• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Artémis et Hippolyte

    Jean-Pierre Vernant

    Dans Hippolyte (Tragédies grecques I, Paris, Charpentier, 1842 ) Euripide a mis en scène «le lien direct de l'intimité affectueuse qui peuvent unir une divinité grecque et son fidèle. Cependant, même dans ce cas, les rapports de l'homme et de la déesse nous ont paru s'inscrire dans un cadre qui excluait par avance certaines dimensions essentielles de la personne. [...] Un des aspects du tragique grec est cette solitude où l'homme se trouve face à la mort et, plus généralement, devant tout ce qui marque l'existence humaine du sceau de la privation, du non-être. Au coeur de ses échecs, de ses épreuves, au seuil de la mort, l'homme se sent sous le regard d'un divin [ici en l'occurrence Artémis (Diane)] qui se définit par sa parfaite plénitude d'être, sans relation, sans participation possible avec le monde de la «passion». De sorte que toute destinée humaine peut être envisagée en même temps suivant deux perspectives opposées: du point de vue de l'homme, comme drame, et, du point de vue des dieux, comme spectacle lointain, futilité.» (J.-P. Vernant, op. cit., p. 85 et n. 17)

    Pour le texte français de Hippolyte, la tragédie d'Euripide:
    remacle.org/bloodwolf/tragediens/euripide/hippolyte.htm - 255k
    mgr2.free.frDans la dévotion exclusive que le jeune homme voue à Artémis*, il y a un élément personnel d'affection auquel la déesse, de son côté, ne manque pas de répondre. Entre la divinité et son adorateur se sont noués des liens d'amitié, philia, une intimité passionnée, ômilia, un constant commerce, exprimé par le verbe suneînai. Invisible comme le sont les dieux, Artémis n'en est pas moins présente aux côtés d'Hippolyte, il entend sa voix, il lui parle, elle lui répond. Mais le poète prend soin de souligner ce que comporte d'étrange et d'insolite ce type de rapports avec le divin. Sa familiarité même à l'égard d'une déesse fait d'Hippolyte un cas: «Seul entre les mortels, déclare-t-il à Artémis, j'ai le privilège de vivre à tes côtés et de converser avec toi» (11). Ce privilège ne va pas sans dangers. II implique dans la conduite et le mode de vie une singularité orgueilleuse qu'un Grec ne saurait voir d'un bon œil et que Thésée assimilera sans peine aux excentricités des sectateurs d'Orphée (12). Hippolyte se veut pur, mais d'une pureté à la mesure d'un dieu plus qu'à celle d'un homme. Vertu trop haute et trop tendue qui croit pouvoir refuser et mépriser toute une part de ce qui constitue la nature humaine (13). Une remarque de Thésée souligne la portée du conflit qui oppose la piété grecque ordinaire à l'inspiration religieuse d'Hippolyte, - non que la première ait ignoré la seconde; elle l'a connue, mais comme une tentation à laquelle elle se refusait et qui n'a pu se satisfaire que dans les sectes, ou se transposer dans la philosophie. Au vers 1080, Thésée fait reproche à son fils de pratiquer une askysis qui tourne le dos à la piété véritable, laquelle est soumission à l'ordre traditionnel des valeurs, spécialement pour un fils le respect des parents. Il note à cette occasion que cette ascèse* excessive et forcée, instrument selon Hippolyte de son intimité avec le divin, n'a pas en réalité d'autre objet que de se rendre un culte à soi-même: sauton sébein. Dans l'attitude religieuse de son fils, l'aspect personnel comporte nécessairement pour Thésée un élément d'hubris. De fait c'est bien cette démesure qu'à travers le ressentiment d'Aphrodite offensée le courroux divin châtiera (14). Quelque familier qu'Hippolyte ait pu se prétendre avec la déesse, le dernier mot du drame est pour maintenir et proclamer la distance entre les dieux et les hommes. On vient de ramener Hippolyte meurtri et sanglant; il voit s'ouvrir devant lui les portes de l'Hadès*. Tout à coup Artémis apparaît à ses côtés. Le jeune homme la reconnaît, il engage avec elle un dernier dialogue, affectueux, passionné: «0 maîtresse, vois-tu mon état misérable?». Que répond la déesse? «Je vois; mais à mes yeux sont interdits les pleurs (15).» Où Thémis: il serait contraire à l'ordre que des yeux divins pleurent pour les misères des mortels. Bientôt la déesse quitte Hippolyte; elle l'abandonne face à la mort: elle n'a pas le droit de souiller son regard au spectacle d'un moribond ou d'un cadavre (16). Ainsi, au moment où Hippolyte aurait plus que jamais besoin à ses côtés d'une présence divine, Artémis s'éloigne, elle se retire dans cet univers divin qui ignore tout des réalités trop humaines de la souffrance, de la maladie et de la mort. S'il existe une intimité, une communion avec le dieu, elles ne sauraient se situer sur le plan de ce qui constitue pour l'individu son destin personnel, son statut d'homme. A l'heure décisive, ce n'est pas Artémis, c'est Thésée, - un Thésée repentant, pardonné -, qui soutiendra la tête d'Hippolyte et qui recueillera son dernier soupir.

    Notes
    10. On se se référera à l'analyse de A. J. Festugière, Personal religious among the Greeks. Sather classical, Lectures 26, Berkeley and Los Angeles, 1954; cf aussi André Bonnard, La tragédie et l'homme, 1951, p. 153-187.
    11. Euripide, Hippolyle, vers 84.
    12. Ib .vers 952-4.
    13. Sur l'assurance d'Hippolyte, l'affirmation tranchante de sa supériorité ou même de sa perfection, cf. v. 654 sq., 995, 1007, 1365 ... La vertu juvénile par excellence, l'Aidôs qu'incarne Hippolyte, se transforme en lui, par excès, en son contraire, la morgue: to semnon; cf vers 93 et 1064.
    14. Cf. dès le début de la tragédie, les vers 10-21, prononcés par Aphrodite, et au point culminant du drame, quand Phèdre prend la résolution de se tuer et de perdre Hippolyte, les vers 730-731.
    15. Ib., vers 1390.
    16. Ib., vers 1437 et suivantes.

    IMAGE
    Mythologie gréco-romaine «Artémis ou Diane»
    mgr2.free.fr/pages/ dieu/arthemis.php.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • «Artémis»
    • La Treizième revient... C'est encor la première ; Et c'est toujours la Seule, - ou c'est le seul...
    • Artémis et Hippolyte
    • Dans la dévotion exclusive que le jeune homme voue à Artémis*, il y a un élément personnel...