• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Leconte de Lisle Charles-Marie-René

    Leconte de lisle CharlesCharles Leconte de Lisle est né à Bourbon (Saint-Paul de la Réunion) le 23 octobre 1818 et décédé à Voisins (Yvelines) le 17 juillet 1894. Poète parnassien, il écrivit les Poèmes Barbares, les Poèmes Antiques, les Poèmes Tragiques. Ces derniers ont obtenu le prix Jean Reynaud. Il traduisit Théocrite, Homère, Eschyle, Sophocle, Euripide, Horace. Auteur dramatique, il fit représenter Les Érinnyes. Candidat à l'Académie, il fut battu par Gratry en 1873, et en 1877 par Victorien Sardou ; dans cette dernière élection, il obtint 2 voix seulement, celles d'Auguste Barbier et de Victor Hugo*, qui vota pour lui avec ostentation. Leconte de Lisle déclara que le suffrage de Victor Hugo équivalait à son élection et qu'il ne se présenterait plus. On considéra que Victor Hugo l'avait ainsi désigné pour lui succéder, et il fut élu le 11 février 1886 à son fauteuil, et reçu le 31 mars 1887 par Alexandre Dumas fils. Il était sous-bibliothécaire au Luxembourg depuis 1873.
    www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp

    Ce poète créole, qui se définissait lui-même comme «l'homme du calme et des visions chastes», homme de contemplation et de raison, proche de la nature et sensible à l'histoire, fut dépeint dans un discours prononcé par Jean Mistler à la Bibliothèque nationale, le 23 septembre 1977 en ces termes:

    « La fin de la vie de Leconte de Lisle fut sans grands événements extérieurs. Il ne mourut point en pleine jeunesse, comme Chénier, Nerval, Apollinaire, il n’atteignit pas non plus l’âge des patriarches, mais c’est dans ses dernières années qu’il connut le plus profondément les joies et les tortures de l’amour, et cet homme qui avait fait de l’impassibilité le premier article de son art poétique, écrivit :

    Amour, tu peux mourir, ô lumière des âmes,
    Car ton rapide éclair contient l’Eternité.

    Il s’éteignit le 17 juillet 1894, en pleine lucidité.

    Au lendemain de sa mort, un poète écrivait que Leconte de Lisle «avait rendu leurs anciens noms aux dieux». Oui, mais il ne s’est pas borné à ceux de la Grèce et de Rome, à ceux du Parthénon et du temple d’Égine. Son horizon ne s’est point limité à la Méditerranée classique, il y a fait entrer les vents et les nuages de tous les ciels, les houles de tous les océans. Dans cette poésie cosmique, l’histoire est présente. Oui, le même vaisseau qui emporta Hélène est toujours paré pour emporter nos rêves. Là-bas, vers ce point de l’horizon marin d’où sans cesse, depuis Eschyle, accourt l’innombrable troupeau des vagues rieuses ».

    Bibliographie

    Edmond Estève, Leconte de Lisle, L'homme et l'oeuvre, Paris, Boivin & Cie, «Bibliothèque de la Revue des Cours et Conférences» (non daté).


    .

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading

    Documents associés

    • Le vent froid de la nuit
    • Le vent froid de la nuit Le vent froid de la nuit souffle à travers les branches Et casse par...
    • Le secret de la vie
    • Le secret de la vie Le secret de la vie est dans les tombes closes : Ce qui n'est plus n'est tel...
    • La fin de l'homme
    • La fin de l'homme Voici. Qaïn errait sur la face du monde. Dans la terre muette Ève dormait, et...