• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Nuits

    Edward Young

    Les complaintes de Young qui, inspirées du romantisme anglais de son époque, répandent le goût de la mélancolie*, sont aussi des satyres mordantes du carriérisme et de la volupté des courtisans, assoiffés d'or et de pouvoir, milieu qu'il connaît fort bien parce qu'il l'avait fréquenté. Le paradoxe du choix des mots et des images se fait sur fond nocturne d'une imagination évoquant la fragilité des vivants mortels.
    Tome II

    Quinzième Nuit

    Le monde

    Edward Young
    Quel est donc le prix qui nous fait courir dans la carrière du monde, étourdis du bruit, suffoqués de poussière, excédés de fatigue, sans songer à la frêle épaisseur qui sépare du tombeau le théâtre de la vie? Je vois l'orgueil errer, çà et là, et mendier des regards, le voluptueux s'épuiser à la poursuite du plaisir, d'autres fous plus tristes affamés d'or ou de pouvoir, tous épris de bagatelles diverses, mais également vaines; tous entraînés dans le tourbillon de la frivolité, comme des atomes légers qu'un courant d'air agite au milieu de nos plaines. Bientôt la brillante illusion s'évanouira, la sombre nuit du désespoir succédera et l'homme s'abîmera. Que les mortels et les objets de leurs désirs sont fragiles et passagers! Ce monde n'est qu'un pays d'apparitions, les hommes que de vains fantômes qui courent après des ombres plus vaines encore. L'homme gaiement frivole et l'homme furieusement occupé de pénibles chimères, sont également fous, Ils vont tous deux, l'un au travers de tristes déserts, l'autre par un sentier de fleurs, l'un d'un pas grave et superbe, l'autre en dansant, tomber dans l'abîme.

    Lorenzo, puisque l'Éternel s'approche et que les vanités du monde vont disparaître, comme les bulles d'air errantes sur l'écume des flots; que servent les hauts titres, l'éclat de la naissance et toutes ces grandeurs qui nous laissent dans la bassesse? C'est sur des épines que tu cherches le repos. Ton âme, enivrée de chimères, fatiguée des peines réelles dont elle s'est tourmentée, s'assoupit et rêve le bonheur.

    Je veux rompre le charme qui t'attache au monde. Mon sujet est commun: mes chants ne le feront point, si la céleste Uranie que j'évoque daigne répondre à mes voeux. Dans quel trouble tu t'éveilleras de ta léthargie pour soupirer après des biens plus réels! Je te forcerai à mépriser l'objet de tes désirs. Mes vers austères ne seront pas goûtés des hommes corrompus. Mais la vérité doit-elle se taire, parce que la folie fronce le sourcil?
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Nuits
    • Tome II Quinzième Nuit Le monde Quel est donc le prix qui nous fait courir dans la carrière du...