• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Perrault Charles

    Les souhaits ridicules

    Charles Perrault
    Les époux sont assez prudents pour mettre à distance l'objet de leur désir, mais ils ne savent pas y renoncer: ils doivent donc apprendre à se contenter de ce qu'ils ont.
    Si vous étiez moins raisonnable.
    Je me garderais bien de venir vous conter
    La folle et peu galante fable
    Que je m'en vais vous débiter.
    Une aune de boudin en fournit la matière.
    «Une aune de boudin, ma chère!
    Quelle pitié! c'est une horreur!»
    S'écriait une précieuse,
    Qui, toujours tendre et sérieuse,
    Ne veut ouïr parler que d'affaires de coeur.
    Mais vous qui mieux qu'âme qui vive
    Savez charmer en racontant,
    Et dont l'expression est toujours si naïve,
    Que l'on croit voir ce qu'on entend;
    Qui savez que c'est la manière
    Dont quelque chose est inventé,
    Qui beaucoup plus que la matière
    De tout récit fait la beauté.
    Vous aimerez ma fable et sa moralité;
    J'en ai, j'ose le dire, une assurance entière.

    Il était une fois un pauvre bûcheron
    Qui las de sa pénible vie,
    Avait, disait-il, grande envie
    De s'aller reposer aux bords de l'Achéron;
    Représentant, dans sa douleur profonde,
    Que depuis qu'il était au monde,
    Le Ciel cruel n'avait jamais
    Voulu remplir un seul de ses souhaits.

    Un jour que, dans le bois, il se mit à se plaindre,
    À lui, la foudre en main, Jupiter s'apparut.
    On aurait peine à bien dépeindre
    La peur que le bonhomme en eut:
    «Je ne veux rien, dit-il, en se jetant par terre,
    Point de souhaits, point de Tonnerre,
    Seigneur, demeurons but à but.

    -- Cesse d'avoir aucune crainte:
    Je viens, dit Jupiter, touché de ta complainte,
    Te faire voir le tort que tu me fais.
    Écoute donc: je te promets,
    Moi qui du monde entier suis le souverain maître,
    D'exaucer pleinement les trois premiers souhaits
    Que tu voudras former sur quoi que ce puisse être.
    Vois ce qui peut te rendre heureux.
    Vois ce qui peut te satisfaire;
    Et comme ton bonheur dépend tout de tes voeux,
    Songes-y bien avant que de les faire.»

    À ces mots Jupiter dans les cieux remonta,
    Et le gai bûcheron, embrassant sa falourde,
    Pour retourner chez lui sur son dos la jeta.
    Cette charge jamais ne lui parut moins lourde.
    «Il ne faut pas, disait-il en trottant,
    Dans tout ceci, rien faire à la légère;
    Il faut, le cas est important,
    En prendre avis de notre ménagère.
    Çà dit-il, en entrant sous son toit de fougère,
    Faisons, Fanchon, grand feu, grand chère,
    Nous sommes riches à jamais,
    Et nous n'avons qu'à faire des souhaits.»
    Là-dessus tout au long le fait il lui raconte.
    À ce récit, l'épouse vive et prompte
    Forma dans son esprit mille vastes projets;
    Mais considérant l'importance
    De s'y conduire avec prudence:
    «Blaise, mon cher ami, dit-elle à son époux,
    Ne gâtons rien par notre impatience;
    Examinons bien entre nous
    Ce qu'il faut faire en pareille occurrence;
    Remettons à demain notre premier souhait
    Et consultons notre chevet.

    -- Je l'entends bien ainsi, dit le bonhomme Blaise.
    Mais va tirer du vin derrière ces fagots.»
    A son retour il but, et goûtant à son aise
    Près d'un grand feu la douceur du repos,
    Il dit, en s'appuyant sur le dos de sa chaise:
    «Pendant que nous avons une si bonne braise,
    Qu'une aune de boudin viendrait bien à propos!»
    À peine acheva-t-il de prononcer ces mots,
    Que sa femme aperçut, grandement étonnée,
    Un boudin fort long, qui partant
    D'un des coins de la cheminée,
    S'approchait d'elle en serpentant.
    Elle fit un cri dans l'instant;
    Mais jugeant que cette aventure
    Avait pour cause le souhait
    Que par bêtise toute pure
    Son homme imprudent avait fait,
    Il n'est point de pouille et d'injure
    Que de dépit et de courroux
    Elle ne dit au pauvre époux.
    «Quand on peut, disait-elle, obtenir un empire,
    De l'or, des perles, des rubis,
    Des diamants, de beaux habits,
    Est-ce alors du boudin qu'il faut que l'on désire?
    -- Hé bien, j'ai tort, dit-il, j'ai mal placé mon choix,
    J'ai commis une faute énorme,
    Je ferai mieux une autre fois.
    -- Bon, bon, dit-elle, attendez-moi sous l'orme,
    Pour faire un tel souhait, il faut être bien boeuf!»
    L'époux plus d'une fois, emporté de colère,
    Pensa faire tout bas le souhait d'être veuf,
    Et peut-être, entre nous, ne pouvait-il mieux faire:
    «Les hommes, disait-il, pour souffrir sont bien nés!
    Peste soit du boudin et du boudin encore;
    Plût à Dieu, maudite pécore,
    Qu'il te pendît au bout du nez!»

    La prière aussitôt du Ciel fut écoutée,
    Et dès que le mari la parole lâcha,
    Au nez de l'épouse irritée
    L'aune de boudin s'attacha.
    Ce prodige imprévu grandement le fâcha.
    Fanchon était jolie, elle avait bonne grâce,
    Et pour dire sans fard la vérité du fait,
    Cet ornement en cette place
    Ne faisait pas un bon effet;
    Si ce n'est qu'en pendant sur le bas du visage,
    Il l'empêchait de parler aisément.
    Pour un époux merveilleux avantage,
    Et si grand qu'il pensa dans cet heureux moment
    Ne souhaiter rien davantage.
    «Je pourrais bien, disait-il à part soi,
    Après un malheur si funeste,
    Avec le souhait qui me reste,
    Tout d'un plein saut me faire roi.
    Rien n'égale, il est vrai, la grandeur souveraine;
    Mais encore faut-il songer
    Comment serait faite la reine,
    Et dans quelle douleur ce serait la plonger
    De l'aller placer sur un trône
    Avec un nez plus long qu'une aune.
    Il faut l'écouter sur cela,
    Et qu'elle-même elle soit la maîtresse
    De devenir une grande Princesse
    En conservant l'horrible nez qu'elle a,
    Ou de demeurer Bûcheronne
    Avec un nez comme une autre personne,
    Et tel qu'elle l'avait avant ce malheur-là.»

    La chose bien examinée,
    Quoiqu'elle sût d'un sceptre et la force et l'effet,
    Et que, quand on est couronnée,
    On a toujours le nez bien fait;
    Comme au désir de plaire il n'est rien qui ne cède,
    Elle aima mieux garder son bavolet
    Que d'être reine et d'être laide.

    Ainsi le bûcheron ne changea point d'état,
    Ne devint point grand potentat,
    D'écus ne remplit point sa bourse:
    Trop heureux d'employer le souhait qui restait,
    Faible bonheur, pauvre ressource,
    À remettre sa femme en l'état qu'elle était.

    Bien est donc vrai qu'aux hommes misérables,
    Aveugles, imprudents, inquiets, variables,
    Pas n'appartient de faire des souhaits,
    Et que peu d'entre eux sont capables
    De bien user des dons que le Ciel leur a faits.

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Charles Perrault
    Écrivain français (1628-1703) Charles Perrault est né le 12 janvier 1628 à Paris. D'origine tourangelle, établie à Paris, la famille Perrault appartient à la haute bourgeoisie de robe. Charles Perrault suit un cursus scolaire brillant: études littéraires au collège de Beauvais à Paris, licence en droit et inscription au barreau en 1651. Grand commis, protégé par Colbert, il publia des oeuvres galantes ou parodiques avant de prendre parti pour les Modernes contre les Anciens, à l'Académie française dont il devient membre en 1671. Son poème polémique Le Siècle de Louis le Grand (1687), puis ses Parrallèles des Anciens et des Modernes (1688 à 1692), vivement contestés par Boileau, présentent et codifient ses arguments: critiqueant le principe d'autorité et affirmant que le progrès est possible en art comme en sciences, il souligne la supériorité du «siècle de Louis» sur le siècle d'Auguste. Ses Histoire ou Contes du temps passé (appelés aussi Contes de ma mère l'Oye, 1697) assurèrent sa célébrité et inaugurèrent le genre littéraire des contes de fées. Charles Perrault meurt à Paris le 16 mai 1703. source: http://www.ricochet-jeunes.org/biblio/base9/perrault.htm
    Mots-clés
    Style, renoncement, beauté
    Extrait
    «...c'est la manière Dont quelque chose est inventé, Qui beaucoup plus que la matière De tout récit fait la beauté.»
    Documents associés
    Charles Perrault
    Innocence, méchanceté, amour
    Charles Perrault
    Curiosité, monstre, illusion
    Charles Perrault
    Beauté, intelligence
    Charles Perrault
    Amour, méchanceté
    Charles Perrault
    Fourberie, innocence, amour
    Charles Perrault
    Charles Perrault
    Ruse, pauvreté, illusion
    Charles Perrault
    Charles Perrault

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.