• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Peinture

    Traité de la peinture: du mouvement et de l'expression

    Léonard de Vinci
    VII. MOUVEMENT

    404. — Les mouvements des animaux sont de deux genres: le local et l'actional: le local quand l'animal va d'un lieu à un autre, et l'actional, celui que l'animal fait sur lui-même, sans changer de place.

    Le mouvement local a trois aspects: monter, descendre et marcher sur un terrain plan. À ces trois, deux s'ajoutent, lenteur et vélocité; plus deux autres, le mouvement droit et tortueux, et enfin un dernier, le saut.

    Le mouvement actional est aussi varié que les opérations qui le causent, non sans grand dommage parfois, si par l'intervention de l'homme les mouvements se manifestent sous trois
    formes, local, actional, simple, et mixte entre l'actional et le local.

    419. — Les mouvements des figures déterminent la somme de force qu'elles doivent employer suivant leurs actions. Ne donne pas le même effort à celui qui lèverait son bâton et à celui qui lèverait une grosse poutre: que l'expression de l'effort soit proportionnée à la nature de l'effort et à sa quantité.

    Ne fais jamais la tête droite sur le milieu des épaules, tourne-là, un peu à droite ou à gauche, même si elle regarde en haut ou en en bas, ou même tout droit à la hauteur des yeux: car il est nécessaire que l'attitude soit vive et active.

    Ne dessine jamais une figure entièrement de profil ou entièrement de front ou de dos; car alors on verrait les parties situées au milieu du corps tomber à plomb, comme par alignement, les unes sur les autres: à la rigueur et suivant la circonstance, tu peux le faire aux figures de vieillards, à cause de leur lenteur naturelle; ne répète jamais les mêmes actions des bras ou des jambes, non seulement dans une figure, mais dans toutes celles qui sont proches ou autour de cette figure, à moins que le sujet n'y oblige absolument.

    Fais les mouvements de tes figures appropriés aux événements de l'âme, et si tu en fais une irritée, que son visage exprime vraiment la colère et qu'elle soit telle enfin qu'on ne puisse la prendre pour l'allégresse, la mélancolie ou autre passion.

    420. — Pas de grands mouvements dans les petites passions, ni de petits mouvements dans les grandes.

    430. — L'attitude est la première partie et la plus noble de la figure: non que la bonne figure peinte en triste attitude soit laide, mais au point de vue de la suprême beauté, elle perd du prestige, quand ses actes ne s'accommodent pas avec son office. Sans doute; l'attitude est de plus grande spéculation que l'excellence de la figure peinte: car une excellente figure se peut faire en imitant la nature, mais le mouvement de cette figure doit naître de la grande estimation du génie; la seconde partie noble est le relief; la troisième, le bon dessin; la quatrième le bon coloris.

    429. — Il est impossible à aucune mémoire de posséder les aspects et changements des membres de quelque animal que ce soit.

    456. — Le peintre qui veut tirer honneur de son œuvre doit toujours chercher la vivacité de ses actions dans les actions naturelles faites inopinément et nées de passions fortes en leurs effets. Il en fera de brefs croquis en ses cahiers et les adaptera à ses projets, en faisant tenir le modèle dans la même attitude pour saisir la qualité et l'aspect des membres, tels qu'ils se présentent en cette attitude.

    447. — La variété des mouvements procède de la variété des accidents et des fantaisies de l'esprit. Un accident fait plus ou moins d'impression selon le tempérament, l'âge, le caractère des passions. Dans la même occurrence, le mouvement du jeune homme est tout autre que celui du vieillard, il ne faut donc pas l'exprimer semblablement.


    VIII. EXPRESSION

    478. — La figure n'est pas louable, si son acte n'exprime pas autant qu'il est possible la passion de son âme.

    472. — L'attitude des figures dans tous les membres doit être telle et si expressive qu'on puisse connaître les intentions de leurs âmes.

    473. — On exprime l'action humaine selon l'âge et la qualité, et aussi selon l'espèce ou le sexe.

    466. — Fais la figure en tel acte qu'il suffise à montrer ce que le personnage a dans l'âme, sinon ton art ne sera pas louable.

    474. — Le peintre doit noter l'attitude et les mouvements qu'il surprend au moment même; les ayant notés et mis en son esprit, il n'attendra que le modèle contrefasse la douleur, quand il n'a pas l'occasion de pleurer.

    Une action sans cause morale ne sera ni vive ni naturelle. Il est avantageux d'avoir observé les choses sur le vif, et ensuite de faire tenir le modèle dans la position pour s'aider l'imagination et découvrir quelque chose qui aille à ce sujet qu'on peindra ensuite.

    475. — Les assistants d'un événement remarquable font diverses figures expressives comme lorsque la justice punit les criminels, ou bien si le sujet est de piété, tous les assistants lèvent les yeux avec des marques de dévotion, comme à l'élévation de l'hostie à la messe, et en d'autres cérémonies semblables, ou s'il s'agit d'une extravagance qui fasse rire ou qui donne compassion.

    465. — Les figures des hommes ont des actions propres à leur opération, de sorte qu'en les voyant tu entends ce qu'ils pensent et ce qu'ils disent. Ceux-là, seraient bien enseignés qui imiteraient les mouvements des muets qui parlent avec le mouvement des mains et des yeux et des sourcils et de toute leur personne, dans leur volonté d'exprimer le concept de leur âme. Et ne te moque pas de moi, parce que je te propose un précepteur sans langue qui saura t'enseigner cet art qu'il ne connaît pas, parce qu'il t'enseignera avec des faits alors que les autres n'auraient que des paroles. Il ne faut pas mépriser ce conseil, car les muets sont les maîtres en matière de mouvement; ils entendent de loin de quoi quelqu'un parle, quand celui-là accompagne ses paroles de mouvements des mains.

    469. — Le bon peintre a à réaliser deux choses principales, savoir: l'homme et le concept de son esprit. Le premier est facile, le second difficile, parce qu'il doit le figurer avec les gestes et le jeu des membres; et cela doit être appris des muets, qui le font mieux qu'aucune autre sorte d'hommes.

    470. — La figure, dont les mouvements n'expriment pas les passions et ce qu'elle pense, n'aura pas des membres correspondant à la signification de la figure, et en jugeant cette figure on conclura que l'artiste n'a guère de valeur.

    Le mouvement doit être approprié à la circonstance morale de la figure qui doit être faite très vive, montrant dans quelle affection et ferveur, sinon cette figure sera dite deux fois morte, parce qu'elle est peinte et morte une seconde fois, parce qu'elle n'exprime rien ni de l'âme ni du corps.

    Les mouvements d'attitudes doivent manifester la circonstance morale du personnage de façon qu'elle ne puisse rien signifier d'autre, ni servir à une autre scène.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Léonard de Vinci
    Extrait
    « Le peintre qui veut tirer honneur de son œuvre doit toujours chercher la vivacité de ses actions dans les actions naturelles faites inopinément et nées de passions fortes en leurs effets. Il en fera de brefs croquis en ses cahiers et les adaptera à ses projets, en faisant tenir le modèle dans la même attitude pour saisir la qualité et l'aspect des membres, tels qu'ils se présentent en cette attitude.»
    Documents associés
    Jocelyn Giroux
    Art figuratif, peinture, Boccace, Dante, Giotto, Marshall Macluhan, André Malraux, Goethe, Bernard Shaw, Pygmalion
    Leon Battista Alberti
    Eugène Fromentin
    Art hollandais, paysage, Corot, Théodore Rousseau, photographie
    François-René de Chateaubriand
    Peinture, christianisme, défense du rôle de la religion chrétienne dans le développement des arts
    Jules Dumesnil
    Traité de la peinture, théorie et pratique de l'art, Espagne, Francisco Pacheco, Diego Velazquez, inquisition, censure
    Leon Battista Alberti
    Traité de peinture, dessin, contour, technique, mise au carreau,
    Léonard de Vinci
    Peinture, Renaissance, poésie, vue, sens (physiol.), maîtrise, jugement
    Pline l'Ancien
    Peinture, Rome antique, les origines du dessin et l'avènement de la couleur, développement du goût pour les tableaux à Rome
    Léonard de Vinci

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.