• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Gorbatchev Mikhail Sergeyevich

    Homme politique russe, secrétaire-général du Parti communiste soviétique à la fin des années 1980. Instaurateur de la Glastnost ("dégel") et de la Perestroika, il fut le principal artisan de l'ouverture du Rideau de fer et de la désintégration du bloc communiste est-oriental

    Biographie

    Six ans qui ont changé le monde 

    "Après Andropov et Tchernenko, Gorbatchev est devenu, en 1985, Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique. Il est apparu au départ convaincu du retard de l’Empire et hanté par sa décadence. Il restera célèbre par deux grandes réformes: Perestroïka et Glasnost qui avaient pour but de sauver l’URSS et son socialisme. 

    Sans effusion de sang, il a souhaité: - éveiller l’activité créatrice des masses,
    - en finir avec la manipulation centrale de l’économie,
    - faire disparaître l’arbitraire et rendre sa liberté à la religion orthodoxe,

    Lénine avait voulu fusiller le plus grand nombre possible de prêtres : dès 1988, la religion n’était plus interdite.

    Ce programme n’a pas été suivi d’effet, les magasins sont restés vides, l’agriculture est demeurée collective tout comme les entreprises d’État. La citadelle du plan a gardé son autorité sur l’immensité russe. On s’est donc trouvé en présence d’un gouvernement sans prise sur les relais du pouvoir. Les réformes voulaient rompre avec l’égalité des citoyens mais, les Russes ont préféré «être pauvres tous ensemble».

    L’échec de Gorbatchev ne peut pas être attribué à sa seule méconnaissance de l’économie. L’environnement a été défavorable pour son projet : - l’arrivée du nouveau Pape a suscité un immense espoir en Pologne, entraînant la contestation du mouvement Solidarité dans les années 1980,
    - la guerre en Afghanistan à partir de 1979 a démoralisé l’armée, qui a dû se retirer dix ans plus tard,
    - le désastre de Tchernobyl a jeté le discrédit sur les technologies soviétiques,
    - « la guerre des Étoiles » lancée par le Président Reagan en 1983 a semé la consternation et est apparue impossible à suivre,
    - dans un climat permissif les nationalités se sont réveillées dans la «prison des peuples».

    Enfin, la rivalité politique avec Boris Eltsine a fait perdre espoir au camp de Gorbatchev.

    Le 25 décembre 1991, il démissionnait de la présidence de l’URSS. Le drapeau tricolore russe a alors remplacé sur le Kremlin l’étendard soviétique. En six ans, la Russie n’était plus une superpuissance globale, l’Allemagne s’est réunifiée en 1990 et l’Europe de l’Est s’est tournée vers l’occident.

    Tocqueville avait tout prévu: «le régime qu’une révolution détruit vaut presque toujours mieux que celui qui l’avait précédé. L’expérience apprend que le moment le plus dangereux pour un mauvais gouvernement est d’ordinaire celui où il commence à se réformer. Il n’y a qu’un grand génie qui puisse sauver un prince qui entreprend de soulager ses sujets après une oppression longue»."

    Source: Xavier de Villepin, "La Russie de Poutine", mars 2001 (Sénat de la République française)

    Documentation

    B. Harasymiw, Mikhail Gorbatchev: réformateur, révolutionnaire ou réactionnaire?, Service canadien du renseignement de sécurité, Commentaire, no 3, juin 1990
    B. Harasymiw, Manifeste de Gorbatchev, Service canadien du renseignement de sécurité, Commentaire, no 1, janvier 1990
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-23
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Russie
    Naissance
    1931, Privolnoï (Caucase du Nord)
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.