• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Romantisme: mort du poète

    Bruno Viard

    Dans Les 100 mots du Romantisme (PUF, «Que sais-je?», 2010, p. 101-102), Bruno Viard affirme que dans la littérature romantique, «les poètes sont mortels comme les autres humains, mais il existe une mort spécifique du Poète». Mais il estime que ce raisonnement est un sophisme. La généralisation («tous») crée un absolu qui s'avère faux à la lumière de l'histoire. Comme échantillon de cet universalisation injustifié du sacrifice* du poète, Viard cite de Vigny*.
    Byron est mort au siège de Missolonghi en 1824, s'étant mis au service de la lutte d'indépendance des Grecs contre les Turcs, exemple très admiré. Peu de poètes sont morts les armes à la main, mais tous ont été persécutés. C'est, du moins, ce qu'affirme Vigny* dans Stello où le Docteur Noir fait le récit de la mort de Gilbert sous Louis XV, de Chatterton* sous la bourgeoisie anglaise et d'André Chénier* sous Robespierre dans le but de démontrer que le poète n'a aucune échappatoire ici-bas puisque ni la monarchie absolue, ni la monarchie constitutionnelle, ni la République ne lui font quartier. Il n'a le choix qu'entre la famine, le poison et la guillotine. Le raisonnement est, bien sûr, forcé: ce n'est pas parce qu'un poète ou même plusieurs sont morts sous chacun de ces régimes que tous les poètes ont connu et connaîtront le même sort! [...] Stello est un beau sophisme!

    Aux poètes morts s'ajoutent les poètes mourants, thème typique. [L'auteur cite René de Chateaubriand* et L'isolement de Lamartine* où le «mal de vivre» habite les personnages et les auteurs]
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés