• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Postmodernisme

    Culture et postmodernisme

    Paul-Émile Roy
    « Le processus médiatique n'est pas en lui-même une activité de culture. Un public éponge peut enregistrer beaucoup d'images, de messages visuels, cela n'a pas grand-chose à voir avec la culture si toute cette matière n'est pas assimilée, classée, soumise au regard de l'esprit. L'enregistrement de messages audio-visuels est en soi une opération d'ordre technique. Un disque fait très bien cela, et il peut répéter l'opération indéfiniment. La culture est autre chose.

    Le postmodernisme, tel que présenté par [Yves] Boisvert, n'est pas la nouvelle forme de la culture, mais la négation même de la culture. Il implique une démission de l'homme devant le type de technologisme que nous connaissons. La culture a toujours été, en même temps qu'une expression de la société, la critique, la contestation, la mise en question de cette société. Il est de sa nature même d'affirmer que l'homme transcende le société. Dans la perspective postmoderniste, ce n'est pas le monde extérieur, la société, la technologie, la production qui sont en fonction de l'homme, mais l'homme qui est en fonction de tout ce qui est extérieur à lui. Cette approche comporte une part de résignation et même de capitulation. Elle comporte en réalité la négation même de la culture, alors que c'est seulement celle-ci qui peut rendre la postmodernité un peu plus humaine.

    Il y a culture quand l'homme n'est plus partie dépendante de l'univers, mais créateur d'espace de conscience et de liberté, que ce soit à travers des moeurs, des représentations, des oeuvres d'art, des mythes ou des croyances. C'est ainsi que peu à peu l'homme de la préhistoire s'est construit un habitacle qui lui permettait de surmonter les déterminismes de la nature. Dans la postmodernité, il semble bien que la société menace de submerger l'homme. " La domination de la société sur l'individu, écrit Marcuse, est infiniment plus grande que jamais ". Et plus loin : " le processus mécanique dans l'univers technologique détruit ce que la liberté a de secret et d'intime " (1). Ce n'est pas là une nouvelle forme de culture, mais une menace à la culture. C'est justement le rôle de celle-ci de protéger l'homme de cette agression. »


    Note

    1. HERBERT MARCUSE, L'Homme unidimensionnel, traduit par Monique Witting, Paris, Éd. de Minuit, Coll. Points, 1968, pp. 18, 57.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Paul-Émile Roy
    Mots-clés
    Culture, postmodernisme, technologisme, médias de masse, esprit critique, société, négation de la culture, homme, création, conscience, liberté
    Extrait
    « La culture a toujours été, en même temps qu'une expression de la société, la critique, la contestation, la mise en question de cette société. »

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.