• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Accompagnement en fin de vie (L')

    Je garde un vif souvenir de la période où je faisais du portage : nous marchions, deux, un canot sur les épaules; nous avancions au même rythme, sur le même sentier, l'un ouvrant la voie, l'autre l'accompagnant… Nous longions les rivières tumultueuses, surmontions les écueils et partagions les découvertes, jusqu'à atteindre notre but, le lac.

    Et c'est encore du portage que je fais à l'Entraide Ville-Marie auprès de personnes atteintes de cancer en phase pré-terminale ou terminale et qui souhaitent mourir à domicile. C'est la personne malade qui marche en avant pour ouvrir le chemin de la compassion, me mener jusqu'à son lac intérieur et me rejoindre dans le mien. Alors, baignés dans nos confidences secrètes, nous devenons deux égaux.

    C'est elle qui m'apprend comment elle meurt, de perte en perte, jusqu'à faire le deuil de sa propre vie. Et elle me permet d'être présent à un des moments les plus importants de son existence, moi qui peu de temps avant étais un étranger. Elle me fait ce merveilleux don : l'accueil de ma présence.

    Au début de l'accompagnement, les regards échangés donnent accès à l'intimité; déjà, dans le silence de ces regards, nous ne nous sentons plus seuls. Alors commence l'élan de la compassion qui nous permet, à l'un et à l'autre, d'atteindre un espace de grande sensibilité et de nous rejoindre dans la même part d'humanité qu'est notre propre souffrance. La compassion devient alors une expérience humaine très touchante et qui exige beaucoup de délicatesse.

    Dans cette présence mutuelle, la personne malade me montre comment faire mes propres deuils et s'assure que je suis un passeur capable de l'accompagner jusqu'à la frontière de la vie. Bien sûr, elle m'exprime ses peurs, non pas tellement celle de mourir, mais la peur de l'après, cet après mystérieux qui garde tous ses secrets. Mais souvent cette peur est atténuée par la présence réconfortante du passeur.

    Lorsque nous approchons de la frontière, elle me dit des paroles très intenses et très intimes dans un langage que parfois ses proches, envahis par leurs émotions, ont de la difficulté à saisir. Elle est tout entière à l'écoute de ce qu'elle vit et mon accompagnement devient de plus en plus effacé, silencieux.

    C'est tellement grand ce qui se passe en elle!

    En fait, la personne qui meurt m'aide à découvrir les chemins intérieurs de l'écoute. C'est un beau cadeau qu'elle me fait et dans mon cœur je lui dis toujours merci. Et elle s'en va en me faisant un autre don : celui du regard presque amoureux d'une nouvelle relation qui me nourrira pour toujours.

    Pendant tout ce temps, nous aurons peu parlé de nos croyances; nous aurons plutôt parlé d'espérance et d'amour : la personne en fin de vie est déjà attirée vers la pleine vérité. Bientôt elle aura la réponse aux grandes questions de la vie…

    Son visage est calme.

    L'accompagnement en fin de vie est vraiment du portage jusqu'au lac intérieur, jusqu'à la frontière.

    © tous droits réservés

     

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29
    Loading

    Notes

    Ce dossier est une collaboration de Monsieur François Lapierre, auteur de treize textes sur le dialogue Vivre-Mourir, 2009.

    Du même auteur:
    «Suicide: un défi des milliards de neurones», document associé du dossier: Éthique du suicide.

    François Lapierre détient une Licence en Lettres de l'Université de Montréal ainsi qu'une Maîtrise en Administration Publique de l'ENAP. Il a fait carrière pendant 35 ans dans les domaines de la formation du personnel, des relations humaines et du développement organisationnel dans les secteurs public et parapublic tant au niveau fédéral que provincial et municipal. Il a été chargé de cours en gestion du personnel à l'UQAM ainsi qu'en psychologie industrielle à la faculté de l'éducation permanente de l'Université de Montréal.
    Ce cheminement professionnel l'a conduit à faire depuis 5 ans de l'accompagnement à l'Entraide Ville-Marie auprès des personnes qui, atteintes de cancer en phase pré-terminale et terminale, désirent mourir à domicile.
    francoislapierre@videotron.qc.ca
    www.entraidevillemarie.com

    Documents associés

    • Les bornes du trépas
    • Pour les personnes atteintes d’un cancer, les bornes en disent long. Mais pour des milliers...
    • lit 17
    • je n'ose pas m' engager dans cette chambre je ne veux pas croire que tu sois...
    • Le deuil questionne
    • En devenant un endeuillé et dans une réelle désorganisation, le deuil me pose alors une question :...