• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Picher Alphonse

    Piché AlphonseNé à Chicoutimi (Saguenay) au Québec le 14 février 1917 et décédé en 1998, Alphonse Piché vit toute sa vie à Trois-Rivières où ses parents s’installent alors qu’il n’a pas encore deux ans. Après des études jamais complétées au séminaire Saint-Joseph de cette ville, il gagne sa vie en pratiquant divers métiers: commis de chantier, vendeur, comptable, agent d’assurances, etc. Dans son premier recueil Ballades de la petite extrace, Alphonse Piché donne à ses poèmes une portée sociale en s'intéressant au petit peuple de Trois-Rivières à la fin de la deuxième guerre mondiale. Remous (1947) et Voie d'eau (1950) révèle son talent lyrique qui deviendra de plus en plus nostalgique et mélancolique* dans ses derniers recueils: Dernier profil (1982), Sursis (1987) et Remous (1997) nous livrent l'intimité d'un homme tourmenté par la mort.

    En guerre est un cri virulent d'un homme en révolte contre la guerre et ses atrocités, convaincu de son inutilité et du manque de sensibilité éthique chez les soi-disant «grands» qui imposent aux autres une guerre comme sacrifice*, auquel ils n'ont pas le courage de participer eux-mêmes sauf dans les parades ou dans les estrades. C'est un cri de rage d'un pacifiste toujours actuel, même s'il est rejeté trop aisément et paresseusement comme «populiste», «subjectif» ou «sentimental» par les bien pensants dont l'étroitesse d'esprit se manifeste par leur culture de la vindicte ou de la dette, préférant verser le sang des autres qu'à se plier aux dures exigences de la raison qui s'engage plutôt dans les ruses de la négociation que dans les forces des armes pour régler les conflits. Le prix à payer pour la paix n'est pas la guerre dont la (ir)rationalité instrumentale est destructrice, mais la résolution permanente des conflits par une raison humaine compétente en tant que recherche rigoureuse des médiations nécessaires à la création de rapports justes et équitables entre les États.

    En guerre
    Sacrant, gueulant, nous partirons,
    Petits soldats des grandes guerres,
    La rage au coeur, nous foulerons,
    De par les landes étrangères,
    Les ossements laissés naguère
    En des formidables ragoûts,
    Par nos grands-pères et nos pères
    Avec des gens de rien du tout.

    Et foncera le bataillon
    Par les marais, les ornières,
    Sous la mitraille, sans façon,
    Parmi les bombes, sans manière;
    Dedans ses mains comme un joujou,
    Un autre fouillera la terre
    Avec des gens de rien du tout.

    Sacrant, gueulant, quand finiront
    Nos aventures militaires,
    La rage au coeur, quand traîneront
    Les savates de nos misères
    Sur les asphaltes légataires
    De ce qui rstera de nous,
    Nous viderons nos ministères
    Avec des gens de rien du tout.

    ENVOI
    Blessés, crevés, vétérans, hères,
    Maigres chômeurs, enrôlez-vous
    Pour les batailles d'après-guerre
    Avec des gens de rien du tout.

    Ballade de la petites extrace
    (1946)

    IMAGE

    litterature.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading

    Documents associés

    • Dernier profil: Saisons
    • SAISONS Furent la boue les vases initiales Nuit de germe rompu ô terre matricielle dans le pas...