• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

    Stig Dagerman

    Extraits de quelques textes de Stig Dagerman

    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

    Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie ne soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n'ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d'où je puisse attirer l'attention d'un dieu : on ne m'a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l'athée. Je n'ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m'inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute comme si celui- ci n'était pas, lui aussi, entouré de ténèbres. Cette pierre m'atteindrait moi-même car je suis bien certain d'une chose : le besoin de consolation que connaît l'être humain est impossible à rassasier.

    Texte intégral:
    http://chabrieres.pagesperso-orange.fr/texts/consolation.html

    L'enfant brûlé

    « On enterre une femme à deux heures, et à onze heures et demie le mari est dans la cuisine, devant le miroir fendu, accroché au-dessus de l'évier. Il n'a pas beaucoup pleuré. S'il a les yeux rouges, c'est parce qu'il n'a presque pas dormi. Sa chemise blanche est glacée et une légère vapeur se dégage encore de son pantalon fraîchement repassé. Pendant que sa plus jeune soeur lui accroche son faux col par derrière et lui ramène son noeud papillon blanc sous le menton, d'un geste si tendre que c'en est presque une caresse, le veuf se penche au-dessus de l'évier et scrute ardemment ses yeux dans le miroir; puis, il se passe la main sur les paupières, comme pour essuyer une larme; mais le revers de sa main reste sec. »

    Incipit du roman L'enfant brûlé, 1948

    Adaptation: un film fut réalisé en 1967 par Han Abramson.

    Attention au chien!

    « Il est tout de même lamentable que des gens qui perçoivent l'aide sociale aient un chien », vient de déclarer un conseiller municipal du Värmland le 5 novembre 1954

    La loi est certes bien imparfaite :
    les pauvres ont le droit d'avoir un chien.
    Pourquoi ne se procurent-ils pas un rat ?
    C'est gentil et ça ne coûte presque rien.
    Voilà des gens qui, dans leur maison,
    entretiennent des chiens toute la vie.
    Ils pourraient bien jouer avec des mouches
    qui sont aussi d'excellente compagnie.
    C'est la commune qui paie, bien sûr.
    Mais il faut cesser cette aubaine.
    Sinon, vous verrez que très bientôt
    ils vont s'offrir une baleine.
    En fait de mesure, je n'en vois qu'une :
    abattre tous ces chiens. Ou bien alors,
    pour sauver les deniers de la commune,
    c'est les pauvres qu'il faudra mettre à mort.

    Billets quotidiens
    Traduit du suédois par Philippe Bouquet
    Atheles, 2002.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-11-09

    Documents associés