• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Intimidation


    Appelé en anglais bullying, ce nouveau phénomène de groupe a gagné les cours de récréation des écoles primaires et secondaires. En France, la plupart des auteurs français traduisent bullying par «harcèlement»: «soumettre sans répit à de petites attaques réitérées, à de rapides assauts incessants» (Le Robert).Au Québec, le Conseil supérieur de l’éducation définit l'intimidation ou la brimade comme «un type de comportement agressif par lequel un individu qui occupe une position dominante dans un processus interactif de groupe cause, par des actes délibérés ou collectifs, des souffrances mentales ou physiques à d’autres membres du groupe». Dans son rapport sur les élèves en difficulté de comportement à l’école primaire, le Conseil observe «que le problème touche des enfants de plus en plus jeunes, qui sont de plus en plus durs les uns face aux autres». Les agresseurs s’attaquent à de plus faibles qu’eux par des railleries, de la violence verbale et physique. Chez les garçons, la brimade se manifeste surtout par la force brutale, tandis que, chez les filles, elle se révèle généralement sous des formes d’exclusion plus subtiles.

    L'intimidation est soumise à la loi du tabou*, car, par peur des représailles, les victimes et les témoins préfèrent garder le silence. Les effets négatifs sur les victimes sont de plusieurs ordres: insomnie, honte de soi, baisse des notes d’examen ou décrochage scolaire, dépression* et idées suicidaires. Certaines d’entre elles, par contre, se retournent contre leurs agresseurs par la violence. La violence engendrant la violence, on se trouve ainsi dans une spirale. Selon un récent sondage organisé par la Kayser Family Foundation aux États-Unis, les trois quarts des élèves de huit à onze ans ont été témoins du bullying à l’école. Ce pourcentage monte à 86% chez les jeunes de douze à quinze ans. Pour vaincre ce phénomène, il faut promouvoir la communication des élèves entre eux, avec les parents et les maîtres. La brimade se situe dans un contexte plus large du phénomène de la violence à l’école. Le programme «Vers le pacifique», conçu en 1995 par le Centre international de résolution des conflits et de médiation, est instauré dans plus de trois cents écoles du Québec. Des projets pilotes ont démarré en France, en Bolivie et au Pérou. De jeunes médiateurs sont formés pour aider leurs amis, dans la cour de récréation, à se parler et à résoudre leurs conflits, un adulte n’est pas loin pour intervenir, au besoin (P. Breton, «Le “Bullying”», La Presse, mercredi 11 avril 2001, p. B1, 2, 3).

    Dans l’univers des communications, utilisées par les jeunes* pour entretenir des relations avec leurs amis ou pour s’en faire d’autres, un nouveau phénomène est apparu, la «cyberintimidation» (cyberbullying), qui passe par les téléphones cellulaires, internet et les pages web. Ce phénomène prolonge l’intimidation dans la vie privée de la victime. Parfois, il s’agit d’insultes ou de menaces directement envoyées à la victime par messagerie électronique. L’affichage sur des sites internet ou la création de pages web permet de cibler certains élèves ou même des enseignants en diffusant des messages haineux ou des photos compromettantes. Les auteurs de la «cyberintimidation» agissent souvent sous une fausse identité en utilisant un mot de passe volé. Ils ne sont pas nécessairement connus par l’«intimidé». L’histoire de Ghyslain, jeune Québécois de quinze ans, est un exemple typique de «cyberintimidation». Inspiré par le film La guerre des étoiles, le jeune homme s’était filmé en train d’imiter un chevalier Jedi, armé d’un club de golf. Des camarades de classe se sont emparés de la vidéo, l’ont numérisée et mise en ligne. Téléchargé par des millions d’internautes, le film a fait le tour du monde et a donné lieu à des dizaines de parodies. Devenu la risée de tous, le «Star Wars Kid» a été contraint de changer d’école et de se faire suivre par un psychiatre. Rejetés par les copains, ces intimidés vivent une expérience amère d’exclusion* et de profonde solitude. De plus en plus de jeunes sont également victimes d’intimidation par le biais de textes envoyés sur leur cellulaire, terminal privé, toujours connecté et accessible. On consutera «Penser le monde de l'enfant», 2010, p. 86-87)

    Suicides

    «Peter K. Smith (2001) observe que "les victimes du harcèlement subissent souvent anxiété et dépression, perte de l'estime de soi, malaises physiologiques et psychosomatiques. Dans les cas extrêmes, ils peuvent être suicidaires, (cité par Éric Debarbieux dans Violence à l'école, un défi mondial, Paris, Armand Colin, 2006) L'enquête réalisée par l'association britannique Young Voice auprès de 2 772 élèves en 2000 montait que 61 % des jeunes victimes de school-bullying avait des idées suicidaires. Éric Debarbieux, de son côté, soutient que l'élève harcelé court "quatre fois plus qu'un autre le risque de faire une tentative de suicide" ( Eric Debarbieux, Catherine Blaya,dir., La violence en milieu scolaire, tome 3: Des approches en Europe, ESF, 2001)» (Bellon et Gardette, o. c., p. 87-88)

    À consulter

    Ministère de la santé et des services sociaux, Québec (Canada)
    videos, jeux, foire aux questions, ressources, info
    types de violence: violence dans la relation amoureuse, violence psychologique et verbale, violence sexuelle,viol, violence sociale, violence physique

    http://www.adoslaviolence.org/

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading

    Documents associés

    • Les mots qui font mal
    • Parmi les écrits de l’Antiquité, le début du prologue de l’évangile selon saint Jean...