• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Regards sur les chansons autobiographiques de Dalida

    Michel Rheault

    Dans toute sa carrière, Dalida n'a signé qu'un seul titre. Il s'agit de l'adaptation d'une chanson de Luigi Tenco: Lontano, lontano. En français: Loin dans le temps, Éditions Atalante, 1967. «Elle n'a pas écrit ses chansons, c'est vrai. Mais on lui a offert des textes qui correspondent si bien à ce qu'on sait d'elle que c'est comme si elle en était l'auteure. Créées par d'autres,pour elle, ils portent sa signature» (Michel Rheault, Dalida, une oeuvre en soi, Québec, Va bene, 2002, p. 159).
    LA CHUTE

    L'histoire continue. En 1983, la chute se dessine de plus en plus prévisible. Quelques mois avant de couper ses cheveux, elle enregistre un disque qui compte non pas une, mais trois chansons autobiographiques. Des chansons qui, de surcroît, ont une allure explicitement testamentaire. Dans Bravo, elle se projette dans le futur, s'imagine en l'an 2000, oubliée du public qui l'a jadis idolâtrée: «Donnez-moi un bravo/ Comme au temps des rappels/ Si quelqu'un se rappelle...(11)». Sinistre reflet d'elle-même que celui-là. Au lieu de se confronter à la Yolanda de sa jeunesse, elle affronte le miroir d'une Dalida vieillissante qui n'existera jamais. Une Dalida qui se souvient, la voix blanche et la main tremblante. Le double, encore.

    C'est sur le même disque qu'elle chante Mourir sur scène, sans doute la plus connue de ses chansons autobiographiques. ici, elle s'adresse à la mort., l'interpelle directement, fait de nouveau allusion à son suicide manqué: «Toi et moi on se connaît déjà/ On s'est vues de près souviens-toi...». Par la même occasion, elle fait savoir à la faucheuse qu'elle seule décidera du moment où l'une et l'autre se rejoindront: «Moi qui ai tout choisi dans ma vie/ Je veux choisir ma mort aussi...(12)». [....]

    ...Téléphonez-moi, une chanson si troublante qu'on se demande ce qui a pu la pousser à l'interpréter, sinon le désir de lancer un cri de détresse, d'en appeler à l'intervention d'une main secourable susceptible de la tirer du marasme dans lequel elle s'enlise: «Sans vous toute ma vie ne tient qu'à un fil (13)». De nouveau, elle fait état de sa solitude, en des termes qui rappellent encore et toujours l'événement traumatisant qu'on ne risque plus d'oublier: «les pilules d'espoir/ J'en prends tous les soirs». De nouveau, elle laisse entrevoir un suicide éventuel, en usant pour cela d'un stratagème inattendu. Au dernier couplet, elle s'identifie ouvertement à l'héroïne d'un roman américain adapté pour le cinéma: La vallée des poupées, de Jacqueline Susann. L'histoire d'une vedette qui, la chanson nous le rappelle, s'enlève la vie un soir de 31 décembre. Un autre effet de miroir, un double de plus; l'intrusion chez Dalida d'une nouvelle messagère de la mort pour donner à la chanson une allure tristement prophétique.

    Notes

    11. Bravo, texte de Michel Jouveaux, musique de Patrick Roffe et Marc Hillman, éd. EMI Songs France, 1983,
    12. Mourir sur scène, texte de Michel Jouveaux, musique de Jeff Barnel, éd. Tabata Music/EMI Songs France, 1983.
    13. Téléphonez-moi, texte de Jean-Michel Bériat et Orlando, musique de Bernard Estardy, éd. Mandarine/EMI Songs France, 1983.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés