• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Rûmî Djalâl al_Din

    Avant la venue des Mongols, l'Afghanistan d'aujourd'hui était le berceau d'une riche civilisation et la ville de Balkh était, parmi les cités, les plus importantes par son rayonnement. Bahaeddin Veled, le père de Rûmî, y était considéré comme le plus grand savant de l'lslam. Le sultan de cette contrée était sous l'influence d'un autre savant, Farreddin Razi, qui défendait la cause des philosophes de l'Islam. Le père de Rûmî, adversaire irréductible de cette tendance, décida alors de quitter le pays. La petite caravane, formée du maître, de sa famille et de ses disciples, se rendit d'abord à La Mecque. Puis elle vint s'installer en Anatolie. La famille de Rûmî se fixa dans la ville de Konya, capitale de l'empire seldjoukide. Rûmî était déjà père de deux enfants. À la mort du père, les disciples se regroupèrent autour de son fils Rûmî, déjà considéré par tous comme un grand savant. Pendant neuf années, Rûmî fut le disciple de Burhaneddin. Ce fut pour lui une période de maturation et de parachèvement. Puis, la période vécue aux côtés de Shems eddin Tabrizi fut la plus exaltante pour Rûmî et apporta de profonds changements dans sa vie. La disparition de Shems le laissa dans un état de grand chagrin et de profonde nostalgie, qui s'exprima par un jaillissement de poèmes.

    Plus tard, Rûmî fit la connaissance d'un bijoutier, Salahaddin Zerkoubi. L'amitié de Rûmî pour ce bijoutier inaugura une nouvelle période dans sa vie, marquée par de multiples réunions de fidèles, durant parfois plusieurs jours et plusieurs nuits d'affilée, au cours desquelles les larmes d'extase se mêlaient à la musique, à la poésie et à la danse. Neuf autres années passèrent ainsi jusqu'à la disparition de Salahaddin. C'est alors que Rumî rencontra Celebi Husameddin et,appréciant ses talents, le nomma successeur de Salahaddin. Un jour Celebi lui dit: «Mes disciples étudient les oeuvres de Hakim Senai (mort en 1131) ou de Farrideddin Attar (mort en 1230). Il serait désormais souhaitable qu'ils puissent étudier une oeuvre de toi!»

    Rûmî sortit alors de son turban un feuillet sur lequel étaient écrits les dix-huit premiers distiques de cet immense ouvrage qu'allait devenir le Mesnevi. Rûmî dictait son poème, en tout lieu, à toute heure du jour ou de la nuit, et Celebi le transcrivait. Les questions de Celebi, les arguments d'un contradicteur, imaginaire ou réel, les péripéties de la vie quotidienne, tout cela provoquait l'inspiration de Rûmî et venait enrichir son Mesnevi.

    Les joies, les vaines tristesses, les désirs, les déconvenues la fierté, l'orgueil, la maturité et les enfantillages, le mensonge et la vérité, bref, tout ce qui concerne l'homme est présent dans cet ouvrage. Ce chef-d'oeuvre réunit dans ses vingt-quatre mille distiques toutes les notions de la sagesse. L'Islam tout entier fut marqué par cet ouvrage.

    Après la disparition de Rûmî, en 1273, ses descendants lui succédèrent. Ce fut le début d'une véritable dynastie spirituelle et d'une éclosion de nombreuses confréries qui par centaines, se propagèrent dans le monde musulman et dans tout l'Empire ottoman.

    [Ces notes biographiques sont empruntées à l'«Introduction», que Ehmaed Kudsî Erguner a écrite comme ouverture de son recueil de 150 contes soufis, choisis par lui et Pierre Maniez et publiés sous le titre Le Mesnevi (Albin Michel, 2009), que Rûmî utilisait pour illustrer son enseignement.]

    IMAGE
    Rûmî en méditation
    rumibook.info

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2013-01-14
    Loading

    Documents associés

    • Le cercueil
    • Un enfant se lamentait devant le cercueil de son père : « Ô mon père!...