinai devant cette gracieuse et silencieuse villa, et je saluai avec un saint respect le souvenir de malheurs immérités, imputables, peut-être, à ma patrie. Une heure après j'étais à Goritz.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Cyprien Polydore
    Mots-clés
    empire austro-hongrois, Autriche, Miramar, Adriatique, Méditerranée, Maximilien, Fouché
    Extrait
    Trieste est le Marseille de l'Autriche. C'est une ville de deux cent mille habitants, vaste port de commerce, et centre du Lloyd autrichien, l'une des plus puissantes compagnies maritimes du monde. La marine de l'Etat y possède aussi de grands chantiers de construction. La ville de Trieste est étagée, comme Marseille, sur le versant de hautes collines rocheuses. La basse ville s'étend sur le bord de la mer, avec ses quais immenses; elle est bien percée, et renferme de beaux édifices (...).
    Documents associés
    Charles Nodier
    brigand, crime, Istrie, Adriatique
    Lucien Vigneron
    Autriche-Hongrie, empire austro-hongrois, port, transport maritime, Lloyd, Maximilien, irrédentisme, bora, Miramar
    Commission européenne (Union européenne)
    Assurance, Union européenne, services financiers, Europe centrale, Europe de l'Est
    René Dollot
    Adriatique, Autriche-Hongrie
    Marie Dominique de Binos
    Empire austro-hongrois, port, Adriatique
    François-René de Chateaubriand
    Victor Hugo
    Droit d'asile, réfugié, exil, liberté politique
    Charles Yriarte
    Empire austro-hongrois, port, Adriatique, cosmopolitisme

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.