• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Jankélévitch Vladimir

    Jankelevitch VladimirNé à Bourges le 31 août 1903, philosophe et musicologue. Il enseigne d’abord à l’institut français de Prague (1927-1932), à l’université de Toulouse puis à l’université de Lille. Il est titulaire, de 1951 à 1978, de la chaire de morale à la Sorbonne. Il meurt par libre choix le 16 juin 1985, laissant une œuvre considérable dont la plus originale et la plus significative est La mort (Paris, Flammarion, 1977). Pour faciliter son accès, Penser la mort? avant-propos et direction éditoriale de Françoise Schwab (Paris, Éditions Liana Levi, 1994, 137 p.) nous introduit à certains thèmes chers à l'auteur: l'instant irrévocable, le sens de la vie, le scandale de la disparition et l'euthanasie.

    Ce maître du paradoxe moral décrit la mort comme un déficit de la vie et de l’être et comme une irruption brusque dans le cours naturel du monde. La mort est un événement qui sort de l’ordinaire, c’est-à-dire un miracle, car elle fait fi de l’ordre des choses et, en même temps, elle est la loi universelle de toute vie. Ainsi, écrit-il, «ce fait divers ne ressemble à aucun des autres faits divers de l’empirie: ce fait divers est démesuré et incommensurable aux autres phénomènes naturels. […] Elle n’est pas un gain, mais une perte: la mort est un vide qui se creuse brusquement en pleine continuation d’être; l’existant, rendu soudain invisible comme par l’effet d’une prodigieuse occultation, s’abîme en un clin d’œil dans la trappe du non-être.» Par contre, «ce “miracle” n’est pas une interruption rarissime de l’ordre naturel, une déclinaison exceptionnelle dans le cours des existences. Non, ce miracle est en même temps la loi universelle de toute vie, ce miracle est le destin œcuménique des créatures. À sa manière, qui est miraculeuse, la féerie de la mort est une féerie toute naturelle; la mort est littéralement extra ordinem parce qu’en effet elle est d’un tout autre ordre que les intérêts de l’empirie et les menues affaires de l’intervalle: et pourtant rien n’est davantage dans l’ordre des choses! La mort est par excellence l’ordre extraordinaire» (La mort, p. 7).

    Lucien Jerphagnon. Vladimir Jankélévitch ou De l'Effectivité, Éd. Seghers,1969 et Entrevoir et Vouloir : Vladimir Jankélévitch, La Transparence, 2008.

     

    IMAGE

    galerie jpg

    jankelevich.fr

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-14
    Loading

    Documents associés

    • La mort de Mélisande
    • Après la mort sale et la mort à l'hôpital, une troisième direction nous amène à Tolstoi* à...