• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Nos cimetières Ces grands oubliés!

    Maryse Dubé

    Maryse Dubé est cofondatrice de La Gentiane, un site d’entraide pour les personnes endeuillées offert par les coopératives funéraires du Québec. Elle est une collaboratrice régulière de la Fédération des coopératives funéraires du Québec. Elle est maintenant aussi collaboratrice régulière à L'Encyclopédie sur la mort.
    marysedube@gmail.com

    Nous remercions la Direction de la revue Profil, le magazine des coopératives funéraires du Québec, de nous autoriser à publier cet article paru dans le volume 23 ( 2010), ° 1, p. 8-9.
    Avec l'évolution des pratiques funéraires, plus de gens optent pour l'incinération et choisissent de moins en moins le cimetière comme lieu de dernier repos. De là, il n'y a qu'un pas pour que les cimetières, et ceux qu'ils abritent, tombent dans l'oubli. Témoins d'épitaphes qui racontent en partie l'histoire d'une communauté, que peut-on faire aujourd'hui pour se réapproprier ce patrimoine collectif, avant que la mort ne s'y installe à tout jamais?

    Nous avons posé la question aux internautes endeuillés qui viennent chercher du soutien sur le site d’entraide La Gentiane. De prime abord, ceux qui fréquentent les cimetières confirment un délaissement général des lieux. Comme le dira Nostalgie, «chacun perçoit à des degrés divers la nécessité de s’y rendre régulièrement ou pas». Mais 9 fois sur 10, elle s’y retrouve seule… bien qu’elle considère nécessaire de convenir d’un lieu pour les défunts.

    Pourquoi devrait-on choisir d’aller au cimetière? Les réponses se ressemblent et la majorité parle de la nécessité de se recueillir dans un lieu précis. Kathycat91 nous dit que sa mère y va tous les jours, et que le fait de s’occuper de son Bibi par l’entretien de sa tombe l’aide à ne pas tomber en dépression. Marroy raconte que lorsqu’elle se recueille sur une stèle, elle sent un lien tangible qu’elle ne peut expliquer. Mecalacool, lui, avouera que malgré le fait qu’il ait dispersé les cendres de son fils, les cimetières restent le lieu suprême de recueillement. Il a bien tenté de répondre aux besoins de son entourage désorienté de ne pouvoir aller au cimetière en leur créant un blogue, mais il constate que ce n’est pas pareil : « Certaines personnes ont besoin d’avoir un lieu particulier pour se recueillir et rendre hommage à la personne disparue, un lieu que l’on peut fleurir, pour matérialiser l’hommage. » D’ailleurs, à ce propos, les fleurs fraîches reviendront souvent comme un rituel permettant de faire vivre l’endroit.

    Ainsi, pour plusieurs, aller au cimetière aide au deuil. Alors pourquoi ces lieux sont-ils délaissés? Nancy L précise que c’est trop loin de chez elle et qu’elle ne peut se recueillir comme elle le voudrait. Mirka confie qu’il y a presque deux ans qu’elle n’y a mis les pieds parce que c’est une épreuve chaque fois et qu’elle prend des semaines à s’en remettre. Christi, pour sa part, trouve qu’il règne beaucoup de tristesse dans les cimetières et qu’elle aimerait que ce soit un lieu plus naturel avec plus d’arbres et de végétaux. Elle sera contente d’entendre Pounet raconter que dans son coin de pays, les communes créent de jolis jardins paysagers dans les cimetières et que, ces derniers mois, le sien est devenu plus accueillant, avec des bancs pour la pause réflexion et une fontaine qui s’ajoutera prochainement.

    Un patrimoine à se redécouvrir


    Le profil des cimetières et l’usage que nous en ferons risquent fort probablement de changer au fil du temps. D’ailleurs, à la question « que peut-on faire pour se réapproprier ce patrimoine collectif », Marilou propose d’intégrer la visite des cimetières dans les circuits touristiques au même titre que les églises ou tout autre vestige historique. D’autant plus que certains sont situés dans des endroits absolument magnifiques, pourquoi ne pas en profiter! C’est ce que fait Melucale : lorsqu’elle va en vacances, elle se promène dans les cimetières, repère les noms de famille les plus courants, les années des plus vieilles tombes et déjà, ça lui donne une image du village qui l’accueille. Mais la plus surprenante proposition vient de Lac-Mégantic où une troupe de théâtre offre un spectacle historique qui se déroule de nuit dans leur cimetière. On fait revivre les gens qui ont marqué l’histoire de cette région à travers de véritables anecdotes, de manière à leur rendre hommage.

    Pour certains, les cimetières sont morbides et sources de chagrin; pour d’autres, ils sont un lieu de méditation qui permet de prendre la pleine mesure de la vie. Vous souhaiteriez émettre un commentaire à ce sujet ou encore lire l'intégralité des témoignages laissés sur le site La Gentiane? Sous l’onglet forums, allez aux sujets de partage et cliquez sur Nos cimetières. Plusieurs personnes y ont exprimé leur point de vue; toutefois c’est à Nostalgie revient le mot de la fin par la très belle description de l’usage qu’elle en fait.

    « Je me recueille devant les tombes de mes anges, gratouille la terre, nettoie ça et là une fleur fanée, des feuilles séchées, mais c’est toujours avec amour... Après, je fais un petit tour auprès des tombes voisines… je relis des épitaphes, j’arrose des fleurs en souffrance. Bref, cela devient un lieu de promenade plutôt qu’une visite imposée… Cela peut paraître paradoxal, mais le cimetière sous son apparence figé, voire lugubre, demeure un lieu avec un rôle social, un rôle de mémoire, un point de recueillement… un lieu de ralliement. Tout compte fait, il s’en passe des choses : on y prie, on y pleure, on y médite, on y fleurit, on y entend des oiseaux chanter, des abeilles butiner, on y discute parfois de tout et de rien, seul avec nos morts ou bien avec des connaissances… Alors, j’ose écrire : longue vie aux cimetières! »
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés