• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Young Edward

    Poète anglais (Upham, Winchester, 1683 – Welwyn, Hertfordshire, 1765), Edward Young, fils de pasteur, fit ses études à Oxford. Jeune homme ambitieux , il cherchait en vain à faire carrière. Ayant mené une vie trépidante dans la suite de Philip, duc de Wharton (1698 –1731), homme politique, jacobite et libertin, il se trouvait déçu de la vie politique. Homme d'âge mûr, il entrait dans les ordres (1927) et préférait la solitude de son presbytère à Welwyn pour y donner libre cours à sa puissance créatrice. Durant sa première période, il écrit des élégies comme Poem on the Last Day, (1713), dédié à la reine Anne, et des tragédies comme Love of Fame, the Universal Passion (L'amour de la renommée, universelle passion), en deux parties (1725-1728). De sa deuxième période, nous retenons Conjectures on Original Composition, Réflexions sur la composition originale (1759), mais surtout son oeuvre célèbre, The Complaint, or Night Thoughts on Life, Death and Immortality (La Plainte ou Pensées nocturnes sur la vie, la mort et l'immortalité), traduite en plusieurs langues en Europe et très populaires en France et en Allemagne, connue en français sous le titre les Nuits de Young (1742-1745). Les Nuits ont été écrites suite à la présence de la mort et du deuil dans la vie de l'auteur qui perd la fille de sa femme dans un accident à Lyon (1736). L'Église catholique refuse la sépulture, mais celle-ci  lui fut autorisée dans le cimetière de la colonie suisse à laquelle appartiennent son gendre et dl'épouse de celui-ci (1740).

    Cet ouvrage, réparti en plusieurs Nuits, est l'oeuvre d'un moraliste satyrique qui a su allier la mélancolie*, issue du romantisme, à des perceptions chrétiennes de l'existence. Isidore Ducasse (Lautréamont) dans Poésies s'exlame: « Ô Nuits de Young! Vous m'avez causé beaucoup de migraines! ». À la prison du Luxembourg, la veille de son exécution, Camille Desmoulins se prépara à la mort en lisant les Nuits de Young (M. Ragon, L'espace de la mort, Paris, Albin Michel, 1981, p. 225, note 3).

    Pierre-Auguste Vlaffard




    Le peintre Pierre-Auguste Vafflard modifie l'événement de la mort de la belle-fille en transformant la morte en propre fille de Young. En effet, dans le livret du Salon de 1804 où sa toile «Young et sa fille» fut exposée, on pouvait lire : «Young tenant sa fille morte sur ses bras s'écrit dans sa douleur amère : O zèle barbare et haï d'un dieu bienfaisant ; ces hommes impitoyables ont refusé de répandre de la poussière sur une poussière ».
    www.1st-art-gallery.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading

    Documents associés

    • Nuits
    • Tome II Quinzième Nuit Le monde Quel est donc le prix qui nous fait courir dans la carrière du...