• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Francis Fukuyama

    Démocratie libérale et société civile

    Francis Fukuyama
    Extraits d'une entrevue réalisée par Bernard Bourgeois et publiée intialement dans Le Monde du 25 février 1992.
    Si la démocratie libérale triomphe, ce n'est pas parce qu'elle serait totalement satisfaisante pour les citoyens. C'est, au contraire, parce qu'elle ménage, principalement dans le domaine des affaires ou dans celui de la politique, des possibilités de satisfaction relativement sûres au désir d'être reconnu comme le meilleur. Ces formes de satisfaction sont opposées à l'égalité démocratique, elles entrent radicalement en contradiction avec le fondement de cette société, mais c'est seulement en tolérant cette contradiction interne que la société continue à fonctionner correctement.
    C'est pourquoi la question de la fin de l'Histoire demeure, à mes yeux, largement ouverte. Il y avait d'ailleurs un point d'interrogation à la fin du titre de mon article de 1989. J'insiste à la fin du livre sur les raisons pour lesquelles le règne de la reconnaissance universelle qui s'instaure dans la démocratie libérale n'est pas réellement satisfaisant.
    L'ambition fondamentale de dominer n'a pas disparu. Dans la société contemporaine, ce désir se trouve seulement domestiqué. Mais on peut imaginer aisément que cette domestication cesse de réussir, que les combats recommencent et que l'Histoire trouve ainsi la possibilité de reprendre.
    L'économie n'est pas la seule force universalisante dans le monde d'aujourd'hui. Il y a aussi une universalisation présente au niveau proprement politique. Par exemple, si l'on considère la Communauté européenne, de puissantes raisons économiques poussent à sa constitution, mais son point de départ, chez des hommes comme Jean Monnet, était un modèle essentiellement politique né du constat que les nationalismes et les particularismes avaient conduit, à travers deux guerres mondiales, à la destruction de l'Europe. Cette forme d'universalisation montre que l'économie n'est pas la seule.
    Je reconnais qu'à cet égard, Hegel fut bien plus avisé que son interprète Kojève. «L'État universel et homogène» de Kojève ne satisfait le désir de reconnaissance que d'une manière formelle et impersonnelle. Hegel a compris l'importance d'«institutions médiatrices» dans la société civile. Se situant entre l'État et l'individu, elles peuvent procurer à l'individu une forme de reconnaissance finalement bien plus satisfaisante que ne peut le faire l'État lui-même. De ce point de vue, Hegel était tout à fait « tocquevillien », et je crois qu'il est tout à fait exact que la santé durable et la stabilité de la démocratie libérale dépendent de l'organisation de sa société civile.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Francis Fukuyama
    Né en 1952, Francis Fukuyama est un des experts américains les plus célèbres dans le domaine de la politique internationale et de l'analyse de l'évolution mondiale. Professeur d'économie politique internationale à l'université Johns Hopkins, il a rencontré un succès exceptionnel avec son ouvrage La Fin de l'Histoire et le dernier homme paru en anglais en 1992 et traduit en vingt langues. Il a notamment publié depuis La Grande Rupture: la nature humaine et la reconstitution de l'ordre social (1999) et Notre avenir posthumain. Conséquences de la révolution biotechnologique (2002).
    Mots-clés
    Désir de reconnaissance, fin de l'Histoire, Hegel, Alexandre Kojève
    Extrait
    Hegel a compris l'importance d'«institutions médiatrices» dans la société civile. Se situant entre l'État et l'individu, elles peuvent procurer à l'individu une forme de reconnaissance finalement bien plus satisfaisante que ne peut le faire l'État lui-même.
    Documents associés
    Maurice Lagueux
    Philosophie de l'histoire, libéralisme

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.