• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Sologoub Fédor

    Sogoloub FedorRomancier et poète russe, de son vrai nom Fedor Teternikov, né à Saint-Pétersbourg en 1863, d’un père tailleur et d’une mère cuisinière. Après des études à l’École normale, il exerce d’abord la tâche d’enseignant, puis celle de censeur des études. Son premier recueil de poèmes paraît en 1896, tandis que son roman Le démon mesquin, publié en 1906, connaît un grand succès. Au lendemain de la révolution d’octobre, le destin de cet animateur fort prisé des salons littéraires de la belle époque de Saint-Pétersbourg, devenue Petrograd, bascule tragiquement dans le vide.

    Hostile à la révolution, il cherche à se réfugier à l’étranger. Par deux fois, on lui accorde un passeport, mais on le lui reprend à la dernière minute. «L’esprit d’Anastasia, sa femme, ne résista pas à ces coups du sort. Dans une crise de neurasthénie, alors que Gorki avait enfin tout arrangé pour que le couple puisse partir de Petrograd, elle se jeta au printemps dans la Neva. Sologoub refusa de croire au suicide [de sa femme] jusqu’à ce que le corps [de celle-ci] fût repêché à l’automne, [revêtu de] son tailleur rouge brodé de noir. Plus jamais Sologoub ne fut le même. Il ne cherche même plus à fuir ce pays qui lui avait tout pris, jusqu’au seul amour de sa vie» (V. Fedorovski, Le roman de Saint-Pétersbourg, Paris, LGF, «Livre de poche», 2003, p. 227).

    «Émigré de l’intérieur», il produira désormais une œuvre résolument pessimiste. Déjà en 1894, son goût de la solitude se révèle dans un de ses poèmes:

    «O, mort! je t’appartiens. En tous lieux/Je ne vois que toi seule. Odieux/Me sont les charmes de la terre./L’exaltation des hommes m’indiffère,/Ces batailles, ces fêtes, ces foires, Tout ce bruit dans la poussière» (E. Triolet, La poésie russe, Paris, Seghers, 1971, p. 195-196).

    IMAGE

    litteratureaudio.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-15
    Loading

    Documents associés

    • O, Mort! Je t'appartiens
    • O, mort! je t'appartiens. En tous lieux Je ne vois que toi seule. Odieux Me sont les charmes de la...