• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Découvertes archéologiques au Sahara

    Des archéologues américains ont découvert, par hasard, le plus grand cimetière connu de l'âge de pierre au Sahara qui apporte un éclairage sans précédent sur la vie de ce désert durant sa période humide.


    [résumé] Baptisé Gobero, ce site archéologique qui remonte à 10.000 ans, se situe dans le désert de Ténéré, dans la partie centrale du Sahara, au Niger. Il contient des squelettes humains et d'animaux dont de très gros poissons de lac et des crocodiles de grande taille.

    Situé près des rives d'un ancien lac, le site était immaculé et n'avait jamais sans doute été visité, a expliqué Paul Sereno, paléontologue de l'Université de Chicago (Illinois, nord), qui a fait la découverte avec une équipe de chercheurs, en quête de fossiles de dinosaures dont la région est riche.

    «Partout où l'on regardait, il y avait des ossements appartenant à des animaux qui ne vivent pas dans le désert et j'ai alors réalisé que nous étions remontés dans le temps à l'époque du Sahara vert et humide», a-t-il commenté dans un communiqué.

    Les chercheurs ont aussi pu voir des dizaines d'ossements humains fossilisés à la surface du désert mis au jour par le vent chaud du Sahara, comme une mâchoire dotée de quasiment toutes ses dents et le squelette d'une petite main sortant du sable avec les os des doigts intacts.

    Outre des ossements humains et d'animaux, les scientifiques ont trouvé des pointes de harpon, des outils de pierre, des fragments de poterie et de petits objets décoratifs.

    Au total, quelque 200 sépultures ont été mises au jour au cours de deux saisons de fouilles financées en partie par la Fondation américaine du National Geographic qui publie le célèbre mensuel du même nom.

    Les analyses effectuées sur des dents et ossements au radio-carbone, par le bio-archéologue Chris Stojanowski, de l'Université d'Arizona (sud-ouest), ont permis d'obtenir près de 80 datations, révélant que ces tombes contiennent des membres de deux populations biologiquement distinctes ayant vécu à plus d'un millénaire d'écart.

    La plus ancienne, les Kiffians, qui pouvaient mesurer jusqu'à 1,80 m, étaient des chasseurs qui ont colonisé cette région du Sahara durant sa période la plus humide il y a de 10 000 à 8 000 ans. Des indices de leur activité comme de longues perches munies de harpon ont été retrouvés. L'autre population, les Ténéréens, a occupé le site entre 7 000 et 4 500 ans, dernière partie de la période humide du Sahara. De plus petite taille, ils semblaient avoir des activités plus diverses comme la pêche, la chasse et l'élevage.

    Dans leurs tombes ont souvent été découvert des bijoux. Les corps retrouvés étaient disposés selon des rites particuliers comme le squelette d'une petite femme reposant sur le côté et faisant face à deux squelettes de deux très jeunes enfants qu'elle tenait enlacés.

    («Découverte du plus grand site archéologique de l'âge de pierre», <Jeuneafrique.com>, le 14 août 2008 et «Découverte archéologique au Sahara», L'Humanité, le15 août 2008).
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Copán (Honduras)
    • Jusqu’à une date récente, l’effondrement de la civilisation de Copán demeurait un...
    • Ras Shamra en Syrie
    • «Très vite, il apparut aux fouilleurs que ce site portuaire devait dépendre d’un site plus...