• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Pisanello Antonio

    Peintre et médailliste italien (c. 1395-1455) dont l'oeuvre se situe à la croisée du style gothique international et du style de la renaissance classique.

    Biographie

    Vérone était au XVe siècle un des hauts lieux de l'art dans l'Italie septentrionale. C'était en outre un lieu d'intersection au coeur de la vallé padouane entre les courants d'arts venus de Toscane et les tendances issues des pays au nord des Alpes. La cité padouane avait été sous la tutelle des Visconti qui controlaient également la Lombardie, région éminemment réceptive à l'art courtois des cours princières au-delà des Alpes.

    Né probablement à Vérone vers 1395, d'un père pisan et d'une mère véronaise, Pisanello reçut vraisemblablement sa première éducation artistique dans l'atelier du maître Stefano de Verone. Stefano da Verona fit lui-même son apprentissage dans les ateliers des maîtres lombards à l'époque ou Giovanni da Grassi et Michelino da Bezzozo étaient actifs. Les premières oeuvres de Pisanello témoigne d'influences «stéfanesques» et la similitude des styles rend extrêmement difficile l'attribution de certaines oeuvres dont la célèbre Madone à la caille, (Musée de Castelvecchio, Vérone).

    Vers 1415-1422, il est invité par Gentile da Fabriano à travailler sur les fresques de la salle au palais de Doges à Venise. Il se rend par la suite à Mantoue sur l'invitation des Gonzague pour lesquels il travaillera à différentes reprises de 1422 à 1426. C'est de cette époque que date la première oeuvre connue, l'Annonciation qui fait partie du décor du monument Brenzoni à Vérone conçu par un ancien collaborateur de Donatello, le Florentin Nanno di Bartolo, dit Il Rosso.

    Des liens étroits continuent de se développer entre Pisanello et da Fabriano qui travailleront de concert à plusieurs reprises jusqu'à la mort à Rome en 1427 du peintre aîné qui léguera à Pisanello les équipements de son atelier. L'histoire a occulté l'importance du travail de Gentile qui aura une influence aussi bien sur son élève que sur des artistes vénitiens tel Jacopo Bellini ou bien encore Fra Angelico qui fut son véritable héritier. Il semblerait que Pisanello eut l'occasion de travailler sur plusieurs chantiers dirigés par Gentile à Florence de même qu'à Rome. C'est à nouveau Pisanello qui complètera les fresques inachevées du maître dans la basilique Saint-Jean de Latran.

    Oeuvres

    Chronologie

    c. 1395
    Naissance à Vérone

    1415-1422
    Travaille avec Gentile da Fabriano à la réalisation de fresques relatant la vie du page Alexandre III au Palais des Doges (fresques disparues).

    1422
    Achète un terrain dans le quartier San Paolo de Vérone.

    1423
    Gentile da Fabriano peint l'Adoration des mages. Certains critiques (Degenhart, Coletti, Chiarelli) ont jugé favorablement l'hypothèse sur la base de rapports entre des dessins de Pisanello et certaines figures du tableau. Cette hypothèse permet d'envisager la présence du peintre à Florence au cours de cette période.

    1422-1426
    Actif à la cour des Gonzague à Mantoue

    1424-1426
    Peint à fresque une Annonciation qui décore la partie supérieure du monument Brenzoni sculpté par Il Rosso, collaborateur de Donatello. Église San Fermo Maggiore, Vérone.

    1431
    Il est à Rome pour compléter un cycle de fresques laissées inachevées suite à la mort de Gentile da Fabriano.

    1436-1438
    Pisanello vit à Vérone avec sa mère et sa famille (aucune information connue concernant son mariage). Saint Georges et la princesse, fresques à Sant'Anastasia.

    1438
    Présent au concile à Ferrare. Réalise à cette occasion la première médaille connue, celle de l'empereur de Constantinople, Jean VIII Paléologue. Il fuit vers Mantoue suite à l'apparition d'une épidémie de peste à Vérone.

    1439
    Sa présence à Mantoue auprès de la cour des Gonzague est attestée par différents documents. Grave les médailles de Jean-François de Gonzague, capitaine en chef de l'armée des Visconti et Niccolo Piccinino, commandant des milices. En novembre, Pisanello participe à la suite de Jean-François de Gonzague au siège de Vérone au cours duquel l'armée des Visconti commet de nombreux ravages. Il sera par la suite inculpé pour sa participation à cette affaire.

    1440
    Il sert de témoin oculaire à Milan lors d'une enquête sur les événements de novembre 1439. Médaille à l'effigie de Philippe-Marie Visconti.

    1441
    Il exécute le portrait de Lionel d'Este en compétition avec Jacopo Bellini. Le Conseil des Dix de Venise traite le dossier d'inculpation de Pisanello pour avoir participé au siège de sa propre ville. Les dépositions de différentes témoins diffèrent sur la nature de sa participation, certain voulant qu'il ait aidé lors du saccage, d'autres qu'il ait tenté de s'y opposer et qu'il ait été roué de coups pour cette raison.

    1442
    Le Conseil des Dix réclame que l'on coupe la langue de l'artiste qui aurait tenu des propose injurieux à l'endroit de la Sérénissime République. Cette peine sera abrogée mais l'artiste ne pourra plus exercer à Vérone ou a Mantoue. Ce decrét sera vraisemblablement révoqué par la suite puisqu'il est régulièrement fait mention du peintre à Vérone de 1443 à 1445.

    1445
    Un document fait mention d'un paiement de 50 ducats à Pisanello pour un tableau dont le sujet n'est pas précisé: il pourrait s'agir de l'Apparition de la Vierge à Saint-Georges et Saint-Antoine. Exécute plusieurs médailles dont une série de 6 à l'effigie de Lionel d'Este.

    1447
    Grave plusieurs médailles à l'effigie des membres de la cour d'Este et de la cour des Gonzague. Il aurait également réalisé une série de fresques consacrées au thème de la guerre et de la chevalerie. Ses fresques qu'on croyait perdues sur la foi d'un document d'époque évoquant l'effondrement du plafond dans la "salle Pisanello" aurait été partiellement recouvrées lors de travaux récents. Les sinopes, ou couche de plâtre de fond dans lequel on traçait l'esquisse avec une terre rouge, ont été mis à jour et montrent une série de chevaliers en armure en combat équestre ou dans des combats au corps-à-corps.

    1448
    Lionel d'Este fait parvenir à l'humaniste Pier Candido Decembrio la médaille commandée à Pisanello.

    1449
    Il est reçu avec grands honneurs à la cour du roi Alphonse Ier de Naples. Médaille de Alphonse V de Naples.

    1455
    Les dernières années de l'artiste sont peu documentées et il semble avoir cessé la production de médailles.Les historiens situent en général sa mort en 1455 sur la concordance de différents documents.

    Documentation

    Tout l'oeuvre peint de Pisanello, Michel Pastoureau, Renzo Chiarelli, Les classiques de l'art, Flammarion, réédition 2001, 112. Catalogue raisonné, chronologie,
    Actes du colloque consacré à Pisanello, ouvrage diigé par Dominique Cordelier, conservateur au Musée du Louvre, juin 1996
    Les animaux de Pisanello, par Caroline Lefranc de Panthou, Dominique Cordellier.Paris, Musée du Louvre, service culturel, 1996.
    L'art de la médaille, dossier Yahoo!-Encyclopédie Hachette
    La naissance du portrait monétaire dans l'Europe de la Renaissance. Site consacré à la numismatique
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Données biographiques
    Nationalité
    Italie
    Naissance
    c.1395, Pise
    Déces
    1455
    Raccourcis

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.