• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Nous, les survivants, nous ne sommes pas les vrais témoins

    Primo Levi

    Extrait du Chapitre III «La honte*», le texte choisi est une réflexion d'ordre éthique de la part de Primo Levi au sujet de son devoir de mémoire. L'auteur se rend compte que les survivants ne sont pas des témoins à part entière, car ceux qui savent, parce qu'ils ont vécu l'expérience de la mort jusqu'au bout, ont disparu et sont restés muets. Lui n'a pas connu Birkenau, le camp de l'extermination. Il est un survivant, un privilégié qui se souvient pour les autres afin que ceux-ci ne sombrent pas dans l'oubli. Le devoir de mémoire est le refus de l'oubli.
    Les «sauvés» du Lager n'étaient pas les meilleurs, les prédestinés au bien, les porteurs d'un message: tout ce que j'avais vu et vécu montrait exactement le contraire. Ceux qui survivaient étaient de préférence les pires, les égoïstes, les violents, les insensibles, les collaborateurs de la «zone grise», les mouchards. Ce n'était pas une règle absolue (il n'y avait, il n'y a pas dans les choses humaines de règles absolues), mais c'était tout de même une règle. Je me sentais certes innocent, mais enrôlé parmi les élus, et pour cette raison à la recherche permanente d'une justification, à mes yeux et à ceux des autres. Les pires survivaient, c'est-à-dire les mieux adaptés, les meilleurs sont tous morts.

    [...]

    Mon ami religieux m'avait dit que j'avais survécu afin de porter témoignage. Je l'ai fait, du mieux que j'ai pu, et je n'aurais pas pu ne pas le faire; et je le fais encore chaque fois que l'occasion s'en présente, mais la pensée que mon témoignage a pu me valoir à lui seul de survivre et de vivre de nombreuses années sans gros soucis m'inquiète, car je ne vois pas de proportion entre le privilège et le résultat.

    Je le répète: nous, les survivants, ne sommes pas les vrais témoins. C'est là une notion qui dérange, dont j'ai pris conscience peu à peu, en lisant les souvenirs des autres et en relisant les miens à plusieurs années de distance. Nous, les survivants, nous sommes une minorité non seulement exiguë, mais anormale: nous sommes ceux qui, grâce à la prévarication, l'habileté ou la chance, n'ont pas touché le fond. Ceux qui l'ont fait, qui ont vu la Gorgone, ne sont pas revenus pour raconter, ou sont revenus muets, mais ce sont eux, les «musulmans», les engloutis, les témoins intégraux, ceux dont la déposition aurait eu une signification générale. Eux sont la règle, nous l'exception.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Celui qui pardonne
    • Je ne considère cela ni comme une injure ni comme une louange, mais bien comme une inexactitude. Je...
    • Si c'est un homme
    • L'histoire de mes rapports avec Lorenzo est à la fois longue et courte, simple et énigmatique....