• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Manuel de guerre allemand

    Bertolt Brecht

    « Le manuel de guerre* est écrit dans un style «lapidaire». Ce mot vient du latin Lapis la pierre, et désigne le style qui avait fini par s'imposer pour les inscriptions. Celui-ci était d'abord conditionné par la peine que demandait la gravure du mot dans la pierre, ensuite par la conscience que celui qui s'adressait à une série de générations avait intérêt à s'exprimer brièvement [...] Le poète confère l'aere perennius d'Horace à ce qu'un prolétaire, exposé à la pluie et aux agents de la Gestapo, a tracé sur un mur d'un rapide coup de craie.» (Walter Benjamin, Essais sur Brecht, Paris, Maspero, 1969, p. 84-85)
    Sur le mur, ces mots à la craie:
    Ils veulent la guerre.
    Celui qui a écrit ces mots
    Est déjà tombé.

    5
    Les travailleurs réclament à grands cris du pain.
    Les marchands réclament à grands cris des marchés.
    Le sans-travail a souffert la faim. Souffre
    À présent la faim le travailleur
    Les mains qui demeuraient croisées,
    De nouveau bougent:
    Elles tournent des obus.

    15
    Ceux d'en haut disent:
    Au bout du chemin, la gloire.
    Ceux d'en bas disent:
    Au bout du chemin, la tombe.

    18
    Quand viendra l'heure de marcher,
    Beaucoup ne sauront pas
    Que leur ennemi marche à leur tête.
    Cette voix qui les commande
    Est la voix de leur ennemi
    Celui qui parle, là, d'ennemi
    Est lui-même l'ennemi.

    Traduction de Maurice Regnaut, B. Brecht, Poèmes, L'Arche, tome IV, p, 12, 15, 16
    citée dans Walter Benjamin, o.c., p. 83-83.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Contre la séduction
    • Ne vous laissez pas séduire Car il n'est pas de retour. Déjà le jour approche Le vent de la nuit...